[abonnement gratuit]

l'auteur

Robert Colognoli
Né en 1952
Médecin, passionné de photographie
(moyen format et 4X5")
Travaille en noir et blanc et en couleur
surtout sur des séries
Pratique le sténopé depuis quelques années
Fabrique lui-même son matériel de prise de vue
 robert.colognoli@laposte.net
 

 

 

 

Les questions qui ont été posées
suite à l'article
sur la construction du sténopé
"Construire un sténopé"

 

 

 

La photographie au sténopé (FAQ)

par Robert Colognoli

 

 

Suite à l'article "Construire un sténopé" paru sur le site, je reçois de temps en temps des demandes de renseignements de la part de sténopistes.
Ce sont pratiquement toujours les mêmes problèmes qui se posent aux débutants.
Les réponses que j'ai faites peuvent intéresser les futurs pratiquants.
J'en ai fait une compilation avec la lettre de demande (en bleu) et ma réponse qui suit.
C'est du vécu, comme ça se présente !

 

J'ai personnellement construit, avec des règles plus ou moins empiriques, un appareil photographique sténopé format 6x6 avec zoom, et un article à été consacré à ce sujet dans Réponse-Photo d'octobre 2004.Cet article est un condensé du papier envoyé à la revue.
Avec cette première expérience j'ai reconstruit un second appareil au format 6x9 en tenant compte de la focale différente, que je n'ai utilisé qu'une seule fois, et le résultat moins bon qu'avec le 6x6 me semble dû, à la lecture que j'ai faite, à ce que j'ai conservé le même diamètre d'ouverture ce qui m'a donné une image moins nette. J'ai agrandi l'ouverture et je retenterai prochainement, avec un certain courage, l'expérience de prise de vue et peut-être vous en tiendrai-je informé si cela vous intéresse.
Mais au fait, le sténopé n'est-il pas l'image floue de 0 à l'infini ? Vaste sujet de discussion!
André.

Bonjour,
L'image obtenue par un objectif à sténopé est presque nette ou un peu floue, comme on veut, mais partout, sur tout le champ et du premier plan à l'infini.
C'est un des charmes de ce type d'objectif... il y en a bien d'autres.
Pour déterminer le diamètre optimum du sténopé, reportez-vous à mon article.
Le diamètre optimum varie suivant la distance entre le sténopé et le film ("focale") et non pas suivant le format de l'image comme vous semblez le dire.
Faites des essais avec des sténopés de différents diamètres. Le sténopé, c'est le domaine de l'expérimentation !
Tenez-moi au courant.
Je n'ai pas bien compris si vous avez lu l'article consacré au sténopé dans cette revue ou si c'est vous qui l'avez écrit?
Robert.

====================================================

Salut !
D'abord merci pour ta page, c'est décidé je me lance ! C'est passionnant et ça a l'air à portée de n'importe qui... ça tombe bien je suis n'importe qui.
Je souhaiterais profiter de ton expérience apparemment grande dans ce domaine... avec 4 questions que voici que voilou :

1 - Cadrage...
Histoire de cadrer un minimum la photo (je sais, ça a moins de charme, mais quand même...), peux-tu me donner un conseil pour la taille d'un viseur ?
Je pensais utiliser un parallélépipède de quelques cm de profondeur avec un "viseur" central (2 bouts de ficelle croisés), mais comment estimer le rapport longueur/largeur ?

2 - Temps de pose...
Concernant le temps de pose, apparemment c'est là que c'est vraiment sioux... Il n'y a vraiment aucune règle ? J'utilise du papier RC baryté multigrade Ilford.
Au vu de ton expérience, que me conseilles-tu comme temps de pose minimum par temps :
- ensoleillé,
- nuageux,
- couvert,
- le soir,
- de nuit

3 - Tirage final...
Qu'est ce que tu utilises comme papier pour le tirage final ? Le même que le négatif ?

4 - Illumination...
Enfin, apparemment ici aussi il n'y a pas de règle, mais pour le tirage final, je vais illuminer par une lampe blanche classique du commerce, 40W à 80 cm de haut (ma plaque de verre fait 1cm d'épaisseur c’est OK ?), ça te parait OK ? tu me conseilles combien de temps minimum ? J'ajusterais après...

Voilà mes 4 questions, tu dois penser que je suis trop perfectionniste, alors que le sténopé est imprécis par nature... mais je voudrais mettre toutes les chances de mon côté!
Je suis en train d'essayer de faire un sténopé "optimal" en feuille d'alu de diamètre 0.37mm...(!) (ma boîte fait 12cm de diamètre) c'est chaud !
J'essaie avec du papier alu et un clinquant de laiton de 0.10mm. Mais je dois louer l'appareil diapo...
Merci beaucoup d'avance.
Bruno.

Bonsoir Bruno,
Je vais essayer de répondre à tes questions.
La première chose à savoir en matière de photo au sténopé, c'est que chacun doit faire sa propre expérience. C'est un peu le domaine de la recherche personnelle et ça ne doit pas effrayer !
On comprend plein de choses en utilisant le sténopé et on se rends compte que sur un appareil moderne il y a 95% de possibilités non indispensables pour prendre une photo. Seulement un peu de confort qui rend paresseux au bout du compte !

1) Pour le cadrage, il faut utiliser un cache homothétique au format de la photo. Par exemple si tu décides de faire des négatifs de 10 cm sur 25 cm, tu peux te fabriquer un cache en carton de 2 cm sur 5 cm ou de 4 cm sur 10 cm, ceci te donne le format. Ensuite, il faut reproduire l'angle de champ de ton appareil. Pour cela, tu dois placer ton œil à la bonne distance; si ton cache est 5 fois plus petit que ton négatif ( 2x5 cm), tu dois placer ton œil cinq fois plus près que le tirage de ton appareil, pour garder le même angle de visée, c'est à dire que si ton appareil fait 15 cm de tirage, ton système de visée doit faire 3 cm de tirage.
C'est plus facile à faire qu'à expliquer !
Inversement si tu fais des photos au 24x36, tu feras un viseur plus grand que ton négatif, par exemple 48x72 avec un tirage le double de celui de ton boîtier 24x36.
Tu peux aussi tracer sur ton appareil (si c'est une simple boîte) un angle avec à l'avant le format du négatif et à l'arrière le sommet de l'angle qui correspond à la place du sténopé. Comme si le sténopé était placé à l'arrière et le négatif à l'avant. Le schéma est sur l'article que j'ai écrit.
Le plaisir de la photo au sténopé, c'est aussi de faire au pif, de connaître son appareil pour prévoir ce qui va rentrer dans la boîte!

2) Pour le temps de pose, il va dépendre de la luminosité ambiante, de la taille de ton sténopé, du tirage de l'appareil et de la sensibilité de la surface sensible, pour du papier c'est très peu sensible !
Tu dois évaluer tout ceci sans cellule, ni automatisme. Donc il faut faire des essais en sachant que pour des temps de pose qui seront de toute façon longs, l'erreur est permise (c'est pas au millième près). Il y a de plus le phénomène d'écart de réciprocité (tu trouveras l'explication sommaire dans l'article). En pratique, tu poses par exemple
5 sec./10 sec./20 sec./40 sec./2mn.
Puis tu vois ce qu'il sort.
Après quelques essais tu évalueras au pif la bonne exposition. C'est ça aussi le plaisir de la photographie au sténopé, on comprends plein de choses, en particulier qu'on peut se passer de moteur, de cellule, de mise au point automatique, de flash automatique etc.
Les photos au sténopé la nuit, ça peut être "pose toute la nuit";-)

3) Pour le tirage final, tu peux utiliser le même papier. Attention qu'il n'y ait pas d'inscription au dos du papier pour le négatif.
Le papier baryté "vrai papier" donne un meilleur résultat, autant en profiter, aussi bien pour la prise de vue que pour le tirage.

4) Pour le tirage contact, c'est le même problème qu'à la prise de vue, en sachant que là c'est plus simple parce qu'on est sur place et que c'est très facile de faire les essais.
Je tire par contact, mais sous la lumière de l'agrandisseur, par commodité, donc je ne connais pas les temps de pose sous une lampe simple, mais c'est très facile à déterminer. Pour commencer pose 5 sec./10 sec./20 sec. et puis tu verras !
Pour fabriquer ton sténopé, n'essaie pas de faire 0,37 mm ou quelque chose d'aussi précis. Tu fais plusieurs sténopés puis tu choisis celui dont le diamètre se rapproche le plus de ce que tu avais souhaité. Pour le mesurer, l'explication est dans l'article.
En pratique, on fait des sténopés et on les mesure après !

Si tu as d'autres questions n'hésites pas.
Tiens moi au courant de tes premiers succès.
Bonnes photos!

Robert.

=================================================

Bonsoir,
Merci pour votre réponse, je vais faire des essais.
Sinon, que me conseillez vous comme film.
Quelque chose de sensible ou non.
Je me dit que plus c'est sensible et moins l'erreur est "permise".
Est-ce vrai ?
cordialement.
Grégory.

Bonjour,
La qualité d'image permise par un film ou un papier sera toujours supérieure à la définition obtenue par un sténopé.
Donc, pour racourcir les durées d'exposition, on peut utiliser sans crainte un film très sensible: 400/800 ISO ou même plus !
Les temps d'exposition en pleine lumière du jour seront de l'ordre de quelques secondes.
Si l'on utilise du papier, c'est autour de 8 ISO, donc temps d'exposition beaucoup plus longs ; de l'ordre de la minute à plusieurs minutes.
C'est un ordre d'idée bien sûr, il faut faire des essais.
Les temps obtenus seront valables pour l'appareil testé avec son tirage et son sténopé, et la surface sensible testée.
Si c'est sous exposé à 20 secondes par exemple, passer directement à 2 ou 3 minutes, loi d'écart de réciprocité, (plus on pose, moins on pose).
Tenez-moi au courant...
Robert.

===================================================

Bonjour,
Je tenais à vous remercier et vous féliciter pour votre site, véritable mine de renseignements pour les aventuriers de la photo.
Je vous livre de mon côté une petite pierre pour votre édifice: pour évaluer avec une bonne précision le diamètre de l'aiguille retaillée suivant vos indications, j'ai utilisé un gicleur de carburateur, calibré d'origine à 0,25 : lorsque l'aiguille commence à passer "serrée" dans l'orifice du gicleur, la cote souhaitée est atteinte.
Deuxième suggestion, que je vous soumets : j'ai utilisé une feuille d'alu ménager, très brillante : que pensez-vous de passer la feuille après façonnage au "noir de fumée" en la promenant au-dessus de la flamme d'une bougie? je pense qu'on éviterait ainsi non seulement les réflexions internes, mais aussi celles au bord du trou...
Bien à vous.
Pierre.

Bonsoir,
Merci d'avoir lu mon article sur le site "Galerie-photo".
Très bonne idée que de prendre un trou déjà calibré pour mesurer le diamètre de l'aiguille.
On peut aussi utiliser un micromètre.
Mais la mesure du diamètre de l'aiguille ne donne pas forcément le diamètre du trou obtenu.
Le problème est que le trou fait "à la main" est le plus souvent un peu plus grand que le diamètre de l'aiguille qui a servi à le faire.
A mon avis, il vaut mieux faire le trou et mesurer après le diamètre obtenu. Mesure faite à l'aide du système du grossissement du projecteur de diapositives, qui permet en plus de contrôler la qualité des berges du trou, paramètre important.
On peut noircir le sténopé au noir de fumée, c'est un plus. Il faut bien vérifier ensuite au projecteur de diapositive que le trou à gardé les mêmes caractéristiques, forme et dimension.
Pour ma part, je place le sténopé entre deux papiers à dessins noirs troués un peu plus large. Cela protège le sténopé et la partie visible est très limitée et ne pose pas de problème de luminosité réfléchie parasite.
Je verrais plutôt surtout un avantage à noircir les bords du trou.
Il faut bien se dire que tout ceci est nécessaire pour obtenir le meilleur résultat théorique.
Pour faire des photos, on peut très bien utiliser des sténopés s'écartant, même largement, des mesures théoriques... heureusement !
C'est même souvent recherché pour obtenir un résultat particulier.
Bien à vous.
Robert.

===================================================

Bonjour,
Je viens de me fabriquer un sténopé dans une boîte de conserve. Malgré les quelques bribes d'informations trouvées sur le net, je n'arrive pas à réellement connaître quel genre de papier photographique il faut mettre dans le sténopé pour faire du noir et blanc :
- pour obtenir le négatif dans le sténopé, s'agit-il de simple papier photo ou d'un papier spécial pour obtenir un négatif ? (si je mets par exemple du papier Ilford MULTIGRADE IV RC dans le sténopé, est-ce bon ?)
- une fois le négatif obtenu par le sténopé, pour obtenir le positif par contact ; est-ce le même papier pour le positif ? sinon quel papier ?
- quels sont les produits de base pour fixer, stopper, etc. ?
- sinon quels sont les matériels indispensables autrement ceux auxquels je n'aurais pas pensé ?
Voilà, vous m'aideriez grandement si vous pouviez me fournir quelques réponses... pour que je puisse enfin me lancer dans la pratique.
Merci. Amicalement.

Bonjour,
Merci pour les "bribes"!
Si vous vous donnez un peu de peine, vous trouverez des milliers de pages sur le sujet.
Si vous cherchez quelqu'un pour trier à votre place, vous faire des résumés et vous les présenter, vous êtes mal parti.
Ceci dit lisez cette "bribe", je pense qu'il y a des réponses à vos questions... et après vous me redemanderez si besoin.
http://www.galerie-photo.com/stenope.html
En tout cas, la pratique du sténopé c'est un monde magique ça permet de comprendre plein de choses, de se sortir de la course au matériel et de faire malgré tout de très belles photos.
Robert.

====================================================

Bonsoir,
Voici un exemple des résultats obtenus avec mon dernier appareil sténopé 6x9 - focale 120 mm avec diamètre du sténopé de 0,4 mm.
Pour les 16 vues que j'ai prises, l'exposition est très régulière et la densité des négatifs développés satisfaisante. Un seul raté : deux sujets sur une même vue, car pas d'avance automatique du film !
A+ peut-être si l'expérimentation se poursuit.
André.

Bonjour,
Excellent !
La qualité d'une photo prise avec un sténopé est étonnante en définition.
Et de plus cette qualité ne se perd pas quand on tire directement par contact, ce point est surtout intéressant quand on obtient un négatif très grand au départ. Mais on peut faire de très jolis petits contacts à partir de négatifs 6x9 !
L'exposition est uniforme sur vos photos car vous avez probablement une taille de "négatif" largement inférieure aux possibilités du sténopé. Autrement dit vous ne prenez que le centre de l'image projetée par le sténopé. Si vous pouvez raccourcir la distance focale en bricolant un adaptateur, vous obtiendrez un très grand angle, et là, vous aurez probablement un assombrissement périphérique, mais une image très grand angle beaucoup plus singulière bien adaptée aux paysages ou à l'architecture.
Vos photos, ressemblent à une vue que l'on pourrait avoir avec une focale "standard ou petit grand angle", c'est un peu dommage ! Essayez de profiter plus des qualités du sténopé en ce qui concerne l'angle de champ possible.
Comment se présente votre appareil, adaptation d'un modèle du commerce ou tout fait maison ?
Quels sont les formats possibles ?
Comment faites vous les tirages, contact ou agrandissement ?
Technique chimie classique + barytés ou numérique ?
C'est quand même bien de ne pas mettre d'ordinateur au milieu d'un procédé aussi archaïque et magique.
Bonne continuation et merci de me montrer les résultats.

Robert.

====================================================

Bonjour,
Je suis Emilie, élève en première S à Montbrison dans le département de la Loire. Pour le cadre des TPE, avec deux autres filles, nous faisons un TPE sur l'appareil photographique argentique. Concernant des informations sur ce sujet, nous avons tout ce que nous voulons. Cependant, nous devons réaliser pour le mois de mars un appareil photographique argentique... Pouvez-vous nous aider dans notre difficile entreprise ? Nous ne savons pas par quoi remplacer certains produits chimiques trop dangereux comme le mercure que nous ne pouvons pas utiliser... De plus, où trouver ces matériaux? Merci de me répondre très vite...

Emilie
Bonjour Emilie, Je vous réponds très vite pour vous dire que si vous cherchez quelqu'un pour faire le travail à votre place, vous n'irez pas loin! Vous avez toutes les vacances pour faire votre devoir.
Mais... il y a trois ans, une certaine Johanna, en classe de première elle aussi, m'avait posé la même question. Voici ci-dessous ce que je lui avais répondu, vous profitez donc de sa demande…
(En ce qui concerne le mercure, il était utilisé dans une technique ancienne: "Le Daguerréotype". C'est un produit extrêmement dangereux à manipuler. Donc n'essayez surtout pas. Actuellement on utilise les sels d'argent.)
 

Johanna : Dans le cadre d'une épreuve au bac je cherche a réaliser un appareil photo mais avec de très petits moyens, (boite de conserve...) Merci de m'expliquer comment procéder quant a la réalisation de cet appareil.

Bonjour Johana, Le plus simple est un sténopé.
Prenez une boite à chaussures, ça fait environ 33x20x13 cm.
Faites un trou propre d'environ 1 cm de diamètre au centre du couvercle.
Peignez le tout en noir mat, intérieur et extérieur, boite et son couvercle, y compris les bords du trou : vous avez un boîtier !
Vous ajouterez une bande de tissu noir pour bien occulter la fente entre la boite et son couvercle et deux élastiques pour tenir l'ensemble.
Maintenant, l'objectif : c'est un simple petit trou dans quelque chose de très fin et opaque.
Utilisez une feuille d'aluminium alimentaire la plus fine possible.
Coupez un carré de 3 cm de côté, non froissé, bien plan.
Mettez le entre deux feuilles de papier calque pour qu'il soit tenu et pour voir ce que vous faites.
Posez le tout sur un plan dur, une lame de verre est le mieux.
A présent, vous allez faire le plus dur: le sténopé.
Prenez une aiguille à coudre, la plus fine possible, plantez le côté chas dans un bouchon de liège pour pouvoir bien la tenir.
Vous allez percer la feuille d'aluminium.
Scotchez votre sandwich lame de verre/calque/alu/calque sur un plan dur.
Éclairez vous parfaitement et prenez une forte loupe dans une main.
Tenez l'aiguille bien perpendiculaire à votre montage et percez de façon à dépasser à peine la feuille d'alu.
Il va y avoir des bavures au verso de la feuille d'alu, il faut les enlever par un passage très doux sur un papier de verre pour carrossier, grain 600 je crois.
Mouillez votre doigt, prenez par capillarité la feuille d'alu du côté recto et passez délicatement le côté verso sur le papier de verre en tournant. Il faut que le trou soit plan, lisse, sans bavures à l'intérieur et si possible rond.
Prenez une autre aiguille entre vos doigts et passez en tournant très délicatement la pointe dans le trou pour enlever des bavures éventuelles et pour bien l'arrondir si possible.
Faites une dizaine de trous en appuyant plus ou moins l'aiguille. Vous aurez des trous de différents diamètre.
Pour votre boîtier de 13 cm de profondeur il faut un trou d'environ 0,4 mm. Posez vos carrés d'alu sur une feuille de papier millimétré et choisissez le mieux réussi et qui se rapproche le plus de 0,4 mm. La dimension exacte n'est pas fondamentale, ça marche quand même si on s'en écarte un peu.
Vous pouvez choisir sans problème un trou de 0,5 mm, c'est plus facile à mesurer.
Prenez une feuille de Canson noir, coupez de carrés de 5x5 cm dans lesquels vous aurez fait au centre un trou d'environ 3 à 4 mm.
Collez le carré d'alu sur le Canson, trou en face du trou et collez de l'autre côté un autre Canson ; attention à ne pas mettre de colle sur le sténopé !
Vous avez maintenant un sténopé protégé entre deux Canson.
Collez le tout à l'intérieur du couvercle de la boite, en regard du trou du couvercle.
A l'extérieur faites tenir un carré de Canson noir pour couvrir largement le trou : c'est votre obturateur !
Dans le fond de la boite, collez 4 pastilles de Patafix; c'est votre porte film.
Pour le négatif, le plus simple c'est d'utiliser du papier photo, mat si possible, en format 18x24 pour cette boite, que vous collez au fond du boîtier, en lumière inactinique ou dans le noir bien entendu !
Refermez.
Votre appareil est chargé.
Prenez une photo.
Posez l'appareil devant ce que vous voulez mais il faut que ce soit très éclairé et statique car le papier est peu sensible et le temps de pose long.
Retirez l'obturateur et ne touchez plus à l'appareil.
Comptez 1 minute et refermez l'obturateur.
Retournez en chambre noire et développez le papier qui donnera un négatif.
S'il est noir c'est que vous avez posé trop longtemps, s'il est blanc, c'est le contraire, retournez faire une autre photo !
Si vous retrouvez sur le négatif à peu près ce qu'il y avait devant l'appareil, vous pouvez faire un essai de tirage par contact.
Posez votre négatif, image vers le bas, sur un papier photo vierge.
Posez par dessus un plaque de verre propre puis éclairez la lumière du plafond, ou de l'agrandisseur si vous en avez un.
Comptez 30 secondes par exemple puis développez : si c'est noir... si c'est blanc... vous avez compris le coup, mais cette fois ci vous avez votre première photo en positif.
Après, vous pourrez peaufiner les trous, les boites, les formats, les négatifs, noir et blanc, couleur... puis ensuite acheter des boites toutes faites qui s'appellent chambres, de plus en plus grandes, et sur lesquelles on peut même monter des objectifs ! Sur Google, tapez "sténopé" ou "pinhole photography"," développement photographique".

Pour les produits, il vous faut :
1) Du révélateur, à acheter.
2) un bain d'arrêt, du vinaigre blanc dilué fera très bien l'affaire.
3) Du fixateur, à acheter.
4) De l'eau pour laver les photos.

====================================================

Bonjour,
Moi même photographe utilisant les procédés alternatifs je suis aujourd'hui intéressé par l'arte povera et amené à découvrir le sténopé.
Aujourd'hui j'en ai acheté un à ZERO IMAGE format 4x5" équipé de 3 focales
- 25mm (pinhole size 0.2mm).
- 50mm (pin hole size 0.28mm).
- 75 mm (pin hole size 0.4mm).
Je voudrais faire des portraits et nature morte, j'aurai tendance à utiliser le 75 mm afin de pouvoir couvrir au maximum le plan film à une distance de 0,50 cm.
Quelle serait votre recommandation ?
Cordialement.
XX.

Bonjour,
Merci pour l'intérêt que vous portez à mon article.
J'ai fait des portraits au sténopé sur une chambre 4x5 pouces.
Le tirage de la chambre était de 30 cm et la distance sténopé sujet de 50 cm.
Ceci pour remplir à peu près le plan film avec le visage.
Pour un portrait en buste ou en pied, vous pouvez réduire le tirage ou augmenter la distance sujet/sténopé.
25,50 et 75 mm me semblent des tirages très courts, vous devez obtenir un très grand angle, plutôt adapté au paysage qu'au portrait.
Je ne sais pas si on peut adapter un verre de visée sur votre appareil, sinon faites des essais pour connaître le cadrage à différentes distances.
Si vous pouvez adapter un verre de visée, pour y voir quelque chose sur le verre, il faudra monter un sténopé de visée de cinq mm environ de diamètre, qui donnera une image très floue mais permettra de viser.
A mon avis, vous avez intérêt monter un sténopé à l'avant d'un tube en Canson noir que vous adapterez à la place de la planchette ou devant elle, pour augmenter le tirage et diminuer l'angle de champ.
Pour ne pas avoir des temps de pose trop longs en portrait, fabriquez vous quelques sténopés plus larges, avec du papier alu. et une aiguille. Même s'ils ne sont pas parfaits, vous serez surpris par le bon résultat.
Mais faites des essais, le sténopé c'est le domaine du bricolage et des essais.
Pour le cadrage, j'avais découpé dans un carton blanc une fenêtre dans laquelle le sujet se plaçait. Je cadrais la fenêtre, le sujet venait se placer dans le trou, puis j'enlevais le carton, ça me permettait d'être sûr du cadrage. Ceci pour un visage plein cadre qui demande un cadrage très précis sous peine de photographier à côté du modèle!
Et dites moi si vous obtenez un résultat qui vous convient.
Cordialement.
Robert.

====================================================

Bonjour

J'ai découvert avec grand intérêt votre site que je trouve très bien réalisé. Le sténopé est une approche de l'image vraiment extraordinaire.
Vous dites que cette technique se prête mal au tirage par agrandissement, or je suis précisément tenté par des tirages grands formats (de l'ordre du m² et plus). L'utilisation de négatif 4 X 5 ou plus me semblait être une relative garantie à la conservation d' une image finale lisible, naturelle et sans excès d'"effet" supplémentaire. Évidement je suis plutôt habitué à la photographie traditionnelle... et mon raisonnement ne s'applique peut être pas au sténopé.
Je serai très heureux d'avoir votre avis à ce sujet.
Bien à vous.
Fabian.
Artiste plasticien.

Bonsoir,
Merci de votre message.
J’ai simplement écrit un article sur le site « Galerie Photo ».
Quand j’ai écrit « se prête mal », j’ai voulu dire aussi, « n’en ayant pas besoin».
L’utilisation d’un sténopé permet d’obtenir des images, négatifs ou positifs directs, d’un format directement exploitable, en tirage par contact pour les négatifs.
Il suffit de construire une boîte de « grand » format.
Voir la « caravana obscura de Felten et Massinger, deux photographes belges, accrochée à une automobile pour pouvoir la déplacer, caravane qui sert elle-même d’appareil photographique donnant des images de très grand format n’ayant pas besoin d’agrandissement.
Actuellement aux USA, des "courageux" font une image en utilisant un hangar d’avion avant sa démolition. L’appareil est le hangar lui-même et le film, un écran géant en tissus, mouillé par une solution photosensible et développé en place à coup de produits chimiques classiques. Je crois que le temps d’exposition est de plusieurs jours !
« Se prête mal » car un négatif papier n’est pas agrandissable dans un agrandisseur. Si l’on utilise un scanner et une chaîne numérique, évidemment cette contrainte n’existe pas.
Les négatifs obtenus par un sténopé sont de basse définition et lors d’un agrandissement on va augmenter cette impression de basse définition. Bien sûr, si c’est ce que l’on recherche, le discours est à inverser, et la basse définition devient un «avantage à exploiter».
Si l’on ne veut pas trop dégrader l’image de départ, le choix ira vers un grand négatif, par exemple 4x5 ou 8x10 pouces.
Pour agrandir vers un mètre carré, le format de départ ne joue pas trop. Quitte à perdre en impression de définition, si c’est recherché, autant partir d’un petit négatif pour accentuer encore l’effet. Mais bien sûr, ce choix doit être programmé et utilisé pour lui-même.
En résumé, rien n’empêche d’agrandir des images prises au sténopé, mais il faut avoir à l’esprit le résultat et programmer son travail en fonction.
Le sténopé permet d’obtenir :
- Profondeur de champ « infinie ».
- Effet de douceur de l’image sur tout le champ et toute la profondeur.
- Très grand angle de champ.
- Long à très long temps de pose.
- Modification de la perspective en fonction de la forme que l’on peut donner à la surface sensible.
Tous ces paramètres ne représentent, ni des inconvénients ni des avantages, mais des caractéristiques qu’il faut connaître et exploiter pour obtenir l’image prévue.
Le sténopé n’est qu’un objectif un peu particulier !
Avec quel médium travaillez-vous ?
Où peut-on voir votre travail ?
Quels sont vos projets en sténopé?…
Si toutes ces questions ne sont pas indiscrètes?
Bien à vous, Robert.

====================================================

Bonjour,
J'ai toujours rêvé de photographier et voudrais m'initier au sténopé qui m'attire depuis longtemps .je ne suis pas bricoleuse ; peut-on trouver pour commencer un boîtier à acheter, et où ?
Marité.

Bonjour et tous mes vœux pour vos photos au sténopé.
Si vous avez trouvé mon adresse sur le site "Galerie Photo"; dans l'article que j'ai écrit, vous avez toutes les adresses nécessaires pour vous procurer un sténopé dans le commerce, plans films NetB ou couleur ou Polaroid...
Cherchez aussi dans les archives du "Forum de discussion" dont vous trouverez l'accès en page de garde du site "Galerie Photo" à la rubrique "Forum" (il faut s'inscrire pour poser des questions).
Vous pouvez très simplement commencer avec un boîtier à film 24x36 manuel, semi automatique ou automatique d'ancienne génération, qui ne se bloque pas quand on retire l'objectif.
Vous retirez l'objectif puis vous mettez en place le bouchon de boîtier dans lequel vous aurez fait un trou d'environ 1 cm de diamètre. Vous obturez ce trou avec un carré de feuille aluminium de cuisine dans lequel vous aurez percé le sténopé à l'aide d'une pointe d'aiguille (voir la technique dans l'article)
On peut aussi utiliser un boîtier numérique. Il faut simplement qu'il accepte de fonctionner quand on a remplacé l'objectif à lentilles par un sténopé, en particulier avec de très longs temps de pose.
Le sténopé, c'est le domaine de l'expérimentation, de la découverte...
Bonnes photos,
Robert.

====================================================

Bonjour,
J'ai projet de me construire une camera sténopé en format 8 x 10 inches, un peu comme le modèle en 3 parties de www.zeroimage.com un truc top, j'aime ce qui est beau et tout ce que j'ai vu me plaît pas trop... J'aimerais idéalement la construire en 3 parties ce qui devrait me permettre d'obtenir 3 formats différents à savoir normal intermédiaire et grand angle, seulement voila je sais pas du tout quelle distance je dois respecter pour idéalement avoir très peu de vignetage sur le plan film, ni quelle doit être la distance totale de la camera. Question si j'ai la distance pour le format normal 8 x 10 qui serait de? je peux diviser ma distance par 3 pour avoir 3 focales interchangeables ou c'est plus compliqué que ça ? Je ne sais pas les dimensions que je devrais respecter pour la construction, et j'ignore aussi quels tailles de trous je devrais avoir pour chaque focale... Existe t-il des systèmes d'obturateurs que je pourrais fixer sur mon cadre frontal avec possibilité de changer rapidement d'ouverture ? Et savez vous si il y a possibilité de trouver des trous qui me permette autant que possible d'éviter le cerclage sur le plan film ? J'aimerais bien me construire quelque chose de très bien pouvez vous m'aider SVP. Merci.
Tara.

Bonjour,
Le format et l'angle de champ sont deux choses indépendantes. Si vous construisez un appareil en format 8x10, le problème du format est fixé dès le départ, on ne s'en occupe plus.
Pour faire varier l'angle de champ, il suffit de faire varier la distance entre le sténopé et la plan film. Plus cette distance est courte, plus l'angle de champ est grand et inversement. Vous pouvez tracer cela facilement sur une feuille de papier en prenant 25,4 cm comme plan image (on utilise plutôt la largeur ou la hauteur du film que sa diagonale quand on compose sa photo) puis en promenant un point, le sténopé, sur la perpendiculaire au milieu de ce segment. Pour une focale de 12,7 cm, vous aurez un angle de champ de 90° sur le grand coté de votre 8x10 inches.
Pour avoir trois focales, il vous faudra construire trois porte sténopé, un pour chaque focale. Pour le diamètre du sténopé optimal pour chaque focale, vous avez un tableau dans l'article, vous n'avez qu'à suivre ses indications. Si le diamètre du sténopé n'est pas exactement celui du tableau, ça n'a aucune importance, ça marche quand même. Si le sténopé , à faire vous même, est percé dans un matériau très fin, papier alu de cuisine, il n'y aura pas de vignettage à partir du moment où la distance focale ne sera pas vraiment trop courte. Pour l'obturateur, un morceau de scotch noir !... ou un obturateur d'objectif de chambre grand format que vous devrez acheter. Le sténopé c'est le domaine de l'expérimentation, vous apprendrez plus en bricolant vous même qu'en lisant la littérature !
Cordialement.
Robert.

====================================================

Bonjour,
J'ai lu votre excellent article traitant des films de grande taille sur
www.galerie-photo.com et suis très intéressé par votre expérience portant sur l'utilisation en photo des films radiologiques. Je possède une boîte de 100 plan-films en 30x40 (Agfa CP-BU New) et voudrais faire des contre-types dessus. Pensez-vous que la chose soit envisageable ? Merci infiniment.
Michel.

Bonsoir, Les films que vous possédez, sont-ils d'ancienne génération ; à double émulsion, une sur chaque face du film, avec une très forte teneur en argent. Ce sont ces films là qui sont adaptés à un usage photographique car recouverts d’une émulsion argentique présentant une bonne sensibilité à la lumière et dont le traitement se fait en bains chimiques comme pour un développement photographique. Ils sont l’équivalent de négatifs que nous utilisons en photographie noir et blanc. Le fait de trouver une émulsion sur chaque face permet d’obtenir une meilleure sensibilité. Ca n’est pas un inconvénient pour la prise de vue en grand format et tirage par contact, car le décalage entre les deux images est négligeable. Ces films sont destinés à disparaître du marché radiologique car très polluants, en produits de traitement, consommateurs d’argent, même s’il peut être récupéré.

Comme en photographie, en radiologie on observe une bascule vers les technologies numériques, plus souples, moins polluantes, moins onéreuses sur le long terme et adaptées aux contraintes imposées par les normes anti-pollution. Actuellement, lors de la prise du cliché radiologique, il n’y a plus de film dans la cassette, l’enregistrement est fait sur une cassette numérique où se trouve un écran fluorescent qui transforme l’énergie des rayons X en photons. L’image est traitée en technologie numérique et le document final délivré sur CD ROM ou imprimé sur papier. Le film radiologique transparent tel qu’on le connaît tend à être complètement supprimé. Cependant, le radiologue a encore la possibilité d’utiliser un support film transparent argentique pour le document final. Il s’agit alors de films «modernes» ou l’exposition n’utilise plus l’énergie des rayons X puis le développement l’énergie chimique, mais uniquement thermique. L’émulsion argentique de ces films est à simple couche et à faible teneur en argent. Ces films ne peuvent pas être développés sur une chaîne chimique classique mais dans une machine de développement à sec, hors de portée du circuit amateur. Ce sont des films qui ne périment pratiquement plus et il est donc difficile de récupérer des boîtes de films périmés auprès d’un radiologue.

Si vous disposez de la première catégorie de films "anciens", il vous est tout à fait possible de faire des "contretypes", soit par contact, soit en agrandissement. Puis développement en cuvette au noir en chimie classique. Il faut faire des essais car vous ne connaissez pas la sensibilité du film.
Bien cordialement.
Robert.

====================================================

Monsieur Bonjour,
Je cherche a fabriquer un appareil sténopé et les explications sur le net me fatiguent un peu et j'aimerais savoir si il serait possible de vous rencontrer afin de m'expliquer le mieux possible et de m'orienter sur un chemin qui pourrait m'éviter de faire des erreurs. En fait je pourrais prendre le temps de faire des erreurs mais étant au chômage et sans aide j'aimerais m'éviter des dépenses superflues. Bref, considérez ce message comme un bouteille a la mer. D'avance merci Greg. PS, répondez moi s'il vous plait car je vais attendre votre réponse.

Bonsoir Monsieur,
En photographie au sténopé, il faut savoir prendre son temps, expérimenter, tourner autour, faire soi-même les erreurs puis les corriger; C'est là qu'on apprend le plus. Si vous êtes déjà fatigué de lire les textes et explications de ceux qui on travaillé et qu'ils mettent gracieusement à votre disposition, vous êtes mal parti ! Les choses sont en fait très simples, et à la portée de tous, il n'y a aucun piège. Sur Internet vous avez la chance d'avoir une réponse à toutes les questions, lancez-vous, bonne chance et bonnes photos.

Ci-dessous la réponse que j'avais faite à la question que vous me posez et qu'on m'a posée plusieurs fois, je vous en fait profiter !

Prenez une boite à chaussures, ça fait environ 33x20x13 cm.
Faites un trou propre d'environ 1 cm de diamètre au centre du couvercle.
Peignez le tout en noir mat, intérieur et extérieur, boite et son couvercle, y compris les bords du trou : vous avez un boîtier !
Vous ajouterez une bande de tissu noir pour bien occulter la fente entre la boite et son couvercle et deux élastiques pour tenir l'ensemble.
Maintenant, l'objectif : c'est un simple petit trou dans quelque chose de très fin et opaque.
Utilisez une feuille d'aluminium alimentaire la plus fine possible.
Coupez un carré de 3 cm de côté, non froissé, bien plan.
Mettez le entre deux feuilles de papier calque pour qu'il soit tenu et pour voir ce que vous faites.
Posez le tout sur un plan dur, une lame de verre est le mieux.
A présent, vous allez faire le plus dur: le sténopé.
Prenez une aiguille à coudre, la plus fine possible, plantez le côté chas dans un bouchon de liège pour pouvoir bien la tenir.
Vous allez percer la feuille d'aluminium.
Scotchez votre sandwich lame de verre/calque/alu/calque sur un plan dur.
Éclairez vous parfaitement et prenez une forte loupe dans une main.
Tenez l'aiguille bien perpendiculaire à votre montage et percez de façon à dépasser à peine la feuille d'alu.
Il va y avoir des bavures au verso de la feuille d'alu, il faut les enlever par un passage très doux sur un papier de verre pour carrossier, grain 600 je crois.
Mouillez votre doigt, prenez par capillarité la feuille d'alu du côté recto et passez délicatement le côté verso sur le papier de verre en tournant. Il faut que le trou soit plan, lisse, sans bavures à l'intérieur et si possible rond.
Prenez une autre aiguille entre vos doigts et passez en tournant très délicatement la pointe dans le trou pour enlever des bavures éventuelles et pour bien l'arrondir si possible.
Faites une dizaine de trous en appuyant plus ou moins l'aiguille. Vous aurez des trous de différents diamètre.
Pour votre boîtier de 13 cm de profondeur il faut un trou d'environ 0,4 mm. Posez vos carrés d'alu sur une feuille de papier millimétré et choisissez le mieux réussi et qui se rapproche le plus de 0,4 mm. La dimension exacte n'est pas fondamentale, ça marche quand même si on s'en écarte un peu.
Vous pouvez choisir sans problème un trou de 0,5 mm, c'est plus facile à mesurer.
Prenez une feuille de Canson noir, coupez de carrés de 5x5 cm dans lesquels vous aurez fait au centre un trou d'environ 3 à 4 mm.
Collez le carré d'alu sur le Canson, trou en face du trou et collez de l'autre côté un autre Canson ; attention à ne pas mettre de colle sur le sténopé !
Vous avez maintenant un sténopé protégé entre deux Canson.
Collez le tout à l'intérieur du couvercle de la boite, en regard du trou du couvercle.
A l'extérieur faites tenir un carré de Canson noir pour couvrir largement le trou : c'est votre obturateur !
Dans le fond de la boite, collez 4 pastilles de Patafix; c'est votre porte film.
Pour le négatif, le plus simple c'est d'utiliser du papier photo, mat si possible, en format 18x24 pour cette boite, que vous collez au fond du boîtier, en lumière inactinique ou dans le noir bien entendu !
Refermez.
Votre appareil est chargé.
Prenez une photo.
Posez l'appareil devant ce que vous voulez mais il faut que ce soit très éclairé et statique car le papier est peu sensible et le temps de pose long.
Retirez l'obturateur et ne touchez plus à l'appareil.
Comptez 1 minute et refermez l'obturateur.
Retournez en chambre noire et développez le papier qui donnera un négatif.
S'il est noir c'est que vous avez posé trop longtemps, s'il est blanc, c'est le contraire, retournez faire une autre photo !
Si vous retrouvez sur le négatif à peu près ce qu'il y avait devant l'appareil, vous pouvez faire un essai de tirage par contact.
Posez votre négatif, image vers le bas, sur un papier photo vierge.
Posez par dessus un plaque de verre propre puis éclairez la lumière du plafond, ou de l'agrandisseur si vous en avez un.
Comptez 30 secondes par exemple puis développez : si c'est noir... si c'est blanc... vous avez compris le coup, mais cette fois ci vous avez votre première photo en positif.
Après, vous pourrez peaufiner les trous, les boites, les formats, les négatifs, noir et blanc, couleur... puis ensuite acheter des boites toutes faites qui s'appellent chambres, de plus en plus grandes, et sur lesquelles on peut même monter des objectifs ! Sur Google, tapez "sténopé" ou "pinhole photography"," développement photographique".

Pour les produits, il vous faut :
1) Du révélateur, à acheter.
2) un bain d'arrêt, du vinaigre blanc dilué fera très bien l'affaire.
3) Du fixateur, à acheter.
4) De l'eau pour laver les photos.

===================================================

Bonjour,
Suite à l’article paru sur le site « Galerie photo », puis-je vous poser quelques questions ? Merci pour vos réponses.
Question 1: Je ne comprends pas comment on peut obtenir un tirage photographique alors qu’on a placé au départ du papier dans la boîte à sténopé ?
Question 2 : Malgré plusieurs essais, je n’arrive pas à obtenir un sténopé d’un diamètre qui corresponde aux valeurs données par les tables ?
Question 3: Pensez-vous qu’avec des moyens rudimentaires, je peux possiblement réussir à faire de bonnes photos?
Question 4: Par exemple, est-ce possible de mesurer simplement le diamètre de mon sténopé?

 

Bonjour,
- Question 1 : La réponse est dans l'article sur le site !
Le papier, ou le film que vous avez exposé dans l'appareil photo donne un négatif, sur support transparent pour le film et opaque pour le papier, mais c'est toujours un négatif ; (sauf si vous avez employé un Polaroid ou équivalent, qui donneront un positif direct). Donc vous placez ce négatif émulsion contre émulsion avec un papier photo et vous obtiendrez un positif revenu dans le bon sens, (inversé, droite/gauche et haut/bas, à la prise de vue et à nouveau inversé au tirage). Pour l'exposition correcte, il faut faire des tests.
- Question 2 : oui c'est normal de tâtonner, c'est grâce à ça qu'on apprend plein de choses ! Pour la taille du trou, on s'en fout un peu, pourvu qu'il ne s'éloigne pas trop des normes, si le trou est trop grand, vous aurez une image un peu moins définie, mais vous gagnerez en temps d'exposition plus court, inversement s'il est trop petit. Là encore les tests sont utiles.
- Question 3 : Pensez-vous qu'avec ces moyens rudimentaires, je peux possiblement réussir à faire de bonnes photos ? La qualité de l'appareil n'a aucune importance dans le fait de faire de bonnes ou de mauvaises photos ! Les photos que vous faites sont le résultat de votre "regard". Avec le meilleur et plus cher appareil photo du monde, vous pouvez très facilement sortir des photos sans aucun intérêt ! C'est d'ailleurs une magie du sténopé que de faire de bonnes photos avec trois fois rien !
Un temps de pose aussi précis que 26,4 secondes "ne veut rien dire". Avec un temps long, il apparaît un phénomène particulier aux émulsions : "écart à la loi de réciprocité" qui veut dire en gros que pour les temps de poses longs la surface sensible devient de moins en moins sensible avec le temps d'exposition qui augmente. "Plus on pose, moins on pose". En pratique, si on est légèrement sous exposé à 30 secondes, il faudra poser 60 ou même 90 secondes pour que ça se sente, et non pas 35 secondes comme on aurait pu le penser.
Pour le contraste trop faible du tirage alors que le négatif est contrasté, il s'agit d'un problème de tirage. Il faut adapter la gradation du papier lors du tirage. Pour cela, il faut tirer sur papier multicontraste et il faut exposer sous la lumière d'un agrandisseur avec dans le tiroir à filtres, un filtre de contraste adapté. Poser les papiers sur un fond noir bien sûr ! Toujours faire des essais.
- Question 4 : Par exemple, est-ce possible de mesurer simplement le diamètre de mon sténopé? Oui, la réponse est dans l'article. La mesure se fait à l'aide d'un projecteur de diapos. mais le diamètre exact, très précisément, "on s'en fout". Pour les enfants, Polaroid ou équivalents, pour avoir un positif direct... C’est très cher donc inutilisable en pratique. Il faut leur montrer le négatif et sa transformation en positif... c'est magique pour eux qui ne connaissent que le numérique! Bonnes photos.
Robert.

====================================================

Bonsoir,
Tout d'abord, ma première question est peut être simpliste ... le contrôle du temps d'exposition du papier chargé dans le dos est-il manuel ? Donc on charge, on ouvre, on referme, on sort le papier et la c'est magique la photo apparaît ?

Le contrôle du temps d'exposition du papier Polaroid se fait comme pour toute surface sensible, en fonction de sa sensibilité et de la quantité de lumière mesurée sur le sujet.
En ce qui concerne l'utilisation de sténopés, le temps d'exposition sera souvent très long. La mesure comme pour une prise de vue avec objectif à lentilles n'est plus utilisable tel quel. Il faut tenir compte du phénomène d'écart à la loi de réciprocité.
Si votre photo est légèrement sous exposée pour un temps de 10 secondes par exemple, la bonne exposition ne sera pas de 20 secondes mais peut-être de une minute. Donc il faut faire des essais. Avec le Polaroid, c'est facile car on a le résultat en tout de suite... mais ça coûte un peu cher !
Ensuite, on utilise le Polaroid comme précisé sur le mode d'emploi :
Pour le dos 545i par exemple :
Rouleaux ouverts.
Insertion de la pochette dans le châssis, dans le bon sens, en allant bien au fond pour bien l'accrocher.
Découverte du film en tirant le cache.
Exposition, temps déterminé après essais.
Fermeture de la pochette en repoussant le cache.
Fermeture des rouleaux.
Extraction du film en tirant fort en un seul coup.
Attente du développement en respectant les données du fabricant, le temps en fonction de la température est marqué sur le film.
Ouverture de la pochette pour voir la photo.

La deuxième l'est autant ... Puis-je fixer directement le dos a la boite du sténopé ?

Oui!
- Soit vous fabriquez un appareil et donc vous fabriquez un porte châssis pour Polaroid, il faut bricoler une adaptation étanche à la lumière.
- Soit vous utilisez un appareil du commerce et le travail est déjà fait.
Par exemple une chambre 4x5 pouces, et alors, vous installez le sténopé sur le trou de la planchette.
Le châssis Polaroid 545i s'insère dans un dos de chambre de la même façon qu'un châssis Fidelity.
Le sténopé n'est qu'un objectif particulier. Il ne faut pas avoir peur d'expérimenter, c'est une bonne façon d'apprendre et de comprendre.
Bonnes photos!
Robert.

====================================================

Bonjour,
Vous serait-il possible de répondre à quelques questions que je me pose suite à ma pratique débutante en photographie au sténopé ? Merci d’avance.
J’ai fait mes calculs pour exposer du papier photographique dont la sensibilité est de 5 ISO. Avec un sténopé de 0,5 mm de diamètre placé à une distance déterminée d’après les tables de focales, je n’arrive pas à exposer correctement mon négatif malgré une mesure de lumière à l’aide d’une cellule ?

 

Bonjour,
Peut-être que le papier ne fait pas exactement 5 iso ?
Etes-vous sûr que le trou fait exactement 0,5 mm? Si la fraise fait 0,5 mm de diamètre, le trou est forcément plus grand.
Pour connaître le diamètre d'un trou, il faut faire le trou et le mesurer après, à l'aide d'un projecteur de diapositives qui projette le trou et à coté une mire millimétrée. Ou bien vous projetez la mire sur un papier, vous repérez le mm, puis vous projetez sur cette marque, le trou. Avec le grossissement, il faut grossir 50 à 100 fois, et la référence millimétrée, on peut savoir le diamètre exact du trou, et l'aspect de ses bords.
Ceci pour répondre à vos questions.
Si votre négatif est surexposé, posez moins longtemps, ou utilisez un sténopé plus petit.
Le diamètre du trou en fonction de la focale, c'est théorique. Si le trou ne s'éloigne pas trop de la valeur idéale, ça marche aussi bien.
En tous cas c'est déjà bien de sortir une image avec un système qui doit étonner tout votre entourage !
Avec un peu d'habitude, vous pourrez déterminer un temps d'exposition correct simplement en regardant le ciel et le sujet choisi, sans aide d'instruments de mesure. Pour des temps de pose qui seront de toute façon longs, Il entre en jeu le phénomène d'écart de réciprocité (vous trouverez l'explication sommaire dans l'article).
Bonnes photos et dites-moi si les corrections ont été efficaces.
Bien cordialement.
Robert.

====================================================

Bonjour,
Je voudrais construire un sténopé , j'ai donc une boite en fer cylindrique d'environ 15 centimètres de diamètre.
Je voulais savoir qu'elle taille de sténopé dois-je avoir pour laisser entrer la lumière (plus d'1mm ou moins) ?
Merci d'avance pour votre réponse
Matthieu.

Bonsoir,
Tapez dans votre moteur, "pinhole photography" ou "sténopé", vous aurez des centaines de pages sur le sujet où vous trouverez cette réponse et plein d'autres à des questions que vous ne vous posez pas encore !
Pour votre boîte; 0,40 mm, 0,45 mm ou 0,50 mm feront l'affaire.
Bonnes photos.
Robert.

===================================================

Bonjour ! J
'ai une petite question concernant la pratique du sténopé ! Je n'arrive pas à avoir une photo correcte, le temps est pas super alors j'ai essayé 2 min d’exposition mais ça ne marche pas j'ai donc essayée plus ou moins de 2 minutes mais ça ne marche toujours pas, car au moment du révélateur la photo se fonce !
Arnaud.

Bonjour,
Ca ressemble à un appareil qui prend le jour, ou à un temps d'exposition trop long, ou à un révélateur trop chaud, ou à un laboratoire photo qui n'est pas bien au noir...
A voir !
Robert.

===================================================

Le bonjour. Achat de sténopé pour un projet d'atelier avec des enfants - URGENT. Ayant tenté à plusieurs reprises de fabriquer des sténopés , le résultat n'étant pas encore concluant : j'aurais voulu savoir ou peut on acheter sur Paris des sténopés. Car je présente ce projet "sculpture sociale identitaire "(croisement du sténopé et du numérique, rapport au temps à la lenteur à l'altérité) dans 8 jours à ce jury du stage. Votre site est très complet, mais pour l'achat tout est en anglais ! Merci de me recontacter - Cordialement.
Laure.

Bonjour,
Si j'ai bien compris, c'est pour mettre devant un appareil déjà existant ?
Impossible de rater la fabrication d'un sténopé !
Un feuille d'aluminium de cuisine.
Une aiguille fine.
Vous percez la feuille.
Vous aplatissez les bords du trou.
Vous ne gardez que les "meilleurs".
Et c'est tout !
Le diamètre du trou... n'a pas trop d'importance, ça marche toujours.
Si c'est trop "flou", vous réduisez la taille du trou.
Si le temps de pose est trop long, vous augmentez la taille du trou.
Vous mettez ce carré de feuille trouée à la place de l'objectif de votre appareil ou devant une boîte à chaussures... et vous avez un appareil de photographies à sténopé.
Le sténopé n'est rien d'autre qu'un objectif rudimentaire !
Vous ne savez pas où vous les procurer à Paris ; mais vraiment, pas la peine de se casser la tête.
Vous pouvez même les faire fabriquer à des enfants.
Et félicitations pour votre travail.
Robert.

===================================================

Bonjour,
Après m'être inspiré de vos conseils sur la fabrication des sténopés, je tente en ce moment de mettre au point une chambre très grand format. Je dispose d'un tube de PVC d'une hauteur d'1,80m et d'un diamètre de 40 cm. Ce tube est déjà percé de 7 trous parfaitement ronds et alignés sur toute la longueur du tube. Cela me permettrai a priori de monter sur chacun d'eux un sténopé percé dans de l'alu type canette de bière. Selon certaines tables d'équivalence, il apparaît que le diamètre optimum du sténopé pour une distance focale de 40 cm devrait être de 0,267 mm, ce qui m'est impossible a réaliser (à moins qu'il existe une technique ?). J'utilise du papier format 80/60 comme surface sensible, que je dispose dans le tube face aux objectifs. Avant de ma lancer, auriez-vous quelques conseils à me fournir concernant cette construction ? En espérant recevoir de vos nouvelles prochainement, Glen.

Bonjour,
Si les sténopés sont alignés sur une droite, pour un paysage par exemple, vous aurez sept fois la même image, avec très peu de décalage entre elles. Pour avoir des images différentes, il faudrait les répartir sur une circonférence. Le diamètre exact que donnent les tables est peu important à respecter. Au lieu de 0,267, vous pouvez très bien avoir 0,3 ou 0,4, l'image sera seulement un peu moins "nette". Le plus difficile à respecter par contre est le même diamètre pour tous les sténopés, sinon vous aurez des différences d'exposition pour le même temps d'exposition. J'espère avoir répondu à vos interrogations. Cordialement. Robert.

====================================================

Paule :
Bonjour ,
- Tout d'abord, une question plutôt simpliste : pensez-vous qu'il est tout à fait favorable de construire mon boîtier en bois ?

L'appareil doit présenter une surface sensible en bonne position derrière un sténopé. Entre les deux vous mettez ce que vous voulez, pourvu que ça arrête la lumière extérieure et les réflexions internes; bois, carton... Il faut quand même obtenir quelque chose d'utilisable.

- De plus, pensez- vous qu'il est encore favorable de fixer le fond du boîtier grâce à des chevilles afin d'accéder facilement au plan film de 4*5 pouces ?

Il faut pouvoir placer et retirer facilement la surface sensible. Si c'est du film fixé au fond du boîtier, il vous faudra retourner dans la chambre noire après chaque photo. Si vous utilisez des châssis plan film, il vous faudra prévoir un système de mise en place et de retrait facile, comme dans un dos de chambre 4x5 pouces. C'est du bricolage... intéressant!

- Je voudrais réaliser un objectif dont le diamètre est de 0.23 mm. D'après vous, où pourrais-je en obtenir un ?

Si vous obtenez 0.23 mm exactement, c'est un coup de chance. Faites de trous de diamètre approchant et choisissez celui qui s'en approchera le plus. Si le 0.23 mm c'est pour une histoire de focale, ne vous inquiétez pas, ça marche aussi bien avec un diamètre approchant. Vous pouvez en acheter des "tout faits", percés au laser... vous trouverez les sites en cherchant sur le Web. Mais ça marche très bien avec du "fait maison".

Je crois que le plus important pour celui qui fabrique un appareil c'est de partir de la surface sensible et d'imaginer l'appareil qui va autour. Bon bricolage et n'hésitez pas si vous avez d'autres questions. Robert.

====================================================

Bonjour, Je m'adresse à vous car je rencontre un problème avec mon sténopé. Je ne sais pas si vous aurez le temps de me répondre mais après avoir effectué de multiples recherches je ne trouve pas la cause de ce problème. J'ai réalisé un sténopé et lorsque je développe la feuille j'ai l'apparition de deux bandes sombres verticales sur mon tirage. Mon sténopé est une boite de Ricorée chargée avec du papier AGFA Glossy. J'ai noté que lorsque je faisais des prises de vue avec du papier mat je n'avais pas ce problème et il me semble, si j'ai bien compris, que vous expliquez sur votre site que ce problème peut venir de l'utilisation d'un papier brillant. Je me permets de joindre au mail un scan de l'image obtenue. L'utilisation du papier brillant est elle la seule cause de ce phénomène ou bien peut il y avoir d'autres causes responsables de ce problème? Toute explication de votre part sera la bienvenue cependant je comprendrais que vous manquiez de temps pour me répondre. Merci d'avance pour votre réponse. Alexandre, (novice dans le sténopé).

Bonjour,
Sur la photo jointe, il y a deux bandes parallèles où le papier a reçu plus de lumière.
Il s'agit probablement de réflexions internes dans la boîte pendant l'exposition.
Si le papier est plan dans la boîte, il peut s'agir de réflexions internes à partir des parois de la boîte, ou d'entrées de lumière.
La boîte est-elle bien étanche, est-elle bien peinte en noir mat à l'intérieur ?
Si le papier est disposé suivant une portion de cylindre, il peut s'agir de réflexions à partir du papier lui-même. Je pencherais pour cette explication car le défaut présente une certaine symétrie, et il n’est présent que lors de l‘utilisation de papier « Glossy ».
Vérifiez l'étanchéité à la lumière (boîte chargée. Sténopé fermé. Vous laissez 1 heure au jour et vous développez ; le papier doit rester vierge, (pas au soleil parce que la température élevée peut voiler le papier).
Si la boîte est cylindrique, il faut employer du papier mat !
Donnez-moi la réponse.
Bonnes photos.
Robert.

===================================================

Bonjour,
Le papier dans la boîte est courbe car la boîte utilisée est cylindrique. Bien que non peinte à l'intérieur, car assez épaisse, la boîte est bien étanche (test avec papier vierge). Ce problème de bandes est récurent de puis l'utilisation d'un nouveau papier brillant. En effet ce phénomène n'apparaissait pas avec l'utilisation d'un papier mat (tests anciens environ 2-3 ans). L'utilisation d'un papier brillant est apparemment la seule cause de ce parasite? Si c'est le cas ça me rassure.
Car c'est un travail long, précis et intéressant pour déterminer la focale équivalente qui permettra la bonne exposition. De plus, travailler avec un support circulaire pose quelques problèmes car toute la surface du papier n'est pas exposée de manière équivalente je pense. Donc, si j'utilise du papier mat, ce phénomène devrait disparaître apparemment. Merci pour votre réponse. Alexandre.

Peindre l'intérieur de la boîte en noir MAT, ça n'est pas pour empêcher la lumière de passer à travers la paroi, mais pour éviter les réflexions internes.
Il faut donc le faire impérativement.
Peinture "Julien Color chaud noir mat", par exemple, ou équivalent, peinture pour appareils de chauffage ou pour tableaux noirs, dans tout magasin de bricolage. Pas la peine d’aller payer très cher quelques ml de peinture pour maquettes.
Robert.

====================================================

Un membre de Galerie Photo qui a besoin d'aide sur la fabrication d'un Sténopé :
Bonjour Robert, Je me permets de vous écrire car tout d'abord, je tiens à vous féliciter pour la réalisation de votre article sur le sténopé mis en ligne sur le site internet de Galerie Photo. Néanmoins j'ai un problème et j'espère que parviendrez à m'aider à le résoudre. J'ai fabriqué un boîtier en contreplaqué 11x15x10cm dans lequel j'utilise du papier photo 10x15cm. J'ai percé dans une feuille d'aluminium un sténopé avec une aiguille taille 11 ce qui est censé me donner un 90mm environ. Mais j'ai l'impression que la profondeur de mon boîtier est trop importante (je n'ai d'ailleurs pas pris en compte ce paramètre lors de la réalisation du boîtier) car mes images sur le négatif papier sont trop petites. Or, si j'en crois ce que j'ai lu dans votre article, les dimensions du boîtier dépendent également de l'angle de champ de la focale. Alors si je souhaite obtenir un grand angle approchant le 35mm (il faudra que je change la taille de mon aiguille) avec un négatif papier 10x15cm, comment dois-je calculer la profondeur du boîtier ? Vous donnez un exemple très intéressant pour un plan film 4x5 mais je ne comprends quel méthode de calcul il faut suivre. Pouvez-vous m'aider ? Merci à vous, bon week-end et à bientôt j'espère.
Aurélien, un bien piètre mathématicien.

Bonjour,
Votre boîtier fait donc 11 cm de profondeur et vous avez un trou optimisé pour 9 cm de focale cad que vous pensez devoir placer à 9 cm de la surface sensible.
Aucune importance, vous n'avez qu'à le placer à 9 cm si c'est ce que vous voulez. Le trou sera relativement un peu trop grand et la définition un peu moins bonne, mais à peine.
Au mieux, il vous faudra fabriquer une platine rentrante de 2 cm où couper le boitier à 9 cm.
Si vous voulez respecter le diamètre du trou par rapport à la focale, vous refaites un trou un peu plus petit.
Si vos images sont top petites, ça n'est pas parce que la surface sensible est trop loin, mais parce que l'éclairement chute en périphérie et votre papier n'est plus assez exposé.
En fait, votre sténopé donne une image qui doit même dépasser les limites du fond de la boîte et même aller sur les parois latérales. Mais l’éclairement chute quand on s'éloigne de l'axe optique.
Pour que le sténopé arrose bien loin de l'axe optique, il faut que le matériau utilisé soit très très fin, le sténopé soit bien "plan" les bords du trou soient bien fins et "jolis", sans irrégularités.
Essayez de faire une exposition très longue, par exemple,1 ou 2 mn, puis 5 mn, puis10 mn, puis 30 mn et même 60 m, au soleil. Je suis persuadé que sur les négatifs de plus en plus exposés, vous allez voir l'image s'étaler de plus en plus vers la périphérie (le centre sera alors trop exposé évidemment).

4x5 inches et 10x15 cm c'est # pareil !
Avec un papier de 10x15, vous pouvez rapprocher le sténopé à 5 cm ou même 3 cm et le remplir, vous aurez bien sûr un très grand angle.

Donnez-moi la réponse après vos essais.
Bonnes photos!
Robert.

====================================================

Bonsoir, Je suis actuellement en classe préparatoire (2eme année) et dans le cadre de travaux d'initiative personnelle encadrés (TIPE) j'ai fabriqué plusieurs sténopés. Le thème de cette année étant l'information, je souhaiterais établir plusieurs courbes qui me serviront à répondre à ma problématique : comment obtenir (avec un sténopé donc) une photo qui soit la plus belle ? Bien sûr une photo "belle" étant subjective, je souhaite donc me baser sur des critères d'évaluation comme le contraste, la luminosité et la taille du trou. J'ai donc plusieurs questions :
=> connaissez un logiciel qui permet de fournir de telles informations (une fois la photo développée) ?
=>le prix d'un posemètre étant onéreux existe-t-il des moyens de substitution ? par exemple est-ce qu'à votre connaissance les appareils photo numérique peuvent donner une information sur la luminosité (j'ai un SONY T-3) ?
Je vous remercie sincèrement d'avance pour vos réponses. W. Dalin.

Bonjour,
Première question: non !
Deuxième question: si votre appareil de photographie comporte un posemètre avec lequel vous pouvez mesurer la lumière et lire les informations sur les mesures, vous pouvez considérer que vous avez en votre possession un posemètre... qui en plus fait des photos ! Mais je pense que les appareils modernes tout automatiques ne permettent pas d'utiliser le posemètre séparément, je n'utilise pas ce genre d'appareils, ma réponse est donc sous réserve.
Pour quelques euro, vous pouvez acheter d'occasion un posemètre fiable, ce qui est intéressant pour comprendre comment les choses se passent.
Faire des essais d'exposition pour un résultat souhaité, ça marche aussi. Cordialement.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour,
Tout d'abord un grand bravo pour votre article très bien construit, documenté et pédagogique. Ce dernier n'a fait que renforcer ma motivation à construire un sténopé.
J'ai donc récupéré une boîte cylindrique métal et percé un trou dont le diamètre approximé est de 0.2 - 0.25 mm. J'ai placé mon support sensible (papier brillant Ilford RC multigrade IV deluxe) à environ 64 mm du trou. J'obtiens donc une focale f:305. Le tout reste à améliorer notamment le système de maintien (visible sur les négatifs)
Après plusieurs essais pour évaluer la sensibilité du papier j'ai obtenu un négatif, relativement satisfaisant pour de premières tentatives, dont je vous joins un tirage (après passage sur scanner).
Je me permets de vous poser la question suivante : il y a des reflets arrondis des 2 côtés de la photo et ce de façon systématique. Avez vous une idée d'ou cela peut venir ? (l'intérieur de ma boite est resté en l'état pas de peinture noire)
Par avance, merci et encore une fois merci pour cet article.
Amicalement.
Sylvain.

Bonsoir,
Ces bandes surexposées sont probablement dues à des reflets dans la boîte. Il faut absolument peindre l'intérieur de la boîte en noir MAT, utiliser du papier mat. Et que la boîte soit bien étanche à la lumière. Une fois cela fait, dites-moi si le défaut a disparu.
Cordialement.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour,
Je suis un fidèle lecteur du site Galerie Photo. Étant passé au numérique depuis pas mal de temps, je suis tombé sur votre article sur le Sténopé et la série de FAQ s'y rapportant. Je me suis lancé dans l'aventure avec une ferveur toute retrouvée et j'ai donc fait mon sténopé dans ma boite de chicorée du matin. Mais une question me tarabuste quant au papier-film à mettre dedans.
- Suis-je dans la mauvaise direction en voulant investir dans un papier type Papier ILFORD Multigrade IV RC De Luxe brillant 1M ? C'est bien ce type de papier qui est à utiliser ?
- Le papier étant Brillant, Perlé, Satiné ou Mat , y a t'il "un mieux" pour cette technique du Sténopé et pour le tirage ?
- Ce papier possède une face "blanche" si je ne me trompe. Comment peut-on faire un tirage par contact à la lumière d'un halogène par exemple si le dos du papier n'est pas transparent ? Je vous remercie sincèrement de partager votre expérience.
Cordialement.
Frédéric.

Bonjour,
Il vaut mieux utiliser un papier mat pour éviter les éventuelles réflexions dans la boîte. C'est surtout important lorsqu'on place le papier suivant une forme concave, dans une boîte ronde. Si vous utilisez du multigrade, vous pouvez placer devant le sténopé un petit carré de filtre multigrade le plus doux, pour obtenir un peu plus de nuances de gris sur votre négatif.
Pour le tirage, le papier brillant est celui qui donne une meilleure définition, mais ce critère est peu important en photographie au sténopé car la définition est de toute façon basse.
Pour le tirage par contact, il faut que le dos du papier ne porte pas de marques, sinon vous allez les retrouver, inversées, sur le positif.
Le papier n'est pas transparent, mais il laisse quand même passer un peu de lumière, assez pour venir impressionner le positif. Après, c'est une question de puissance lumineuse et de temps de pose à déterminer par essais.
Bonnes photos.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour,
Je suis en train de concevoir un sténopé 30 par 40 centimètres. J'aimerais avoir un maximum de l'image, donc je voudrais une focale la plus courte possible mais sans trop de vignettage (qu'aux coins du papier affleure les bord de l'image).
Vous écrivez : "La taille de limage est proportionnelle à la distance trou-écran. Si l'on éloigne l'écran du trou, limage grandit :
Connaissez-vous le rapport taille du sténopé-focal-taille de l'image ?
Merci et félicitations pour votre site
Philippe.

Bonsoir,
Faites des essais en plaçant le sténopé à différentes distances de la surface sensible et vous verrez ce qui vous convient le mieux comme résultat. Plus le sténopé est proche et/ou petit et plus ça va vignetter. Ça s'expérimente plus que ça ne se calcule à l'aide d'une calculette. Pour bien comprendre, vous tracez sur une feuille une croix, deux droites à 90 °. L'intersection, c'est le sténopé. Entre les deux droites, d'une coté c'est l'objet et de l'autre son image. Avec deux règles, vous construisez deux triangles isocèles opposés par leur sommet/sténopé. Vous déplacez les deux règles et vous avez la représentation de l'objet et de son image. Il y a dans l'article un tableau : taille d'un sténopé "idéal" par rapport à la focale.
Cordialement.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour,
Votre avis m'intéresse quand à ce type de travail : http://www.laboiteverte.fr/les-photographies-avec-la-plus-longue-exposition/
Pouvez-vous m'éclairer sur la méthode pour réaliser des poses aussi longues ? La réalisation d'un pont sur la Garonne dans mon village fait que ce procédé me semble idéal pour garder une trace de la réalisation de cet ouvrage.
Cordialement,
Philippe L.

Bonjour,
La méthode pour réaliser des poses aussi longues est très simple : il n’y a qu’à laisser l’exposition se dérouler pendant autant de temps qu’on le souhaite, 10 mn, 1 jour…10 ans !
Evidemment, on craint la surexposition, mais l’effet Schwarzschild (écart à la loi de réciprocité) joue pour nous : plus on pose, moins on pose ; C'est-à-dire que 1mn d’exposition d’un temps qui s’écoule de 30sec à 1mn30sec aura un effet beaucoup plus actinique sur la surface sensible que la même durée de 1mn qui s’écoule sur un temps d’exposition de 1h à 1h et 1mn. En pratique on peut laisser la surface sensible en exposition pendant 1 an si on le souhaite. A mesure que le temps passe, c’est un peu comme si l’effet actinique de la lumière s’écrasait de plus en plus et que la surface sensible devenait de plus en plus résistante, avec une fonction dont je ne saurais vous donner la courbe.
Le sténopé qui laisse entrer très peu de lumière est de notre côté dans cette affaire.
Si la contrainte de départ est de laisser l’exposition se faire d’un seul trait, nuit et jour pendant le temps des travaux, il faut jouer sur les autres paramètres pour limiter la surexposition.
On peut diminuer l’action de la lumière :
- En laissant entrer moins de lumière ;
- diminution du diamètre du sténopé, mais pas trop pour éviter la diffraction.
- filtre gris devant le sténopé (ou derrière)…
- En utilisant une surface peu sensible comme du papier photographique par exemple.
Le résultat devrait en théorie montrer le début des travaux puis… presque plus rien sur la fin de l’évolution du chantier !
C’est ce qui semble apparaître sur les photos de votre référence où on voit bien l’emplacement transparent du début du chantier et beaucoup moins bien l’état final qui ne recouvre pas les étapes précédentes, comme si le chantier n’en finissait jamais !
A mon avis, le plus simple est de faire des essais avec plusieurs appareils sténopés et différents paramètres. Diamètre du trou, filtrage gris, sensibilité du récepteur de lumière , film ou papier, durée d’exposition, 1mn, 10mn, 2h, 1jour, 1mois…
Un autre problème purement pratique et non optique. Il faut absolument trouver un emplacement qui restera libre et accessible pendant toute la durée des travaux. Emplacement stable avec un appareil fixé fermement et qui ne devra pas bouger d’un iota. Si l’appareil est déplacé un tant soit peu, c’est foutu !… Sans vibrations permanentes. A l’abri des intempéries, pluie, vent, appareil à l’ombre et préservé d’une température excessive. A l’abri des enfants, des curieux qui ont envie de « toucher », Le champ photographié ne doit jamais être masqué. Prévoyez un filtre quelconque devant le sténopé pour le protéger de la poussière… ou des insectes et de pouvoir le nettoyer plusieurs fois sans faire bouger l’appareil. Prévoyez plusieurs emplacements et plusieurs appareils, s’il y a n’a qu’un et que ça foire, vous ne pouvez pas faire recommencer le chantier !
Choisissez les emplacements d’abord, puis vous adapterez la « focale » en modifiant le tirage de l’appareil en fonction du cadrage souhaité. En pratique il faut avoir tout prévu de façon à ce que le jour J votre travail soit déjà fini !
J’aimerais voir le résultat le moment venu !
Bonne réussite pour ce projet intéressant.

Bonjour,
Je n'attendais pas une réponse aussi rapide et de surcroit si complète, un grand merci ! Vous avez parfaitement fait le tour de la question, il est vrai que contrairement à ce qui apparait dans le travail de l'artiste en référence, la grande contrainte est l'Extérieur! J'imaginai utiliser un sténopé de 100 microns vu sur le net (un de vos liens je crois). Un filtre de type ND400 de Hoya ou Filtre NDx1000 de B+W posé en extérieur et pouvant être la surface de protection. Du papier mat baryté, 40X50 noir et blanc. Je dois retourner sur le site vérifier la focale mais le grand angle semble obligatoire. Cependant le chantier à déjà démarré et des tests sur un mois ne sont pas possibles au regard de l'évolution des travaux. Par ailleurs je me demandais si l'on ne pouvait révéler le papier qu'en partie si on s'aperçoit d'une surexposition, par un bain de révélateur à 15 ou 10° par exemple ou via une dilution importante. Des risques de diffraction en grand angle avec du 100 microns à votre avis? Je n'ai pas trouvé plus petit et je ne sais pas si cela serait toutefois judicieux. Cordialement, Philippe L.

Bonjour, 100 microns ? CAD 1/10 de mm, ça me paraît très petit quant au risque de diffraction, mais c’est à tester. Pour le filtre, là aussi c’est à tester. Pour le papier : OK.
Je dois retourner sur le site vérifier la focale mais le grand angle semble obligatoire.
Ne vous occupez pas de la focale. Allez à l’emplacement choisi. Eloignez ou rapprochez le sténopé pour remplir votre cadre et la focale en sera déduite, mais savoir sa valeur n’a aucune importance en pratique.
Par ailleurs je me demandais si l'on pouvait ne révéler le papier qu'en partie si on s'aperçoit d'une surexposition, par un bain de révélateur à 15 ou 10° par exemple ou via une dilution.
A mon avis, une fois l’exposition lancée, il ne faut plus rien toucher pour ne pas déplacer le système. Comme je vous l’ai dit, je crois que plusieurs appareils sont une bonne solution pour varier les paramètres et éventuellement faire un développement en cours sur le papier d’un appareil prélevé à titre de test. Cordialement. R. C.

Bonjour,
Je viens de trouver finalement du 1 micron, certes le tarif est élevé mais à 5 microns il tombe presque de moitié. http://www.lenoxlaser.com/index.php?dispatch=products.view&product_id=1
Cordialement, Philippe L.

Bonjour, 1 micron, ça me semble beaucoup trop petit par rapport au risque de diffraction, surtout pour donner une image sur un 40x50 cm…
Faites un essai ?
Cordialement R. C.

====================================================

Bonjour,
et désolé de vous déranger.
Je me permets de vous contacter suite à des essais de photo en sténopé suite à
cet article.
Si vous avez le temps de jeter un œil à ce mail, je souhaiterais votre aide pour la résolution d'un problème concernant le calcul manuel du temps de pose.
Dans tous les cas, je vous remercie déjà d'avoir pris le temps de me lire jusqu'ici. 
Voici les faits : j'ai trouvé sur internet une feuille de calcul de type tableur qui permet de calculer précisément le temps d'exposition (non-corrigé pour les pause >1seconde),
ce qui est bien pratique pour vérifier les calculs ci-dessous, mais je ne souhaite pas me balader avec mon ordi lors des sorties photos, pour pouvoir calculer le temps d'exposition...

Voici le lien de la feuille de calcul.
 
Problème :  
On considère un appareil photo à sténopé de longueur focale F = 31mm, et de valeur diaphragme = 0.20mm, soit f/140 en valeur usuelle pour une netteté optimale.
La valeur diaphragme de l'appareil réflex servant à faire la mesure de lumière sera fixée à f/5.6, pour être sûr de considérer une valeur possible avec les objectifs de chacun, ce dans toute condition.
NB : le lien fournit plus haut considère un diaphragme de f/147 au lieu de f/140, mais cela n'explique pas les divergences entre les temps finaux (voir ci-dessous)
 
(Rappel du calcul des diaphragmes : f/4 = valeur suivante ?
valeur suivante = 4 * (racine de 2) = 4 * 1.4142 = 5.6
f/5.6 = valeur suivante ?
valeur suivante = 5.6 * (racine de 2) = 5.6 * 1.4142 = 8.
etc.)
Mettons que j'ai une pellicule de 400
iso. Je règle mon réflex sur 400 iso, et f/5.6 comme convenu.
Ce dernier indique un temps de pose de 1/400 seconde.
 
Quel est le temps de pose requis, en temps final non-corrigé ?
 
Raisonnement :
Calcul du rapport entre les valeurs de diaphragmes, noté "x" :  
Selon le rappel portant sur le calcul des valeurs de diaphragme ci-dessus, c'est à chaque fois la valeur précédente de diaphragme qu'il faut multiplier par (Racine de 2) pour avoir la valeur de Diaphragme suivante. On obtient donc le nombre de pas entre f/5.6 et f/140 en raisonnant par récurrence selon une suite de type arithmétique (par exemple sur une calculatrice de type lycée). La suite donnant des valeurs discrètes, on obtient soit f/126 pour 8 pas, soit f/180 pour 9 pas. (est-ce que l'explication est claire ?)
Or, on sait que pour chaque valeur de diaphragme, la lumière reçue est divisée par dix.
On doit donc avoir un temps de pose non-corrigé t0 = (1/400) * 8 * 10 = 0.25 * 10^-2 * 8 * 10 = 0.2, en seconde.
Mais le lien fournit plus haut nous indique un temps de pause de 1,72 seconde.  
En supposant que la feuille de calcul évoquée est juste, quelle est l'erreur de raisonnement et/ou de calcul ??
Annexes :  
Pour obtenir le diaphragme idéal pour une longueur focale F donnée et corriger les valeurs finales, se reporter aux tableaux 1 et 2 de la
page suivante.
Si vous en avez le temps, j'aimerai que vous m'éclaircissiez sur ce problème de calcul du temps d'exposition...
En vous remerciant par avance pour votre réponse,
Thomas

Bonjour,
Il me semble que vous aviez bien compris qu'on ne peut pas aller jusqu'au bout de votre texte.
Vous avez devant vous un chemin peut-être un peu sinueux mais sans pièges et vous dépensez une rare énergie à disposer tout un tas d'obstacles pour bien compliquer votre progression et même vous empêcher d'avancer!
Tous ces calculs n’ont strictement aucun intérêt pour réussir une exposition correcte avec un appareil à sténopé, simplement l'exposition, je n'ai même pas dit "une bonne photo!".
Si vous voulez faire des maths, ne vous servez pas d'appareil photo à sténopé et si vous voulez faire des photos à l'aide d'un sténopé, laissez tomber les maths.
Si je peux me permettre un conseil : Fabriquez vous une boîte noire comme décrite dans l'article. Papier photo à l'intérieur. Pour le sténopé, papier alu pour emballer les sandwiches, un trou pas trop grand, pas trop petit fait avec une aiguille à coudre. S'il n'est pas bien rond, on s'en fout complètement. Placez une fleur dans un verre, au jour, à l'ombre par exemple, posez votre appareil de façon à l'avoir dans le champ. Prenez quelques photos avec des temps de pose différents... 1 sec, 5 sec, 20 sec, 1mn, 3mn, 10mn.
Développez et voyez le résultat.
Si vous avez la flemme, prenez un vieux reflex non automatique. Virez l'objectif et collez le sténopé sur la platine porte objectif. Faites des photos avec du film de n'importe quelle sensibilité et définition; tout est bon! Temps d'exposition comme ci-dessus, commencez à 1/8 de sec...
Développez et voyez le résultat.
Si vous avez un appareil numérique, peut-être qu'il vous calculera l'exposition tout seul!
Bon!... vous m'auriez envoyé ce message le 1 avril, je m'inclinais, mais le 3 mai vous y allez vraiment fort!
Quoi qu'il en soit, si vous avez des questions auxquelles je peux répondre, c'est avec grand plaisir.
Robert Colognoli.

Bonjour,
je vous remercie, d'abord pour avoir pris le temps et la peine de me répondre, ensuite pour vos conseils.
Il se trouve que j'ai pour le moment 2 sténopés fait à partir de boite d'allumette et autre bidules, l'un de 30mm, l'autre de 90mm, qui fonctionnent tous deux très bien.
J'ai déjà effectué un certain nombre de tests de manière empirique (j'ai la chance d'avoir la place de développer moi-même les films, donc j'achète des bobines et cartouches, et j'en fait presque autant que je veux...), et l'estimation du temps de pose à partir de la luminosité ne me pose pas vraiment de problème.
Mais j'ai reçu une formation de scientifique, et je sais que le rapport est calculable (pour preuve, la feuille de calcul que je vous ai envoyée), je le cherche pour plus de précision, c'est tout.
Le fait de pratiquer la photographie à plein temps ne m'empêchant par ailleurs pas d'être curieux...
Quoi qu'il en soit, j'ai déjà repéré au moins une erreur (bête : celle de dire qu'un stop de diaph. divise la lumière par 10, c'est bien sur par 2), et vais continuer de chercher...
Et si je résous le problème, je penserai à vous envoyer le détail des calculs... le premier avril de l'an prochain ! =)
Thomas

Bonjour,
Vous avez donc déjà fait le tour du problème avec votre appareil, exposition et développement. Qu'est ce que vous voulez de plus pour faire des photos?
Si c'est pour faire de la recherche pour le plaisir, c'est tout à fait louable.
Avec votre expérience, vous avez dû vous rendre compte que si l'on a une bonne exposition avec 30 secondes de pose, le résultat change vraiment très peu si l'on expose 45 secondes ou même 1 mn par exemple. Il n'y a donc aucun intérêt à calculer un temps de pose au 1/10 de seconde près, ou l'équivalent ouverture du sténopé au 1/10 de diaphragme près!
Ca n'est que mon point de vue.
Je ne peux pas vous aider pour affiner des calculs aussi techniques.
Bonnes recherches et si vous obtenez des résultats intéressants, je pense que vous pouvez proposer un article sur le site "Galerie Photo", où j'ai publié le mien.
Avec tous mes encouragements.
Cordialement.
Robert Colognoli.

Réponse suite à ce message :

Bonjour,
je ne cherche pas une précision de l'ordre du dixième de seconde,
mais pour des temps d'exposition aux alentours de 3 ou 5 secondes (et il y en a souvent par ces beaux jours),
ce n'est pas la même chose de poser pour 3 secondes ou pour 10 ou 15,
même si 'plus on pose, moins on pose'.
Au final, je n'ai pas la démonstration mais à plusieurs et de manière empirique on a retrouvé la formule, si jamais ça vous intéresse :

Temps non-corrigé = vitesse d'exposition fournie par le réflex * [ (diaphragme du sténopé / diaphragme réglé sur le réflex) ² ]

Par exemple, si je règle mon appareil à f/5.6, qu'il m'indique un temps de pose de 1/400 s et que le sténopé a un diaphragme de 147, on a :
temps non-corrigé = (1/400) * [(147/5.6)²] = 1.72 seconde
ce qui n'a que peu d'intérêt pour des temps de pause courts ou longs, mais très utiles pour estimer plus précisément tout ce qui se situe en 2 et 30 secondes (non-corrigé)

====================================================

Bonjour Robert, J’ai trouvé ton adresse sur galerie photo. Retraité, je pratique la photo par plaisir. Ce jour, j’ai fabriqué mon sténopé, j’ai fait ma première prise de vue et fait le tirage contact sur papier aquarelle, sensibilisé par mes soins ‘Van Dyke Brown’. Pour la prise de vue j’ai utilisé de l’ancien film ‘lith’ (j’estime sa sensibilité à 3 ISO et son âge à >10ans). Je me permets de te soumettre cette image et de recevoir tes observations en retour. Cordialement. Michelangelo.

Bonjour Michelangelo, C'est la première fois qu'on ne me demande pas un conseil technique du genre : "est-ce qu'on doit placer le sténopé à 35,8mm ou plutôt à 35,9mm du centre du machin..." Directement une photo, ce qui veut dire que vous avez résolu le problème de sortir une photo avec une technique artisanale du début jusqu'à la fin du processus. Plus besoin d'appareil du commerce, ni d'objectif, ni de papier photo, ni d'agrandisseur, ni d'objectif, d'agrandisseur, ni d'ordinateur, ni d'imprimante...

- Sur le plan technique : Il y a plusieurs choses que l'on pourrait pointer comme des défauts par rapport à un standard : contraste, étendue des gris, plages blanches... mais c'est la magie du sténopé, on sort une photo pleine de défauts techniques et pourtant elle est touchante. En fait, il n'y a pas de défaut, il n'y a que des caractéristiques particulières de la photo au sténopé, et il faut savoir les exploiter. En ce qui concerne le film lith, c'est bien un film à haut contraste pour faire des tirages "au trait"? Si c'est le cas, vous perdez beaucoup dans les demi-teintes. Si c'est un choix, c'est bien. Si l'on veut étaler une plus grande plage de gris, il vaut mieux utiliser un film le plus doux possible.
- Sur le plan "artistique", difficile de juger une photographie d'essai, "expérimentale", pour voir si ça marche. Mais quand même; Regardez la première photographie de l'histoire de la photographie: le "point de vue du gras" de Nicéphore Niepce, placez-là à coté de votre photographie ! C'est très étrange, deux "premières photos" qui ont à ce point un air de famille. Il faut faire des photos intéressantes en profitant des caractéristiques du sténopé, et juger le résultat en ne considérant que les qualités de l'image, sans mettre dans la balance l'exploit que l'on vient de réaliser avec si peu de moyens. Le plus simple est de ne pas tenir compte et ne pas dire comment a été réalisée la photo, mais ne juger que le résultat dans l'absolu. Bonnes photos, c'est bien parti !
Cordialement.
Robert.

Bonjour Robert, Je tiens à vous remercier pour votre réponse. C'est un grand soutien pour moi. Je continue mes essais avec des matériaux un peu désuets mais donnant des résultats des plus en plus satisfaisants. Un jour, j'aimerais pouvoir vous rencontrer et, en vous montrant quelques tirages, récolter vos remarques et suggestions. Noël s'approche, je vous souhaite des Bonnes Fêtes et une excellente année 2012.
Cordialement.
Michelangelo.

====================================================

Bonjour ! Je m'appelle Angelina, et je suis actuellement en deuxième année de prépa scientifique (PSI*) dans un lycée parisien. Mes concours approchent et comportent une épreuve que vous connaissez peut être qui s'appelle les TIPE, sorte de projet scientifique personnel. L'année dernière pour mon TIPE d'entrainement j'avais pris comme sujet "Principe de la camera obscura appliqué à la photographie : le sténopé" qui s'était très bien passé. J'avais fabriqué mon sténopé en suivant en grande partie votre article dans "galerie-photo". J'ai donc pensé garder le même sujet cette année, éventuellement refaire certaines expériences en modifiant des paramètres, et prise dans les révisions de mes concours, je ne m'en suis quasiment pas occupée... Le problème majeur que je rencontre actuellement est de taille : mon sujet doit rentrer dans le "thème" de cette année qui est "prévisions". Je voudrais donc savoir si par hasard vous n'auriez pas une idée d'un aspect du sténopé qui pourrait rentrer particulièrement dans ce thème, une problématique qui y serait liée ? J'ai eu de nombreuses idées mais elles étaient plutôt liées au thème "optimisation".
Merci d'avance,
Angelina.

Bonjour Angelina,
Pouvez-vous m'expliquer ce que vous entendez par "prévisions"?
Robert.

Bonjour,
Malheureusement pas vraiment, pour les concours, chacun est libre de l'interpréter comme il veut. Pour la plupart des sujets, la démarche devient : "identification d'un problème réel, modélisation physique théorique, expérimentation pour voir si la "prévision" est correcte", enfin en tout cas c'est comme cela que je l'entend. Ce que j'ai trouvé de mieux pour l'instant c'est "je me fixe certaines conditions : ensoleillement, sujet à photographier" et j'essaye "théoriquement" de prévoir (à l'aide de l'optique géométrique et de la théorie de la diffraction) comment je peux faire un sténopé adéquat, mais bon c'est un peu tiré par les cheveux... Peut être seulement travailler sur l'intensité lumineuse et tous les paramètres qui permettent de jouer sur la qualité de la photo (temps de pose, taille du trou, éventuellement l'effet Schwarzschild). Enfin bref, si vous avez une idée, je suis preneuse. Merci d'avance, Cordialement,
Angelina .

Bonsoir Angelina,

Est-ce qu'on peut imaginer un architecte qui fabrique la maquette d'un projet de construction dont l'espace serait présenté sous forme de chambre noire avec un sténopé en façade pour recevoir les rayons du soleil et ainsi prévoir l'ensoleillement à l'intérieur des locaux au cours d'une journée type le 21 juin et le 21 décembre par exemple. La course du soleil s'inscrivant sur un papier photographique au sol de la maquette pendant toute une journée ou bien reportée au sol par observation toutes les heures. Ensoleillement variable suivant l'orientation de la façade par rapport au nord et variable suivant la latitude... Ça lui permettrait de prévoir des auvents mobiles de façon à laisser entrer le soleil pendant l'hiver, et de façon à le cacher pendant l'été... d'orienter des panneaux solaires mobiles...

Une autre idée; les rayons lumineux vont en ligne droite à travers un sténopé (contrairement aux rayons qui traversent un objectif à lentilles qui sont déviés aux interfaces air/verre ou verre/verre). La perspective de l'objet et de son image vient sans distorsion. On peut imaginer de connaître l'image exacte d'une structure à laquelle on ne peut avoir accès car; trop loin, milieu hostile qu'on ne peut approcher, exploration spatiale... Deux idées qui me viennent spontanément. Il doit y en avoir bien d'autres. Je ne sais pas si ces pistes entrent dans le cadre de la demande;

Bon courage et faites moi passer le résultat de votre travail, ça m'intéresse! Cordialement.
Robert.

Bonjour,
Veuillez m'excuser de ne pas vous avoir répondu plus tôt mais j'étais occupée par mes concours (écrits). Vos idées sont très intéressantes et je vous remercie de vos réponses (et de leur rapidité).
Par manque de temps et vu le format de l'épreuve (seulement 10 minutes d'exposé puis 10 minutes de questions du jury) , j'ai opté pour la problématique suivante : " Peut on tout prévoir en photographie sans objectif ?"
Je montre avec mes connaissances de physique-optique qu'on peut prévoir la plupart du processus, puis je montre qu'il y a quand même des choses non prévisibles telles que le cadrage et l'exposition dans certains cas. MA conclusion insiste sur la qualité principale du sténopé : sa simplicité et sur le fait qu'il importe en vérité assez peu de pouvoir tout prévoir, l'intérêt de la pratique étant l'expérimentation personnelle et les "bonnes surprises ".
Deux questions, cependant, si vous avez le temps :
1. Je n'ai pas bien compris s'il y a une véritable théorie de l'écart de non-réciprocité, ou si les tables de temps de longue exposition sont seulement expérimentales.
2. Vous et d'ailleurs toutes mes autres sources citez plusieurs formules pour le diamètre optimal du sténopé, certaines sont expérimentales (Stroebel par ex), d'autres théoriques (Rayleigh, Petzval) ; mais j'ai cherché avec acharnement des "démonstrations" ... sans résultat ;
J'ai fait un rapide calcul sans tenir compte de la diffraction qui m'amène à dire que le diamètre doit être inférieur à 0,34 mm pour une focale de 10cm à une distance de 2 m ; comme on peut négliger la longueur de la focale devant la distance objet-sténopé, j'obtiens d<sqrt(2.f.λ) , ce qui fait une première inégalité pour la formule de Petzval, mais je ne vois pas du tout comment on peut "faire des calculs" en prenant en compte la diffraction pour aboutir sur une seconde inégalité. Auriez vous des idées (ou des documents) sur de telles démonstrations ?
Je sais bien que l'intérêt du sténopé ne réside pas dans les calculs mais j'y suis malheureusement contrainte par la nature de mon épreuve !
Merci d'avance !
Cordialement,
Angelina.


Bonjour,
Je réponds avec retard car j'ai été absent quelques temps.
Question 1 : je ne sais pas y répondre, mais cette histoire d'écart de réciprocité est un fait. Je pense que les fabricants d'émulsions ont dû étudier ce point de façon précise.
Question 2 : Voyez sur le même site l'article d'Emmanuel Bigler "Optimiser son sténopé" - http://www.galerie-photo.com/loi-optique-stenope.html.
Là, c'est du sérieux par quelqu'un qui connait la question beaucoup mieux que moi.
Cordialement.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour,
Prof de physique en collège je propose un atelier photo avec ma collègue d'art plastique où nous essayons de construire des sténopés. C'est une première pour nous deux alors nous tâtonnons un peu. J'ai parcouru votre site et lu vos explications avec grand intérêt et l'ai adapté à notre projet mais un problème me tient en échec. Les sténopés étant réalisés par nos élèves de 5e on ne voulait pas entrer dans une fabrication trop complexe pour cette première tentative alors nous avons simplifié (peut être à tort) le procédé en perçant un trou grossier (souvent au compas...) directement dans une boite à chaussure noircie. Le trou est gros - environ 1mm - et les bords ne sont certainement pas "nets". Voila pour notre configuration. Mon problème est le suivant. J'essaye de calibrer le temps d'exposition et le résultat est toujours le même : le papier est uniformément gris clair. (Le sujet est le contenu de ma "chambre noire" éclairée par le plafonnier avec une figurine à 10cm éclairée par une lampe de chevet supplémentaire.) J'ai varié le temps d'exposition de 2 à 7 minutes sans changement. J'ai rapproché le papier photo de 300mm à 100 mm sans changement. J’ai testé avec comme "sujet" la lampe de chevet braquée directement sur le sténopé et j'ai obtenu une image nette du filament bien noir et tout le reste blanc. Ce qui m'ennuie notamment c'est que le trou étant plutôt trop gros je m'attendais à avoir un résultat tout noir et non tout gris clair... (Et encore le gris vient peut être du fait que ma chambre n'est pas rigoureusement noire mais parasitée par un peu de lumière!) Je sèche un peu et j'aimerai savoir si vous auriez un conseil à me donner pour y remédier ou des idées de pistes à explorer. Dans l'espoir que vous pourrez m'aiguiller vers une solution je retourne à mes photogrammes qui eux fonctionnent bien. Cordialement,
Baptiste.

Bonjour Baptiste,
Merci pour votre message. Je pense qu’il y a quelques petites choses à modifier et que tout devrait fonctionner correctement ensuite. Le trou est gros, les bords pas nets et il est percé directement dans la paroi de carton qui est épaisse et avec des bords « rugueux ». Tout ceci favorise une diffusion de la lumière par les bords du trou, surtout si ces bords ne sont pas peints en noir. L’ensemble de l’intérieur de la boîte est arrosé par un flux incohérent de lumière ce qui explique, à mon avis, l’illumination du papier et la tonalité uniforme gris. La majorité de la lumière entrant dans la boîte est de la lumière parasite et ne sert pas à former une image. Accessoirement, le trou de 1 mm est peut-être aussi un peu gros, mais ce n’est pas le facteur qui perturbe le plus. Un trou un peu trop gros devrait entrainer simplement la formation d’une image un peu moins nette. Le temps d’exposition n’entre pas en jeu dans ce phénomène ce qui explique que sa variation ne modifie pas grand-chose. D’autant plus qu’avec des temps d’exposition longs, leur variation joue très peu (loi de Schwarzschild). De la même façon, la variation de distance avec le sujet ne joue pas puisque la perturbation est provoquée par la lumière parasite qui vient « de partout » et non pas de l’image du sujet lui- même. Pour résoudre ces problèmes, il faudrait selon moi :
- Peindre l’intérieur de la boîte en noir mat. C’est très important pour éliminer les réflexions de lumière à l’intérieur de la boîte.
- Que la boîte soit bien étanche à la lumière, c’est très important. (Un bandeau de tissus tout autour du couvercle).
- Faire un gros trou dans le couvercle avec un emporte pièce de 5 mm environ… comme ceux qui servent à faire les trous dans le cuir. Ce trou sera obturé par le sténopé lui-même.
- Le sténopé est réalisé dans un petit carré d’aluminium alimentaire (parce que c’est fin) à l’aide d’une aiguille fine. Idéalement il faut écraser les berges du trou pour qu’il soit plan et à bords nets. Le diamètre exact est moins important. Un trou plus gros donnera une image un peu moins nette et un temps d’exposition plus court. Le carré d’aluminium est collé étanche dans le trou du couvercle. Tout ceci est facile à faire pour des élèves de cinquième. Au besoin, vous pouvez préparer les trous à l'emporte pièce et les sténopés alu., à faire coller par les élèves.
Je suppose que la surface sensible au fond de la boîte est du papier photo ? Dans ce cas, il faut que le papier soit en cours de validité et que la boîte ne soit pas restée une semaine dans une voiture au soleil. Si le papier est « vieilli » il donnera toujours un résultat gris sans contraste ou même pire ! Respecter les conditions de traitement du papier. Si vous suivez ces quelques conseils, je ne vois pas ce qui pourrait empêcher d’obtenir une image correcte. Merci de m’informer des résultats que vous avez obtenus. Je ne sais jamais si les conseils que je donne aboutissent. Bonnes photos avec vos élèves. Ils vont être ébahis en voyant comment on peut obtenir une belle image, alors qu’ils ne connaissent que les téléphones qui font tout ! Cordialement.
Robert.

Bonjour et merci beaucoup de la rapidité de votre réponse. L'intérieur de la boite est déjà peint en noir mat. Le papier date du mois d'octobre et n'a pas subit de variation importante de température. On essaiera lundi un trou plus net et le calfeutrage du couvercle. Il va de soi que je vous informerai de l'évolution de nos résultats.
Bon weekend.
Baptiste.

(...)

Bonjour, je viens de passer la journée avec les élèves à faire des photogrammes et tester le nouveau sténopé fabriqué avec des boites en fer pour une meilleure étanchéité et facilité de réutilisation. Ce matin j'ai fait un nouvel objectif avec une feuille d'alu pour une de nos boites à chaussures, avec un sténopé de très petit diamètre et bien rond. Exposition 1 min 30 tous néons allumés et lampe de chevet : rien. Cette fois le papier est resté immaculé : complètement blanc ! J'ai réitéré en augmentant le temps de pose à 5 min me disant que l'aspect blanc pouvait cette fois être du à une trop faible quantité de lumière entrante. Je révèle, je révèle, je révèle, je déprime, je révèle...et là, ô miracle, une petite zone commence à se voiler. Après quelques instants supplémentaires dans le révélateur je termine la procédure et regarde en pleine lumière : petit, pâle, mais visible : le flacon d'acide m'ayant servi de sujet est bien là (je reconnais même un petit carré blanc de 2mm de côté là ou devait se trouver le pictogramme de sécurité ^_^)

On a donc réalisé nos boites, noircies à la bombe, avec objectif en papier d'alu cansonné, et réalisé des prises de vue de 20 min sur le paysage extérieur.

Résultats très sympas, particulièrement esthétique sur une des photos, et réflexion rigolote d'élève : "on dirait que les toits sont enneigés" me permettant de réexpliquer la notion de "négatifs" (on n’a pas eu le temps de repasser en positif par contact).

Les élèves étaient ravis de la journée et nous aussi.

Un grand merci pour vos conseils avisés, je ne négligerais plus l'importance de l'effet "tunnel' du sténopé et de la diffusion des aspérités.

J'aurais bien aimé vous envoyer une image ou deux du résultat mais nous avons laissé toutes les images aux élèves pour qu'ils puissent les montrer à leurs parents. J'essaierai de les récupérer pour en garder une trace à la rentrée.

Encore un grand merci et peut être à bientôt avec des images si cela vous intéresse ou avec d'autres questions lorsque le projet aura muri et que ne nouveaux problèmes surviendront.

Bonne semaine,
Baptiste.

Bonsoir Baptiste,
Merci pour votre réponse. Vous avez vu comme c'est simple et on peut obtenir avec trois fois rien une image. Après vous pouvez tester l'angle de champ en modifiant le tirage. La netteté en modifiant le diamètre du sténopé etc... Demandez à vos élèves de rester 2mn assis sur une chaise puis les deux minutes suivantes, ils se placent à côté de la même chaise vide sans l'avoir déplacée, avec une main comme posée sur l'épaule d'eux mêmes quand ils étaient sur la chaise... Ça me ferait plaisir de voir quelques images.
Bonnes photos.
Robert. ====================================================

Bonjour !
Je viens de parcourir votre article sur le sténopé que j'ai trouvé très intéressant et complet. Merci pour toutes ces informations ! J'ai encore quelques questions sur le sujet et je pensais que vous pourriez peut-être m'éclairer ! J'organise des ateliers de sténopé et lors du dernier atelier, au moment du calcul de temps de pose avec le posemètre, je me suis retrouvée face à un immense doute : J'avais calculé mon temps de pose avec mon ouverture relative (f/392), le sensibilité du papier RC (80 iso multigrade IV, est-ce bien cela ?) et la lumière ambiante. Mon problème est le suivant : sur le posemètre, mon ouverture relative maximum était de f/92 je crois (sur le posemètre). Comment s'effectue le rapport pour trouver le temps de pose pour la bonne focale (f/392) ? Peut-on faire une règle de trois ?

Autre question : j'aimerais transformer en vieil appareil photo en sténopé. Je vais donc retirer l'objectif et remettre le cache en faisant un petit trou. Au niveau de la sensibilité du film, je me base sur ce qu'il y a sur la pellicule, par exemple 3200 iso ? Ou devons-nous compter plus ou moins ? Et au sujet de la distance focale, il faut compter le nombre de centimètres, c'est très peu profond non ? Nous aurons un effet grand angle ?

Dernière question : au sujet de la luminosité de l'image : vous dîtes : si on triple la distance entre l'écran et le trou, l'image est neuf fois moins lumineuse, ça je comprends. Mais : si la profondeur de la boîte est égale, la taille du sténopé également, mais que le fond de la boîte est plus grand (taille de boîte plus grande), donc la surface à illuminer plus grande, est-ce que cela rallonge le temps de pose ?

Voici toutes mes questions, j'espère qu'elles sont claires ! Je vous remercie d'avance pour votre aide !
Alexandra

Bonjour Alexandra,
J'essaie de répondre à vos questions dans l'ordre.
- Le papier ça serait plutôt 8 ISO environ, il me semble. Pour déterminer une exposition correcte, on ne peut pas appliquer une simple règle de trois. Les valeurs données par les posemètres ne sont pas extrapolables avec l’augmentation du temps de pose, parce que la variation du temps de pose ne suit pas une droite quand le temps d’exposition augmente, (loi d’écart de réciprocité). Par exemple, pour des temps de pose longs, si l’éclairement diminue de moitié, on ne peut pas multiplier le temps d’exposition par deux. En pratique, il faudra le multiplier par 3 ou 4 ou 5, et ce, d’autant plus que le temps d’exposition augmente.
Le plus simple est de calculer empiriquement un temps de pose de base pour chaque condition de prise de vue. Par exemple, faire des essais d’exposition avec un même sténopé et une même surface sensible :
- 1sec, 3sec, 10sec, 30sec, 2mn… au soleil
- 1sec, 3sec, 10sec, 30sec, 2mn… à l’ombre extérieur
- 1sec, 3sec, 10sec, 30sec, 2mn… au jour intérieur…
Vous aurez après quelques essais des valeurs à appliquer pour les différentes conditions de prises de vues les plus courantes. Vous établissez une fiche mémoire des temps de pose. Avec une certaine pratique, ça deviendra intuitif d’autant qu’une grande précision n’est pas requise. Vous pouvez adapter « au pif ».

- Au sujet de la distance focale, c’est très simple : la distance focale, c’est la distance entre le sténopé et le plan de la surface sensible. Mais ça n’a aucune influence sur la « netteté » de l’image puisque tout est toujours « net » quelle que soit la distance de l’appareil au sujet. Par contre l’angle de champ dépend à la fois de la distance focale et de la dimension de la fenêtre d’exposition de votre appareil. Si vous utilisez un 24x36, l’angle de champ correspond à l’angle qui a pour sommet le sténopé et pour base les 36mm de la fenêtre d’exposition, ou bien la diagonale du rectangle 24x36 si vous préférez cette unité de mesure. Il faut savoir qu’un objectif sténopé couvre en général beaucoup plus que la surface sensible qu’on lui présente. Si vous approchez ces 24x36mm du sténopé, l'angle de champ augmente, inversement si vous l'éloignez. Par contre pour une même distance focale, vous pouvez augmenter l'angle de champ en présentant une surface sensible plus grande et inversement si elle est choisie plus petite. C'est intéressant à savoir si vous fabriquez vous même vos appareils !

- Non ! Le sténopé donne, dans l'appareil, un cône image « qui est ce qu’il est » et qui ne dépend pas de la surface sensible qu'on lui présente. Si vous placez une petite surface sensible derrière le sténopé, vous interceptez une petite partie du cône image, (et vous perdez le reste, mais le sténopé vous l’avait proposé). Si vous placez une surface sensible plus grande, vous interceptez une plus grande partie du cône image. Mais pour une même distance focale, l’intensité lumineuse par unité de surface ne varie pas, ni le temps d’exposition donc, même si la surface sensible varie en surface… (sauf pour les zones très latérales pour une histoire de distance qui augmente et de sténopé qui est vu comme une ellipse de moindre surface et non plus comme un cercle. Ce qui conduit à une chute de luminosité d’environ 2 diaphragmes à +-45° de l’axe et de 4 diaphragmes à +- 60° de l’axe).

J'espère avoir répondu à vos questions. Bonnes photos. Tenez-moi au courant de votre travail.
Cordialement.
Robert.

====================================================

Bonjour Robert,
Merci pour toutes ces réponses, tout me semble très clair. J'organise un atelier dimanche pour la journée mondiale du sténopé. Je vais faire mon premier essai avec un support film noir et blanc et le développer dans du caffenol. Je vous enverrai le lien sur le site du pinhole day !
Dernière question, j'ai oublié mes cours de géométrie, c'est donc une question assez technique : dans votre article, vous expliquez que votre sténopé aura un angle de 120 degrés. L'horizontalité de votre support mesure 12, 7 centimètres. Comment avez-vous trouvé la hauteur (donc la
profondeur de la boîte) ? Qui est dans votre article de 37 mm ? Je vous remercie beaucoup et à bientôt !
Alexandra


Bonjour Alexandra,
Si le sténopé donne un angle de 120° sur 127 mm de base. La moitié de chaque coté, c'est 
60° sur 63.5mm de base. Vous obtenez un triangle rectangle avec un angle de 60° et un coté 
opposé à l'angle de 63.5mm.
Il faut connaître le coté adjacent à l'angle de 60° càd la distance du sténopé à la 
surface sensible.
Les formules de trigonométrie nous disent que tangente 60°= Coté adjacent/coté opposé.
Soit Tangente 60°(1.732) = x/63,5
Soit x = 63,5/1,732 = 36,66mm soit 37mm.
Bon... c'est du calcul simple que vous pouvez vérifier par une construction avec un compas 
et une règle.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour, 
J’ai pu lire ces dernier jours des tas d'articles sur la fabrication de sténopé et je sollicite votre aide afin de savoir quelle serait l'ouverture et la focale optimale pour fabriquer un sténopé au format 8X10".
Cordialement.
Damien.

Bonjour, 
Je vous ai envoyé un mail hier soir mais je ne suis pas sur que vous l'ayez reçu alors je vous réitère ma demande.
J'aurais bien besoin d'aide afin de réaliser au mieux un sténopé grand format 8X10" avec la plus belle image possible. 
Je vous remercie d'avance, en attente de vous lire. 
Très cordialement.
Damien.

Bonjour,
J’ai bien reçu votre premier message, mais je réponds quand j’ai un peu de temps et ça n’est pas instantané. Voici donc ma réponse.
Le sténopé, projette dans l’appareil un cône de lumière qui transporte l’image symétrique inversée de ce qui se trouve devant lui.
Dans ce cône de lumière on interpose une surface sensible qui va intercepter une partie de cette projection.
La netteté relative de l’image obtenue ne dépend pas de la surface du film ou papier, mais du couple distance focale et diamètre du sténopé.
Il y a un tableau, dans l’article, qui donne la meilleure netteté, pour une distance focale choisie.
Cette distance focale, c’est vous qui la choisissez en fonction de l’image que vous souhaitez obtenir.
La focale vous donne un angle de champ défini en fonction des dimensions de la surface sensible.
Effet de grand angle si vous choisissez une distance focale courte : vous récupérez toute l’image projetée, par exemple, image de la maison et du paysage qui l’entoure.
Effet de longue focale si vous choisissez une distance focale longue : Vous récupérez une petite partie de l’image projetée, et d’autant plus petite que vous augmentez la distance sténopé/surface sensible, cette fois ci vous ne verrez sur la photo que la maison. 
Donc, vous choisissez la focale, puis vous adaptez le meilleur diamètre de sténopé en fonction. En sachant qu’un sténopé de diamètre plus faible ajoutera un certain taux de diffraction de l’image et un temps de pose plus long. Un diamètre plus grand donnera une image un peu plus floue et un temps de pose plus court.
Si le diamètre du sténopé ne correspond pas exactement au diamètre optimal donné par le tableau, ça fonctionne quand même très bien !
Cordialement.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour Robert,
Je viens de lire votre site qui traite du sténopé et je souhaitais vous demander un conseil.
J’ai fabriqué un appareil pinhole de carton,
J’ai récupéré mon premier développement et toutes les photos sont floues.
Avez-vous une idée de la cause ? J'ai pensé que c'était peut être du au diamètre du trou ? j’ai perforé la fine plaque métallique dorée à l’aide d'une punaise.
Merci pour votre attention
Cordialement
Clement G.

Bonjour Clément,
Vous obtenez des photos floues… c’est normal !
Les photographies faites à l’aide d’un objectif à sténopé sont toujours floues… plus ou moins.
Si elles sont très/trop floues, c’est probablement que le trou est trop gros… ou que votre appareil à bougé pendant l’exposition.
Suivez les conseils donnés dans l’article du site et vous devez obtenir des photos dans la limite d’un flou qui vous convienne.
Si vous voulez obtenir des photos nettes, il faut utiliser un objectif à lentilles et placer le sujet dans la zone de profondeur de champ.
(La perforation d’une fine plaque à l’aide d’une punaise, c’est quand même un peu approximatif, à mon avis le problème vient de là ! Essayez un sténopé troué proprement à l’aide d’une fine aiguille dans un papier aluminium de cuisine.)
Cordialement.
Robert C.

====================================================

Bonjour,
Dans le cadre de notre exposcience, nous fabriquons un sténopé et comme surface photosensible, nous désirons utiliser un film de 35 mm. Nous avons une boite de 19,5 cm par 9,5 cm qui nous servira de chambre noire et nous en avons recouvert les parois de ruban adhésif noir mat. Nous avons aussi commencé la fabrication de l'intérieur de la boite en s'assurant d'avoir deux espaces égaux aux extrémités pour y placer une bobine de film vide et une bobine de film pleine. Nous avons dans l'idée de faire passer manuellement le film d'une bobine à l'autre et de fermer l'obturateur entre chaque prise de photo pour que les photos soient d'une netteté optimale, sachant que le diamètre du sténopé est d'environ 1mm. Pour le moment, nous nous sommes arrêtées à l'étape où nous devons concevoir le reste de l'intérieur de la boite en fonction de la largeur et de la longueur du film qui passera devant le sténopé, mais nous ne savons pas par où commencer et comment calculer la largeur de film que nous aurons besoin de placer devant le sténopé pour chaque prise, et qu'il sera possible de faire développer en laboratoire. Penseriez-vous pouvoir nous conseiller à ce sujet, ou auriez-vous des idées nous permettant de régler notre problème ?
Merci à l'avance.
C&A


Bonjour,
Première chose, qui êtes-vous? Je ne réponds pas aux lettres anonymes. Veuillez avoir la gentillesse de vous présenter, école, lycée, étudiant? Qu'est-ce que c'est exposcience?
Une boîte c'est un volume et vous ne me donnez que deux dimensions, il en manque une.
Le plus simple est de peindre l’intérieur de la boîte à l’aide d’une peinture noir MAT.
Vos explications concernant le plan de la boîte me semblent confuses; faites un schéma la boîte, le film à l'intérieur, je comprendrai mieux.
Dans un appareil utilisant les bobines 35mm, une longueur de film sort de la bobine à chaque prise de vue, puis il est rembobiné dans la même bobine à la fin de toutes les prises de vues ce qui le replace à l'abri de la lumière. Le film est attaché sur l'axe de la bobine, on ne peut pas le faire passer d'une bobine sur une autre, (à moins d'utiliser du film au mètre et de réaliser soi même le chargement des bobines).
Fermer l'obturateur entre chaque prise de vue, c'est la moindre des choses, par respect pour le film, mais ça n'a rien à voir avec la netteté de l'image.
Un sténopé de 1 mm ça ma parait un peu grand, c'est utilisable mais ça donnera des images un peu plus floues qu'avec un sténopé optimum plus petit.
La longueur de film exposée devant le sténopé, c'est un peu comme vous voulez. Vous pouvez aller d'un carré de 24mm de coté, ou de 35mm si vous voulez avoir l'image y compris sur la zone des perforations. Vous pouvez aller jusqu'à un format panoramique de 24mm x (24mmx3) ou 35mm x (35mmx3) ou même plus, ou moins, ou entre les deux, vous aurez toujours une image, un peu moins exposée sur les extrémités de la vue.
Il faut faire des essais.
Cordialement.
Robert C.
Pas de réponse évidemment !

====================================================

Bonjour,
j'ai un problème avec mon sténopé, je l'ai fabriqué dans une boite de conserve de haricot, il m' a l' air hermétique il est tout noir
Je fais des temps de pose 40s en semi nuageux pour des paysage pour un résultat inexistant similaire à une diffusion d'encre de chine sur du papier autant dire rien n' apparait.
Pouvez-vous m’aider à établir le temps de pose idéal, je dispose de peu de papier.
Merci
Eve


Bonjour,
Je suppose que le papier n’est pas périmé, que la boîte est étanche à la lumière et que les conditions de développement sont correctes.
Est-ce-que le papier est uniformément tout noir, ou bien y-a-t-il une tâche noire, à bords estompés, au centre du papier ?
- Dans le premier cas :
le papier a reçu trop de lumière, soit avant de la placer dans la boîte (il faut charger le papier en chambre noire !), soit très surexposé dans la boîte.
- Dans le deuxième cas :
Sténopé beaucoup trop large et surexposition.
Temps de pose trop long et surexposition.
Saleté incluse dans le sténopé qui entraîne une diffusion de la lumière.
Montez un sténopé propre.
Faites trois essais à 5, 10 et 30 sec
Si ça n’est pas mieux, montez un sténopé de diamètre inférieur.
Il n’y a aucune raison pour ne pas obtenir une image avec un procédé aussi simple, si l’on respecte quelques règles.
Papier valide, chargé au noir.
Boîte étanche à la lumière, noire à l’intérieur.
Sténopé « propre ».
Trois essais de temps de pose.
Pas de mouvement de la boîte pendant l’exposition.
Bonnes conditions de développement.
Dites-moi si vous avez réussi à régler le problème.
Cordialement.
Robert C.

====================================================

Bonjour,
 Merci pour votre page sur galerie photo.
J'aimerais une question.
Si je veux utiliser du plan film pour un sténopé ou directement du papier c’est pareil ? Je veux dire une feuille iso 100 Ilford ou un papier iso 100 ce sera le même temps de pose à l'exposition? Et le fait d'utiliser un film permet juste plusieurs tirages?
Meilleures salutations.
Crea.



Bonjour,
(Hormis le cas d'un système sensible positif direct), dans le cas habituel donc, l'exposition d'une surface sensible type film ou papier photographique va donner chaque fois un négatif ; sur support transparent pour le film ou sur support opaque pour le papier. Vous pourrez tirer, par contact par exemple, les images de chaque négatif sur un papier pour avoir un positif cette fois-ci. La durée d'exposition du papier final sera beaucoup plus longue avec un négatif de départ sur papier, car il faut dans ce cas que la lumière traverse un papier dont le support d'émulsion est opaque alors que le support d'émulsion d'un film est transparent. Par contre, la durée d'exposition dans l'appareil photographique serait la même pour un surface sensible de même sensibilité, qu'il s'agisse d'un film ou d'un papier, utilisés tous les deux comme négatifs. Le problème est de trouver un papier qui fasse 100 ISO. Je crois que les papiers classiques noir et blanc font en général autour de 5 ISO. Si vous disposez d'un papier de 100 ISO de sensibilité, il devrait se comporter comme un film de même sensibilité. Des essais sont de toute façon à effectuer. Cordialement.
Robert Colognoli.

====================================================

Bonjour
Je viens de consulter votre page concernant un sténopé, j'ai fabriqué un sténopé et quelques difficultés pour trouver le temps de pose nécessaire, pouvez-vous m'éclairer, je suis directrice de centre de loisirs et c'est en prévision d'activité.
Quelques infos : mon appareil est une boîte de conserve : distance focale 10 cm et diamètre de l'objectif 1 mm. Je suis arrivée une seule fois à faire une photo très correcte en temps nuageux. Mais avec un temps très ensoleillé je bute à chaque fois ; et ce n’est pas faute d'essayer.
En attendant une réponse de votre pour m'éclaircir et me donner des conseils. Muriel.


Bonjour,
Distance focale 10 cm et diamètre de l'objectif 1 mm : Je suppose que la boîte de conserve est cylindrique et que le trou est positionné sur la paroi du cylindre à mi hauteur. 1 mm c’est un peu trop large pour 10 cm de distance focale, mais ça n’est pas important, les photos seront un peu plus floues, avec un temps d’exposition un peu plus court que lors de l’utilisation d’un sténopé de diamètre optimum. Mais vous obtiendrez une image, au moins pour faire les tests.

Je suis arrivée une seule fois à faire une photo très correcte en temps nuageux. Mais avec un temps très ensoleillé je bute à chaque fois ; et ce n’est pas faute d'essayer : Qu’utilisez vous comme surface sensible… papier, film ? Qu’entendez-vous par « je bute à chaque fois »… sur exposition ?, sous exposition ? Comment est l’image finale… totalement blanche ? Totalement noire ? Tâche noire au milieu d’une surface blanche ? Il faut déjà que la boîte soit bien étanche à la lumière et qu’elle soit peinte en noir mat à l’intérieur. Si vous avez obtenu une image par temps nuageux, et « je bute » par temps ensoleillé, c’est que dans ce dernier cas, je suppose qu’il doit y avoir surexposition. Réduisez le diamètre du trou ou réduisez le temps d’exposition. Renseignez-moi un peu mieux pour que je puisse vous donner une réponse plus précise.
Cordialement.
Robert Colognoli.

====================================================

Ma boîte est toute noire et totalement étanche à la lumière ... Je le fais sur papier photo, j ai encore développé des essais aujourd’hui... Des formes sont apparues (voiture poteau arbre) mais la netteté laisse à désirer, beaucoup trop de taches noires... j aimerai savoir le temps d’exposition pour un temps très ensoleillé. Je suis passionnée par le sténopé mais commence à désespérer cela fait plus d un mois que je travaille d'arrache pied... demain je réessaie avec un diamètre plus petit...
Muriel.


Chargement en chambre noire. Bains de traitement non périmés. Température correcte. Sténopé plus petit. Pas de poussière… à l’intérieur du trou. Appareil fixe pendant l’exposition. Faites plusieurs essais avec des temps d’exposition autour de celui qui vous a donné une image. En sachant que si vous réduisez le sténopé, il faudra augmenter la durée d’exposition.
Le système utilisé est rudimentaire, il n’y a pas de piège et aucune raison de ne pas obtenir une image. Si vous aviez, voiture poteau arbre, devant l’appareil et que vous les retrouvez sur le papier, il faut peut-être s’en contenter !
Si c’est une histoire de netteté, elle sera améliorée en réduisant le diamètre du sténopé. Tout ceci est expliqué sur le site. Il faut faire des essais. Cordialement.
Robert Colognoli.

Je vous remercie du temps que vous avez pris pour éclairer ma lanterne ... Je vais m y atteler... Je respecte à la lettre toutes les précautions, chargement en chambre noire etc. cordialement, Muriel.

====================================================

bonjour robert
pouvez vous m'aider ?
Depuis peu je pratique le sténopé je me le suis fabriqué, diam 0.23 distance 45mm, avec une chambre 4*5 j'utilise comme papier du Harman direct positive fb pour développer mes photos j'utilise du cafenol 1l d eau déminéralisé (température ambiante maison)+80g lessive de soude, 40g vitamine c, 40g café soluble dans des bac (j ai testé differents temps ) et ilford fixateur rapid fixer 1mm ; le problème c'est que la photo est trop sombre sur un paysage on distingue bien le ciel mais le reste est sombre j'ai essayé plusieurs temps de pose mais rien n y fait . auriez vous un conseil ! merci

 

Bonjour Claudine, Pour qu’on se comprenne bien, vous obtenez directement une image positive, c'est-à-dire que les zones qui ont reçu la lumière pendant l’exposition sont rendues claires sur le papier (soleil, ciel, hautes lumières en général). Dans ces conditions, si l’image est trop sombre c’est qu’il n’y a pas eu assez d’exposition. Soit par un temps d’exposition trop court, soit par un sténopé de trop petit diamètre, soit par les deux réunis. Faites d’autres essais en commençant par augmenter le temps d’exposition… mais beaucoup ! Par exemple, si vous avez exposé 30 secondes, passez à une exposition de dix minutes ou même plus. Une autre méthode est d’augmenter le diamètre du sténopé et une autre encore est d’associer les deux premières. Si plus de lumière vient exposer le papier, l’image va forcément apparaître… bien sûr si le papier n’est pas périmé, si la chimie est utilisée dans de bonnes conditions, péremption, température… En ce qui concerne la chimie, utilisez un révélateur du commerce adapté à votre papier. Quand vous aurez obtenu un résultat satisfaisant, vous ferez des essais avec votre révélateur maison. Bonnes recherches, cordialement. Robert Colognoli.

 

un grand merci pour vos conseils claudine .

 

rebonjour robert excusé moi de vous déranger encore une fois mais j'aurais besoin de vous. j'ai pu récuperer un posemétre pour mes temps de pause en stenopé seulement mon posemétre s'arrête à 128 alors que j ai un diaphragme de 173 comment déterminer mon temps de pause ? j'avais pensé à 128+45 et additionner les 2 temps de pause: est ce correct ou pas !! merci claudine

Bonjour Claudine,
Pas de posemètre, le diaphragme étant fixe par définition, jouez sur le temps de pose que vous comptez à l’aide de votre montre. Il s’agit là de minutes, vous n’êtes pas à quelques secondes près. Et puis, faites un effort en écrivant vos messages. Majuscules, ponctuation, accents, points d’interrogations pour les questions, traits d’unions, accords… j’ai compté plus de vingt fautes en six lignes ; c’est un calvaire de vous lire ! Voici à quoi pourraient ressembler vos messages pour passer sans irritation. (Bonjour Robert, Pouvez-vous m aider ? Depuis peu je pratique le sténopé. Je me le suis fabriqué, diamètre 0.23 mm, distance 45 mm, avec une chambre 4x5 pouces. J’utilise comme papier du Harman direct positive fb. Pour développer mes photos, j’utilise du cafenol, 1l d’eau déminéralisée (température ambiante maison) + 80g lessive de soude, 40g vitamine c, 40g café soluble, dans des bacs (j’ai testé différents temps) et Ilford fixateur rapid fixer 1mn. Le problème c’est que la photo est trop sombre ; sur un paysage on distingue bien le ciel mais le reste est sombre. j’ai essayé plusieurs temps de pose, mais rien n’y fait. Auriez- vous un conseil ? Merci, Claudine. Rebonjour Robert, Excusez-moi de vous déranger encore une fois, mais j'aurais besoin de vos conseils. J'ai pu récupérer un posemètre pour déterminer les temps de pose en sténopé. Seulement l’échelle des diaphragmes de mon posemètre s'arrête à 128 alors que j’ai un diaphragme de 173 à mon sténopé. Comment déterminer les temps de pose ? J'avais pensé à 128+45 et additionner les 2 temps de pose: Est-ce correct ou pas ? Merci, Claudine.) Cordialement, Robert Colognoli.

 

Je suis totalement désolée et je ferai preuve de plus de vigilance consernant mon écriture. Merci tout de même d'avoir pris la peine de me repondre . Claudine .

 

Bonjour Claudine, c'est parfait... seulement deux fautes (concernant, répondre) ;-) C'est aussi une histoire de respect pour la personne qui doit vous lire. Imaginez une lettre de demande d'emploi! Bonnes photos, cordialement. Robert Colognoli.

====================================================

Bonsoir Monsieur,
depuis plusieurs années je pratique le sténopé et j'en deviens acharné. Je propose des ateliers dans diverses structures. J'ai même fait un tour du monde en camion labo-photo, mais depuis plusieurs mois je n'arrive plus à avoir un tirage positif correct.... A chaque développement, j'ai que du gris .... Tous mes positifs virent au gris ... alors que mes négatifs sont corrects. Avez-vous une idée de pourquoi ces résultats? Avez vous déjà finit démoralisé dans votre labo ? Je sais que c'est une question de patience mais des fois c'est dur .... Merci d'avance. Anthony Anquetil.

 

Rassurez-vous, ce problème n'a rien à voir, ni avec la patiente, ni avec le moral, ni avec le sténopé, puisque comme vous le précisez: «Tous mes positifs virent au gris ... alors que mes négatifs sont corrects.". Vérifiez:
- Validité du papier, des bains de la chaîne de traitement, température...
- Absence de voile du papier.
- Noir dans le labo, inactinisme de l'éclairage...
Développez un papier vierge sorti de sa boîte, il doit ressortir blanc une fois traité. Développez un papier vierge laissé 1/2 heure à l'extérieur de sa boîte, dans le labo éclairé avec la lumière inactinique, il doit ressortir blanc. Développez un papier vierge laissé 1/2 heure à l'extérieur de sa boîte, dans le labo au noir, lumière inactinique éteinte, il doit ressortir blanc. Les positifs ne vous veulent aucun mal!
Cordialement.
R Colognoli.

====================================================

Bonjour Monsieur,
Nous recherchons pour un projet de campagne photo, une personne qui pourrait nous fabriquer 2 sténopés sur mesure comme suit :
Camera 1 : Sténopé bois pour papier photo 40x50cm – rendu optique 35mm équivalent 24x36
Camera 2 : Sténopé bois pour adapter un dos film rouleau 120 type Hasselblad - rendu optique 35mm équivalent 24x36
Nous avons du mal a trouver une personne comme cela, pensez-vous pourvoir nous aider dans cette recherche ?
Merci pour votre aide.
Bien cordialement,
Nicolas, Partner & Executive Producer.

 

24x36, c'est un rapport de 2/3, et 40x50 c'est un rapport de 4/5. Ca n'est donc pas équivalent !
L'angle de champ d'un objectif de 35mm en 24x36, c'est 63° sur la diagonale du rectangle. Pour avoir le même angle sur la diagonale d'un rectangle de 40x50 cm, il faut un tirage de 51cm environ. Donc une boîte de 40x50x51cm. C’est assez facile à fabriquer
Pour le dos de type Hasselblad, c.à.d. un carré de 56mm de côté (rapport 1/1, donc non équivalent au 24x36), vous pouvez faire vous-même le calcul du tirage de la boîte... qui sera plus compliquée à fabriquer car il faut y adapter le système de fixation du dos Hasselblad, fonctionnel, stable, étanche à la lumière... (Le plus simple est d'utiliser un boîtier Hasselblad sans l'objectif, avec le sténopé placé à la bonne distance. le problème de fixation du dos est résolu).
Mais vous me demandez si je peux vous aider dans votre recherche?
Faites un schéma, puis essayez de trouver une personne "à compétences d'ébéniste" qui pourra fabriquer ces boîtes.
Il faut vous attendre à payer le tarif d'un objet fabriqué en exemplaire unique.
J'ai déjà fait ce genre de réalisation, mais un amateur qui fait ça après son travail, ça commence en janvier et ça finit... en mars, si tout va bien !
Le plus simple est de le faire vous-même; une rigolade pour un "Partner & Executive Producer", isn't it?
Cordialement, R Colognoli.

 

Cher Robert,
Merci pour votre retour et votre sens de l'humour ;)
Comme mon titre professionnel l'indique, je ne suis pas spécialisé dans la technique sténopé mais bien dans la production d'images publicitaires.
A part mon affection pour la photographie et mon métier, je ne suis malheureusement pas un pro de ce type de calcul et ratio, en revanche les personnes avec lesquelles je travail sur ce projet seront ravis d'échanger avec une personne qui a déjà obtenu des résultats satisfaisants.
Dans le cadre de ce projet pour la marque Biocoop, et par soucis d'obtenir une qualité d'image suffisante pour une campagne d'affichage, nous recherchons toujours "la personne" qui pourrait encadrer notre fabrication de sténopé "sur mesure". Bien entendu notre timing complique ne nous permet pas d'attendre le mois de Mars ;)
En tout cas je vous remercie de m'avoir répondu.
Cordialement.
Nicolas.

Bonsoir,
La photo au sténopé, c'est le domaine de l'expérimentation, de l'aléatoire... de la magie poétique...
Cadrage pas forcément au cordeau, exposition +/- au pifomètre.
Les images ont le charme de leurs défauts, léger flou, peu de contraste... Tout ce que les fabricants d'optiques essaient de corriger.
Il faut savoir tout cela avant de se lancer dans un travail avec obligation de résultat, avec un délai fixé, alors qu'on ne maîtrise pas le sujet!
Pour vous faire une idée regardez le site "Journée Mondiale de la Photographie au Sténopé", vous avez là des milliers de photos dans tous les styles.
Cordialement. R Colognoli.

====================================================

Monsieur Colognoli,
Je vous écris ce mail en tant que “sténopiste amateur” (et débutante) pour solliciter vos conseils expérimentés, si toutefois vous aviez le temps d’y répondre.
J’ai entrepris de construire deux sténopés dans des boîtes en métal et de développer les tirages en noir et blanc. La première boîte est une boîte à biscuits de dimensions 21cm x 23cm x 10 cm. La seconde est une boîte cylindrique “Ricoré” de diamètre 10 cm. Le tout peint en noir mat à l’intérieur, trou percé à la perceuse (environ 5mm) puis cache en carton noir et mini trou réalisé dans papier aluminium selon vos indications (je n’ai pas pu mesurer exactement le diamètre, mais je dirais qu’il avoisine les 0,3 mm). Distance focale de 10 cm dans les deux cas.
J’utilise du papier Ilford Multigrade IV RC Deluxe brillant 9x13 cm. Malgré la notice de ce papier (en pièce jointe) j’ai du mal à être sûre de sa sensibilité ISO... J’ai lu sur des forums qu’en général les papiers sont peu sensibles, de l’ordre de 5 ISO, or ici, j’ai l’impression que c’est plutôt 500 ISO P (cf. p.2 du document, paragraphe “Sensibilité ISO”) !
Le moins que l’on puisse dire, c’est que mon premier essai de photo a été complètement ratée. Après passage dans les bains, révélateur, stop, fixateur, rinçage, le papier est ressorti aussi blanc qu’il est entré dans la boîte! Je ne pense pas avoir commis d’erreur au niveau de l’obscurité lors de l’introduction du papier (acheté neuf) dans le sténopé ou lors du tirage avec lampe inactinique. Je ne pense pas m’être trompée non plus sur l’identification de la surface sensible du papier puisque l’aspect brillant aide...
En revanche, peut-être que je me suis bien trompée en adoptant un temps d’exposition “au hasard” ne connaissant pas bien la sensibilité ISO du papier, ni le diamètre très exact du trou, et ce type de papier n’étant pas disponible dans la plupart des logiciels de calcul automatique du temps d’exposition disponibles sur internet (en fonction du diamètre du trou, de la distance focale, etc.). J’ai donc opté pour un temps d’expo de 10 mn pour les 2 boîtes, en intérieur, par une journée d’hiver raisonnablement ensoleillée, souhaitant comparer les différences de rendu entre les deux appareils.
Merci beaucoup et d’avance pour votre aide si vous voyez quelle peut être la raison d’un tel fiasco !
J’en profite pour vous féliciter pour votre site qui est une petite mine d’informations pour les débutants,
Elodie.

Bonjour Elodie, Si votre papier développé est resté blanc, c’est qu’il n’a pas reçu de lumière ou pas assez. N’oubliez pas que le papier exposé est un négatif ; un objet lumineux donne une image noire sur le papier qui a servi à la prise de vue. Pour obtenir un positif, il faut faire ensuite un tirage contact.
1) Dans le labo au noir, posez une feuille de papier que vous avez cachée à moitié par un livre posé dessus. Allumez la lumière blanche pendant dix minutes, refaites le noir (l’inactinique) puis développez le papier. Logiquement vous devez obtenir une surface sensible avec une moitié blanche et une moitié noire (celle découverte). Vous avez testé sommairement votre papier et votre chaîne de développement à la fois. Si vous n’obtenez pas le résultat décrit, il faut voir du côté du papier ou/et des produits de labo.
2) Vérifiez que rien n’obstrue le sténopé une fois découvert, passez une lampe de poche derrière.
3) Au noir, placez un papier vierge, dans la boîte, surface sensible vers le sténopé, fermez la boîte et le sténopé.
4) Au jour, placez une lampe de bureau dans le champ de vision du sténopé, ampoule visible et allumée. Ouvrez le sténopé et laissez l’exposition se faire pendant une heure.
Logiquement vous devez obtenir au moins une tâche noire qui représente l’image de l’ampoule allumée, +/- la scène présente devant le sténopé. Dans ces conditions, il est impossible de ne pas obtenir une image. Si le papier reste blanc, (c’est peu probable), multipliez le temps d’exposition par 5. S’il est complètement noir ou très foncé, diminuez le temps d’exposition à 30 mn. Un papier est peu sensible et un sténopé représente un diaphragme très fermé. Pour obtenir une image, il faut amener beaucoup de lumière par un petit trou ; la sensibilité du papier étant fixe ainsi que le diamètre du sténopé, vous ne pouvez jouer que sur le temps d’exposition.
Bonnes photos.
R Colognoli.

Merci de votre réponse rapide.
Armée de cela, j’ai refait des essais aujourd’hui. Verdict : produits labo et papier OK.
J’ai refait des “objectifs” avec un diamètre un tout petit peu plus gros (un rien...) car je trouvais que même la lumière d’une lampe de poche en direct ne passait pas assez facilement.
L’exposition d’une heure donne un négatif assez équilibré avec une lampe non pas en direct mais très proche, qui éclaire la scène, scène que l’on retrouve très bien sur le négatif.
Maintenant, reste à trouver un temps d’expo idéal avec la lampe de bureau dont je dispose pour faire le tirage (2sec semble assez adapté) et savoir arrêter le bain de développement au bon moment pour le positif (un peu tard... puis un peu tôt pour le moment : scène trop noire, puis trop “grise”). Et accentuer un peu le contraste avec des filtres sur la lampe de tirage peut-être...
Afin de me faciliter la tâche avec un temps d’exposition plus court, la seule solution serait donc d’utiliser un diamètre du trou plus important, et d’utiliser une boîte plus grande en conséquence pour garder de la netteté?
Merci !!
Elodie

====================================================

Bonjour
Je consulte votre site sur les sténopés.
Il y est détaillé la recherche de la focale en exemple pour un format 4*5.
Je possède des formats 12* 16.
J'aimerais comprendre le calcul de la hauteur de l'angle toujours pour un angle de 120° pour ce genre de format.
Merci.
Tony.

Bonjour,
Par convention, on établira la hauteur du triangle, autrement dit le tirage de votre appareil, calculée sur sa base de 16 pouces, et non pas sur la diagonale du format (mais vous pouvez le faire sur la diagonale si vous le voulez), pour un angle de champ que vous choisissez vous-même, et que vous avez donc fixé à 120°.
Prenez une grande feuille de papier et tracez un triangle isocèle dont l’angle au sommet est de 120° et la base de 16 pouces soit 40.64 cm. Vous constaterez que sa hauteur est de 11,73 cm (c’est la hauteur d’un triangle et non pas d’un angle).
Pour comprendre, c’est ce que vous demandez, tapez « trigonométrie » dans Google et ouvrez l’article de Wikipédia. Cherchez dans le chapitre « tangente » et vous pourrez faire, vérifier et comprendre le calcul par vous-même.
Cordialement. R. Colognoli.

Bonjour,
Merci beaucoup pour votre aide.
Tony.

__________________________________________________________________________

Bonjour Robert Colognoli,
Je me permets de vous écrire car en parcourant le site galerie-photo il semble que vous soyez très au fait de toutes les méthodes pour la réalisation de sténopé. Il se trouve que je m'attelle actuellement à la réalisation d'un sténopé couleur de grand format. Je tire directement sur papier négatif couleur kodak endura N.
Et j'ai beaucoup de mal à éliminer les dominantes jaune, orange ou magenta.
Avez vous déjà réalisé des sténopés sur papier négatif couleur, et si oui auriez vous une idée de filtres qui pourraient convenir ?
En vous remerciant pour votre attention,
Bien cordialement,
Baptiste.

Bonjour,
j'ai utilisé la couleur en sténopé avec un 24x36 et du film négatif que j'avais fait tirer chez le photographe "du coin". Je ne me suis jamais préoccupé des dominantes, du fait de la philosophie sténopé: basse définition, exposition au pif, résultat à l'avenant... J'ai considéré les défauts comme faisant partie du jeu. C'étaient des photos volontairement bougées par mouvement de l'appareil ou en faisant les prises de vues, de rues, en marchant. Le résultat était intéressant en considérant que les défauts par rapport aux canons de l'esthétique étaient voulus ou même espérés, ou même considérés comme une bonne surprise. Ça donnait des formes mouvantes, des couleurs pastels pas forcément fidèles et ça n'avait aucune importance.
Je serais donc d'un piètre secours pour vous aider dans cette histoire de dominantes.
Dans l'absolu, si vous avez une dominante rouge par exemple; il faut enlever un peu de rouge, c'est à dire interposer un filtre qui va sur le vert, si je ne me trompe pas, et ainsi de suite. Les infos se trouvent facilement dans les ouvrages sur l'utilisation des filtres.
Il n'y a rien de particulier, à mon avis, par le fait que vous utilisiez un sténopé comme objectif.
De plus, dans un sténopé, les rayons lumineux passent dans un petit trou, vide, sans traverser de verre, donc la surface sensible reçoit la lumière sans modification chromatique, qui pourrait être ajoutée par le verre des lentilles d'un objectif classique. Il faut, bien sûr, qu'il n'y ait pas de participation chromatique du bord du sténopé (bord noir), ou de la couleurs de l'intérieur de votre appareil. Si c'est un appareil du commerce, pas de problème. Si vous avez fabriqué l'appareil, il faut une peinture noire neutre à l'intérieur.
Ceci dit, je ne connais pas le papier que vous utilisez, ni la façon de le tirer. Si je comprends bien, vous mettez le papier directement dans l'appareil et vous obtenez un négatif couleur. Ensuite, vous tenez le négatif comme épreuve finale ou bien vous faite un tirage pour avoir un positif? Comment faites-vous ce tirage, par contact avec le même papier?
Cordialement. R Colognoli.

Bonjour,
Je vous remercie pour votre réponse. Je vous posais cette question dans l'éventualité où vous aviez déjà réalisé des sténopés sur papier négatif. Ces papiers étant fait pour recevoir une lumière filtrée par l'agrandisseur et le film, ils réagissent de manière quasi monochrome orange lorsqu'on les expose à la lumière du jour. Je m'approche progressivement du résultat avec des combinaisons de filtres, et c'était au cas où vous connaissiez une bonne combinaison de filtres, je vous remercie en tout cas d'avoir répondu. En ce qui concerne le tirage, il est négatif, je ne le fais pas passer en positif. C'est un sténopé de très grand format, papier 1,83 m x 3m avec une distance focale de 3,5m.
A bientôt peut-être,
Bien cordialement,
Baptiste.

Bonjour,
Très intéressant!
On pourra voir le résultat?
Si vous ne connaissez pas, regardez le travail de Christine Felten et Véronique Massinger.
Quand vous aurez quelques clichés, contactez Henri Peyre, le Directeur du site "Galerie Photo" (ses coordonnées sont sur le site), je pense qu'il sera intéressé par votre travail et probablement par une publication sur le site.
Cordialement. R. Colognoli.

 

 

 

Cette page est la FAQ de l'article
Construire un sténopé

L'ensemble de l'article
objet de cette FAQ
est téléchargeable au format pdf
Cliquer ici

 

 

 

robert.colognoli@laposte.net  

 

   

 

voir aussi :

arnaud thurel : la Grande Motte
arnaud thurel : sténopés de friches
christophe beranger
construire un stenope
construire un stenope : les questions les plus posées
de quoi dépend le rendu de perspective en photographie ?
eddy riviere : stenopé
les sténopés n'ont pas de cercle d'image, seulement des cercles de confusion
les sténopés n'ont pas de cercle d'image, seulement des cercles de confusion (pratique)
marie-noëlle leroy : sténopé, le pouvoir de l'imagination
optimiser son stenopé
rconstruction d'un appareil photo sténopé de format 6x12
réalisation d'une chambre stenope 4x5
un sténopé pour l'été

 

dernière modification de cet article : 2011

 

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)