[abonnement gratuit]

l'auteur

  

Bernard Ardaud
né en 1951
Médecin ORL



 

photographie depuis l’âge de 12 ans
découvre le grand format en 2000
Déjà auteur de trois articles pour Galerie Photo
Construire une chambre légère pour la montagne
 Transformer un chassis 8 x 10 en 4 x 10
 Construire une chambre 4 x 10 pour moins de 80 euros
 Contact : b.ardaud@yahoo.fr
 

 


 

 

 

 

 

Les mensurations de la chambre :
Longeur 330mm
Hauteur 160mm
Profondeur 260mm
(l'appareil étant posé sur la table objectif horizontal pointé vers le sujet, la profondeur représente la distance bord antérieur de l'objectif- bord arrière du porte châssis)
Poids 1900 g
Dépoli 4x10 : 200 g
Châssis 4x10 chargé : 420 g
Objectif : Symmar S 5,6/210 mm ; la rampe est sur-mesure pour la focale. Le bloc optique est de loin la partie la plus lourde mais le rendu optique justifie ce choix.

 

Une chambre 4x10 pouces légère
pour moins de 80€
(optique et rampe non comprise)

par Bernard ARDAUD

 

- Le format 4 x 10 pouces (10 x 25 cm) est un format panoramique peu courant qui autorise des tirages contacts bien lisibles sur papier baryté et des tirages directs par procédés alternatifs sans avoir recours à un internégatif.

- Le rapport largeur sur longueur 1:2,5 est équilibré entre
le rapport 1:2 (6 x 12) et 1:3 (6 x 17) plus exigeant.

- La difficulté en abordant ce format est de trouver la chambre et les châssis. Un article à l’intention des bricoleurs de Galerie Photo a déjà été rédigé (Comment transformer un châssis 8 x 10 en châssis 4 x 10) afin d’utiliser des châssis faciles à trouver en occasion.

Le but

Trouver une chambre 4 x 10 en occasion relève du parcours du combattant et les tarifs sont déjà confortables. Trouver des châssis en occasion procède de l’exploit et achetés neufs nécessite une certaine trésorerie.

Nous vous proposons au prix de quelques heures de bricolage, de fabriquer une chambre légère en poids pour protéger votre dos et peu onéreuse ce qui, en allégeant votre porte-monnaie, vous permettra d’investir dans des objectifs de qualité.

Le montant annoncé de 80 € (2007) ne tient compte que des fournitures pour la fabrication de la « boîte » entre l’objectif et sa rampe et les châssis.

La rampe hélicoïdale peut être récupérée à partir d’un objectif petit format de même focale au prix de quelques adaptations mais la solution la plus pratique reste l’acquisition d’une rampe fabriquée pour la focale concernée. A ce stade, je remercie Adaflex qui a pu me découvrir une rampe pour une focale inusitée à un prix raisonnable.

Les moyens

L’équipement nécessaire est simple : établi, étau, perceuse, boîte à onglets d’encadreur, scies à métaux, limes, serre-joints, colle à bois, colle époxy, équerre, pointe à tracer, ponceuse, abrasifs de différentes grosseurs, ruban adhésif, une plaque de verre épais pour assurer une bonne planéité, cornières alu 10 x 10, 20 x 20, charnière dite « à piano », rivets alu, fermetures de mallette, tasseau de bois d’épaisseur 9 mm, contre-plaqué bois de 4 à 5 mm d’épaisseur, deux vieux châssis 4 x 5 hors d’usage.

Vous ne trouverez pas de plan précis, de dimensions exactes car elles seront fonction des matériaux retenus, de votre imagination, de votre conception personnelle.

1ère étape : châssis


Cadre de réception du châssis 4 x 10

La cornière alu 20 x 20 va être découpée pour constituer un cadre en U qui va recevoir le châssis. Prévoir 10 mm de plus pour la largeur que la dimension extérieure du châssis. Le couvercle réalisé avec la même cornière légèrement plus large vient recouvrir la première (+ 6 à 8 mm).

La cornière à piano est fixée par trois rivets alu décalés les uns par rapport aux autres pour éviter les surépaisseurs. Lors de la découpe des orifices pour les rivets, prévoir 5 à 6 mm d’espace supplémentaire par rapport à l’épaisseur du châssis. Le cadre alu doit pouvoir se refermer très facilement sur le châssis. Le couvercle est renforcé par un fragment riveté de chaque côté et disposé en regard du côté large du châssis.

2ème étape : cadre

Nous procédons à la découpe du cadre en bois

Des tasseaux de bois placés sur champ dont les angles sont découpés à la boîte à onglets sont collés et positionnés sous presse sur la plaque de verre pour assurer une bonne planéité.

 

Une fois le cadre bien sec, on procède à la fixation du cadre alu et au collage (vis à bois) en veillant à dissimuler les têtes de vis dans l’épaisseur du cadre alu.

3ème étape : définition de l'optique

La consultation des sites des fabricants d’optique vous a confirmé le cercle d’image nette de votre optique et également les tirages optiques et mécaniques.

Pour mémoire :
- le tirage optique est la distance entre le plan film et la face arrière de la lentille pour une image nette d’un objet visé à l’infini (flange focal distance)
- le tirage mécanique est la distance entre le bord postérieur de l’obturateur et le plan film pour une image nette d’un objet visé à l’infini.

Bien que ces valeurs soient données très précisément, je vous conseille malgré tout de les vérifier en utilisant votre chambre comme banc optique et vous aurez peut être des surprises…

Utilisez les valeurs définies pour la construction de votre chambre en prévoyant une distance plus courte de UN à DEUX mm qu’il sera facile de rattraper lors du calage final par de fines épaisseurs de métal ou de carton dense, interposées entre le cône et la planchette.

A ce stade, vous savez si vous pouvez prévoir un décentrement fixe sans risque de vignettage ou au contraire s'il faut rester centré.

Le modèle présenté est équipé d’un Symmar S 5.6/210 mm décentré vers le bas de 8 mm.

4ème étape : support de l'optique et sa rampe

L’idéal est de pouvoir acquérir une rampe hélicoïdale fixée sur sa planchette.

La fixation choisie se fait par quatre boulons fixés sur l’armature du cône autorisant ainsi une fixation solide et néanmoins démontable.

D’autres procédés peuvent être utilisés mais demandent une façade avant plus large ou plus haute et je recherche le gain de poids.

Une plaque est interposée entre le cône et la planchette porte-objectif. Deux plaques alu de châssis 4 x 5 usagées sont démontées, taillées à la dimension, collées sous presse à la colle époxy puis évidées pour permettre le passage du bloc arrière de l’optique.

L’alu est facile à travailler, parfaitement plan… Rien ne se perd !

Disposer d’une plaque métallique plane facilitera le calage et le parallélisme avec le plan du châssis.

5ème étape : fabrication du cône

Etape un peu délicate, longue mais néanmoins réalisable grâce à la fabrication d’un modèle en carton pour permettre de bien calculer les dimensions des quatre pans d’un cône asymétrique réalisé en contre-plaqué de 5 mm d’épaisseur.

La face inférieure du cône est horizontale en prolongement du bord inférieur du cadre en bois pour permettre de poser la chambre à plat sur une table.

Afin de rigidifier l’ensemble, j’ai utilisé deux épaisseurs de contre-plaqué collées avec des orientations des fibres à 90°.

Une telle épaisseur permettra la fixation de l’écrou de pied sans risque d’arrachage.

Plusieurs essais peuvent être nécessaires afin de bien calculer les angles, les côtés, les arêtes qui doivent être biseautées ; aucun angle ne mesure 90°. Patience et bon programme musical !

Prévoir un cône dont la longueur ou la hauteur sera supérieure de quelques millimètres (5-6 mm) afin de permettre le ponçage des deux faces d’appui pour assurer leur parallélisme. On renforce les angles intérieurs à l’aide de tasseaux de bois 10 x 10, mesurés et collés au niveau de tous les angles intérieurs. Une fois bien sec, on fixe la plaque alu évidée à la face avant du cône ; elle est vissée et collée.

6ème étape

Découpe et fixation de la façade avant du cadre en bois, support du châssis. Contre-plaqué évidé, collé sur le cadre, les angles antérieurs sont renforcés par la cornière alu 10 x 10.

7ème étape : aménagement de l'intérieur du support du châssis

Des baguettes de contre-plaqué taillées à la largeur ou des baguettes de carton dense vont être collées sur le versant interne du cadre alu puis recouvertes de ruban adhésif de largeur 15 mm.

Bien veiller à une épaisseur uniforme tout autour du cadre. On peut également coller du ruban velours noir largeur 15 mm qui assurera aussi  l’étanchéité à la lumière sur les deux côtés de la cornière.

Plusieurs essais de fermeture du cadre, mise en place du châssis sont nécessaires pour obtenir une contention ferme et identique pour tous les châssis.

Repérage et fixation des fermetures de mallette par vis à bois sur le cadre. Réalisation du « boudin d’étanchéité » avec un rectangle de mousse collé, recouvert d’un tissu velours épais noir collé aux extrémités et fixé par quelques petits clous fixés dans le cadre en bois. Bien veiller à calculer l’épaisseur pour obtenir l’étanchéité à la lumière sans décoller le châssis de son support où il doit reposer uniformément sur toute la longueur (le périmètre).

8ème étape : test

Charger un châssis avec un plan film qui sera sacrifié et va permettre d’effectuer les derniers calages d’épaisseur pour assurer un parallélisme avec le bord antérieur de la façade avant du boîtier.

Un réglet de mesure de mécanicien permet de constituer une jauge d’épaisseur assez satisfaisante.

On ponce le cône et on contrôle les mesures pour arriver progressivement à la bonne position et au bon tirage (moins 1 à 2 mm, rappelons-le).

Reposer régulièrement le cône sur la plaque épaisse de verre pour s’assurer de la régularité du ponçage et de la progression vers les bonnes valeurs de mesure. Une fois les mesures souhaitées obtenues entre le plan film et le bord de la plaque métallique avant, il faut positionner le cône par rapport au centre du plan film ou au point voulu du décentrement.

On colle le cône et c'est le passage à la presse définitif.

9ème étape

Peinture acrylique noire pour l’intérieur, contrôle de l’étanchéité à la lumière, avec le dépoli, le châssis.

Cirage ou vernis pour imperméabiliser le bois.

10ème étape : vérifications...

En vrac :appareil sur un pied solide, montage de la planchette et de son objectif, calage avec contrôle sur le dépoli de la mise au point, des verticales, des niveaux ; une fois les cales d’épaisseur optimales en place, serrage de la planchette par ses écrous. Finitions diverses, niveau, poignée, éventuellement griffe porte-viseur optique… Fixation de l’écrou de pied sur son embase en choisissant le centre de gravité, cales d’épaisseurs sous le boîtier.

Annexe : réalisation d'un dépoli 4x10

Pour gagner du poids, utiliser un plastique transparent vendu dans les rayons bricolage, d'épaisseur 2 à 3 mm, poncé sur un côté avec une pâte abrasive et taillé à la dimension intérieure d’un châssis 4 x 10 (voir article).

Prendre bien soin de positionner la face dépolie à l’exacte mesure du rebord avant du châssis (5.5 mm pour un châssis Fidélity par ex).

 

Les résultats

Vous avez économisé sur l’achat d’une chambre 4 x 10, vous avez travaillé sans compter pour réaliser cette « boîte », vous pouvez donc acquérir sans arrière-pensée une optique de qualité, comme le marché de l’occasion en recèle de temps à autre. Cela me paraît plus logique que d’équiper une belle chambre d’un « œil vitreux ». Dans tous les cas, une fois déballée sur un bord de sentier de montagne, votre matériel ne passera pas inaperçu... Mais quelle émotion à la vue de votre premier tirage contact...

Bienvenue dans le format 4 x 10 !

 

dernière mise à jour : 2007

 

     

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)