[abonnement gratuit]

l'auteur

Bernard Ardaud
né en 1951
Médecin ORL



 

photographie depuis l’âge de 12 ans
découvre le grand format en 2000
Déjà auteur de trois articles pour Galerie Photo
Construire une chambre légère pour la montagne
 Transformer un chassis 8 x 10 en 4 x 10
 Construire une chambre 4 x 10 pour moins de 80 euros
 Contact : b.ardaud@yahoo.fr
 

 

 

 

 

 

Fabriquer un soufflet : Les pièges à éviter

 

par Bernard ARDAUD

 

Confronté à la restauration d’une chambre ancienne trouvée chez un brocanteur, dans un grenier ou sur un site de vente, ou concepteur d’un appareil hors norme par ses dimensions ou ses caractéristiques propres, le bricoleur va se heurter à la difficulté de trouver le soufflet qui convient.

Quelques sites vendent des modèles adaptés à des équipements spécifiques mais hors des formats 4 x 5 et 8 x 10, la tâche est plus difficile.

Les fabricants de soufflets dont plusieurs se trouvent en France proposent des modèles soignés, à la dimension voulue, mais le prix reste élevé, justifié par la réalisation à l’unité et le temps nécessaire.

Reste la fabrication domestique à la portée de tout bricoleur moyen, qui ne nécessite pas de matériel bien compliqué, mais les pièges sont nombreux. Pour y être tombé, je peux vous en parler dans le but de vous les faire éviter. Avant de vous lancer dans la réalisation, consultez les sites référencés en fin d’article. Je vous recommande de commencer par www.disactis.com/soufflet/soufflet.php, très clair et très pédagogique.

Les bonnes dimensions

Le bon tracé repose sur des mesures exactes qui vont conditionner tout le déroulement futur. Compte tenu du temps nécessaire à la fabrication d’un soufflet, il est dommage de réaliser à la fin que l’on doit abandonner pour reprendre à zéro. Prendre les dimensions du logement du soufflet, de la fenêtre interne.


FIG 1

Même opération pour le sommet qui peut être plus petit que la base dans un soufflet conique ou identique dans un soufflet parallélépipédique, plus facile à réaliser.

Extension maximale
Prévoir 15 à 20 % de plus que l’extension de la chambre ou mesurer le soufflet que vous avez à remplacer. A ce stade connaissant la longueur, les dimensions de la base, du sommet, la largeur du pli, il est possible de calculer le nombre de plis nécessaires. Vérifier sur l’ancien soufflet, car certains soufflets anglais ont des dimensions de plis différentes selon le niveau, étroits à la base et au sommet, plus larges vers le milieu…
cf photo n°1


Photo n°1

Il y a un tableau Excel à consulter très pratique sur http://www.cmp.color.fr/bellows.html.
Rien ne vous empêche de choisir une largeur plus grande pour limiter le nombre de plis au risque de rétrécir la fenêtre interne.

 

Epaisseur du soufflet

Très important lorsqu’il s’agit de remplacer un ancien soufflet dans une chambre pliante. De cette épaisseur maximale à respecter va dépendre le choix des matériaux sélectionnés. L’épaisseur du soufflet est déterminée par l’épaisseur des angles. Si n est le nombre de plis sur une face, le nombre de plis aux angles est de 2 n + 1.

Je l'avais négligé ; mon premier soufflet était trop épais et interdisait la fermeture de la chambre.

 

Matériaux 

Le choix est immense depuis le cuir très fin utilisé par les relieurs, beau, souple, cher, de dimensions limitées (demander du « cuir paré ») jusqu'aux cartons, cartolines souples utilisées en « loisirs créatifs », plus fragiles mais bon marché, qui permettent de se lancer sans risque.

Afin de garantir une étanchéité à la lumière, il faut prévoir au moins deux couches, par exemple carton extérieur et toile coton intérieure.

En général, les matériaux trop souples gardent mal la mémoire des plis et les matériaux trop rigides cassent aux bords.

Après quelques essais, j’ai retenu pour la couche extérieure un « skaï » très fin d'épaisseur 0,4 mm, d’aspect pseudo-cuir, souple, facile à travailler, peu onéreux. La couche interne en coton très fin « voile » noir, les deux facilement acquis dans les magasins de vente de tissus au poids pour un prix modique.

Dans ce cas, le principal inconvénient reste l’aspect un peu poreux du « skaï » qui nécessite afin d’assurer l’étanchéité complète une couche de papier kraft prise entre les deux. Epaisseur des trois couches : 0,8 mm.

Pour de grands soufflets, de la toile enduite PVC ou caoutchoutée convient bien au prix d’une épaisseur plus grande et d’un poids plus important.

Principe du pliage

Pliage très astucieux, le soufflet mérite d’être « compris » avant le début de sa fabrication, cela évitera pas mal de surprises. Pour avoir voulu aller trop vite au début, j’ai dû jeter un soufflet presque terminé…cf photo n° 2


Photo n°2

A présent prenez donc trois morceaux de 20 x 20 cm de chacun des matériaux prévus, couche externe, moyenne, interne ou deux couches si votre projet le prévoit. Collez-les ensemble à la colle néoprène.
Une fois ceci sec, le montage va nous révéler ses secrets.

Pliez le carré en W avec des plis assez larges 3 cm et parallèles.
Cf photo n°3


Photo N° 3

- Une fois remis à plat, pliez l'ensemble en deux perpendiculairement.
Cf photo n°4


Photo n° 4

L’angle aigu tourné vers vous, vous avez dans les mains une ébauche d’angle de soufflet. Vous allez avec vos doigts marquer les plis en alternant un côté puis l’autre, pour obtenir un angle de soufflet. Manipulez dans tous les sens l’ébauche entre vos mains pour bien vous familiariser avec. Les dix minutes passées ne sont pas perdues, elles vont vous faire gagner du temps et de la sérénité pour la suite. Bien noter à ce stade que la ligne brisée qui relie chacun des plis change de sens à chaque pli. De sa régularité dépendra la qualité des bords.
Cf photo n°5


Photo n° 5

Le tracé

C’est l’étape qui va vous demander le plus de temps, de soins, de précision. De la qualité de sa réalisation va dépendre le résultat.

L’exemple illustré qui suit retrace la fabrication du soufflet d’une vieille chambre anglaise 13 x 18, soufflet conique et obligatoirement fin car le soufflet est long 60 cm, et doit rentrer dans la chambre pliante (3 cm d'épaisseur).

Pour ce soufflet, deux couches,
- l’externe, un papier kraft d’emballage peint en noir et ciré à l’extérieur,
- l'interne, un voile de coton noir.

Le dessin est exécuté sur le papier kraft disposé à plat sur une table un peu large, angles fixés par un adhésif.

Dimension intérieure du logement du soufflet à sa base de 19 cm, au sommet 12 cm, longueur 60 cm. Réalisation d’un « patron » en carton aux dimensions pour tracer d’abord la face supérieure du futur soufflet.

On trace ensuite les deux côtés latéraux d’un côté puis de l’autre. Aux extrémités, on dessine deux demi-faces, plus, à un côté, un débord de 2 cm pour le collage final.


FIG 2

Le dessin des plis espacés de 18 mm, est exécuté en barreaux d’échelle sur chaque face, bien parallèles.
De part et d’autre des plis d’angles, tracez deux lignes parallèles espacées de 18 mm qui délimitent les plis obliques à tracer à l’aide d’un vieux stylo à bille sans encre pour marquer les zones de pliage.

Noter le même intervalle entre les lignes qui limitent la ligne brisée et la largeur des plis sur les faces.


FIG 3

Pour des soufflets un peu grands, il est nécessaire de renforcer les plis afin d’éviter les déformations dues au poids du soufflet.
On utilise un papier bristol type carte de visite taillé à la dimension des espaces délimités entre les plis horizontaux et les obliques en laissant quelques millimètres pour faciliter les plis. La longueur des bandes est à adapter logette par logette. Bien veiller au bon positionnement lors du collage à la colle néoprène.
Cf photo n°6


Photo n°6

Une fois cette étape bien réalisée, votre soufflet est presque terminé !

Collez la couche extérieure (le cas échéant) au dos du papier kraft ou passez de la peinture noire mate acrylique dans le cas présent.

Collez ensuite sur la face interne du voile du coton, bien à plat, en lissant. Les renforts de papier bristol sont ainsi pris en sandwich entre les couches extérieures et intérieures.

Fermez le soufflet en veillant à alterner la toile de coton interne sur celle de l’autre côté.


FIG 4

Le pliage

Etape finale, il se fera pli par pli en passant d’une face à la suivante ; le pli réalisé est sécurisé par une pince ; il faut faire attention à ne pas abîmer les angles, ce qui serait source d’inversion des plis ou de déchirure dans les soufflets fins.
Cf photo n° 7


Photo n°7

Conformez les plis un par un en commençant par le sommet du cône et en veillant bien au démarrage au sens du premier pli.


FIG 5

Vous retrouverez là l’alternance des plis bien figurés lors de l’ébauche d’initiation que vous avez manipulée au début.

Mettez en compression une nuit sous de lourds traités de …photographie.

Reste à fixer le soufflet sur un petit cadre en carton qui sera ensuite collé sur le support de la chambre.
Cf photo n°8


Photo n°8

Conclusion

A titre indicatif, en 2010, le coût de revient d’un soufflet pour une 13 x 18 cm de longueur 60 cm revient un peu moins cher qu’un pack de 5 films N/B format 120 … pourquoi ne pas essayer ? Avec les économies réalisées, vous pouvez acquérir des films, des plans-films, du papier !

 

Références à consulter avant toute réalisation :

www.speedgraphic.fr/Soufflets.html
www.cmp.color.fr/bellows.html
www.jbnphoto.com/articles/bellows/bbuild.htm
www.disactis.com/soufflet/soufflet.php 

Voir sur le forum de galerie-photo nombre de discussions sur le sujet

Fabricants de soufflets :

www.customsbellows.com (ex camera bellows)
Société SPM Saumur 49400 France
Cuir fin pour relieur : SOFIC 01 43 43 79 73

 

dernière modification de cet article : 2010

 

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)