[abonnement gratuit]


 

 

Contact

  

Didier Chatellard

Français, né le 04/12/1965
Serre 22
2300 La Chaux-de-Fonds (Suisse)
didier.chatellard@obscura-camera.com
www.obscura-camera.com
 

Physicien
thèse en physique corpusculaire
à l’Université de Neuchâtel
Professeur de physique
au Lycée Blaise Cendrars
à la Chaux-de-Fonds

 

 

 

 

 

Auteur

  

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr

 

 

Voir aussi : Voyage en Islande avec la Piccolino, par Marc Steiner

 

 

 

Piccolino 4x5 : une 4x5 super légère !

par Henri Peyre

(suivi d'un premier test)

 

Le kit Piccolino d'Obscura Camera est enfin sorti et nous l'avons acheté.
En deux mots de quoi s'agit-il ?
La Piccolino est une chambre toute neuve conçue et réalisée en Suisse par deux passionnés. Le pari, tenu, était de réaliser une chambre 4x5
hyper légère. La chambre est en bois léger, possède niveau et viseur interchangeable, accepte quantité les châssis les plus courants.
Le kit Piccolino est vendu pour un prix très raisonnable (moins de 1000 euros) avec un objectif. Nos premières impressions...

Un poids plume

La plupart des passionnés qui se mettent à construire des chambres finissent par perdre de vue l'intérêt principal de cette activité : réaliser une chambre exceptionnelle dans sa catégorie. En général, on commence par construire un pré-modèle raisonnable et, sous l'amicale pression des camarades, autant que dans le désir de montrer "qu'on peut faire" ou que le nouveau modèle peut plaire à tous puisqu'il est suffisamment généraliste et "sait tout faire", on dérive rapidement vers une sorte de tank physiquement alourdi par la trop grande quantité de ces bonnes intentions.

Disons le tout net. Ce n'est pas le cas, heureusement, avec la Piccolino 4x5, dont l'ambition est d'offrir juste l'utilisation de la très haute résolution avec le film 4x5 et ni mouvements, ni réglages. Une chambre donc destinée à un usage extrêmement spécifique, avec un grand angulaire calé à l'hyperfocale. Une chambre spécialisée qui oblige à un type de sujets particuliers (à vous de trouver !)

Une chambre donc qu'on achètera pour son poids incroyable et l'accord qu'on pourra trouver entre ses possibilités réduites (grand-angle, haute résolution et outil résolument orienté terrain et ballades). Une chambre que n'achèteront pas les fétichistes mais ceux qui ont des images en tête...


A votre avis combien peut peser la Piccolino 4x5 que vous voyez sur cette photographie, équipée d'un châssis Fidelity Elite et d'un objectif Congo grand angle de 90mm ?

 

Réponse donnée par notre pèse-lettres : 900 grammes !

Ceux qui ont déjà des chambres 4x5 peuvent maintenant aller les chercher et les mettre sur leurs propres pèse-lettres (je ne sais pas si c'est une opération à conseiller...). Le résultat va leur fiche un coup au moral.

Prix serré

Parlons du prix. L'équipe de Camera Obscura propose l'ensemble du kit à 1000 € HT, ce qui permet d'aborder la Piccolino comme une chambre en plus, qu'on prendra pour s'aérer, mais avec l'ambition de conserver la qualité des prises de vue qu'on réalise avec sa chambre classique. Cette chambre, donc, vous concerne. Ne la comparez plus à celle que vous possédez déjà. Rêvez simplement à ce que vous pourriez faire en plus, que vous ne feriez pas avec l'autre...

Lorsqu'on ouvre le carton (présentation impeccable, bravo !) on trouve toute une famille d'objets qui font comprendre que l'ensemble a été réalisé avec beaucoup d'ingéniosité et de soin. Un manuel d'utilisation complet et bien présenté, en français, ce qui devient rare, aborde les questions suivantes :
- première prise en main
- utilisation des châssis
- utilisation du viseur
- utilisation d'un trépied
- rangement de l'objectif (il peut être replié dans l'appareil pour le transport)
- réglage initial de l'objectif
- montage et démontage du nez

Contenu du kit


le kit Piccolino avec l'objectif Congo

On trouve dans le kit
- le boîtier grand angle
- la rallonge principale
- la flasque de nez avec repères (permet d'appareiller la chambre avec d'autres objectifs, c'est bien expliqué dans le manuel)
- un porte-objectif standard équipé d'un objectif Congo 90mm (position réglée d'origine de sorte de donner le maximum de profondeur de champ pour le diaphragme 22 - une bague de positionnement en caoutchouc l'éloigne de 3,5mm de la flasque de nez)
- le viseur sportif aimanté (le viseur n'est pas très beau mais le système d'accroche aimanté est absolument génial. Le viseur, lorsqu'on l'approche du boîtier, saute littéralement des mains pour se positionner exactement où il faut)
- un porte dépoli équipé (en plexiglas, avec Fresnel et mire de visée simple, on peut d'ailleurs imprimer d'autres mires de visées sur des transparents de sorte d'avoir le quadrillage qu'on désire. Le dépoli reste sommaire, ce n'est pas pour faire des mises au point, mais pour vérifier ce qu'on va prendre)
- un bouchon de 72mm (pour fermer la flasque de nez quand l'objectif n'est pas en place)
- set de rondelles d'épaisseur 0.2 à 2mm (à placer entre le nez et le porte-objectif pour régler la mise au point de l'appareil avec un nouvel objectif)
- un déclencheur souple 42cm (la cerise sur le gâteau)

 


La Piccolino vue de dessus avec l'ingénieux système à tétons aimantés qui permet de positionner rapidement le viseur

 


L'arrière de la chambre, présenté sans châssis.

Le système de pression du châssis sur le boîtier est constitué de 2 lames placées dans le rainurage où l'on glisse le châssis. Les finitions de l'ensemble sont plutôt bonnes pour le prix demandé. C'est sur l'arrière et le viseur que se voit le plus l'esprit économique de la conception. Mais la légèreté est finalement tellement épatante qu'elle balaie les quelques réserves qu'on pourrait avoir. On sent plus l'intelligence et la simplicité radieuse de la conception que la rusticité des matériaux bruts.

 


Le boîtier avec l'objectif démonté.

 

 

 

La Picolino en Test : une chambre d’amis !

par Henri Peyre

Théorie : tester une chambre spécialisée dans son domaine de spécialisation

Tester la Piccolino c’est tester cette chambre portable dans le domaine exacte de sa spécialisation : la légèreté et la possibilité, tout de même, d’obtenir des agrandissements géants grâce au format 4x5". Donc on part sans pied avec un sac léger et de la Velvia 50 pour une définition maximale.

Evidemment, avec de la Velvia 50, même s’il y a pas mal de soleil on ne va quasiment pas pouvoir prendre de photographie sans appui.

Cela est jouable sur le papier parce que la chambre est munie de pieds en caoutchouc.

Pratique

Les mauvais côtés

La question des appuis

Les pieds en caoutchouc sont a priori une excellente idée, en plein dans le concept. Toutefois leur utilisation implique que la chambre est collée à l’appui. Si cet appui est une surface plane (sol par exemple), l’appui va envahir l’image à cause de l’effet grand angle.

Il y a donc nécessité de trouver des appuis rompus, tels des bords de mur par exemple, à la limite desquels on placera l'appareil.

J’ai réalisé des photos en ville, où on trouve plus de bords de murs, de toits de voitures et de ces sortes d’appuis qu’à la campagne. Je dois quand même constater qu’on est sérieusement limité à la prise de vue. Evidemment je ne suis déjà pas un fanatique de la prise de vue en grand-angle que je trouve plutôt à l'esbroufe et tapageuse, portant à l’effet facile. Mais la deuxième limitation du pied ajoutée à celle de l'angle (qui m'est propre) augmente encore la contrainte pour le choix du sujet. Cadrer devient une négociation assez difficile entre les possibilités techniques et ce que l’œil peut repérer.

Une remarque : le montage de trois pieds en caoutchouc aurait suffi. Pourquoi en avoir placé cinq ? Une chambre bancale augmente les risques de bougé !


Le déplacement intempestif de l’objectif

Le porte-objectif ne tient pas suffisamment sur la chambre. Le simple fait de réarmer le déplace et il faut veiller à le repousser sur la chambre avant toute prise de vue. Ajoutée à toutes les manipulations de chargement et de prise de vue, c’est quand même une de trop. Ce défaut n’est pas trop grave, un simple ruban adhésif enroulé sur le porte-objectif à l’intérieur du boîtier fixera notre objectif. C’est vraiment à faire. On comprend mal d’ailleurs cet acharnement à vouloir que tout un tas de réglages soit possible sur le porte-objectif. Le concept serait plutôt quelque chose de rustique mais d’impeccable. Personnellement je finirai par coller le porte-objectif, dédiant la chambre à un seul objectif et un seul réglage, mais sûr.

Un Congo qui gâche le plaisir

A l'épreuve de la photographie, j'ai trouvé l'objectif Congo livré en standard absolument calamiteux. Il est d'une si grand mollesse que la qualité du résultat obtenu pourrait faire douter de l'intérêt de la photographie en grand format à quelqu'un dont ce serait la première chambre. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le concept de cette chambre légère et bon marché en bois n'est juste que si un excellent objectif vient couronner l'ensemble. L'angle de 90mm ne doit pas être augmenté à notre sens, puisqu'avec un 70mm la manipulation de placement d'une chambre sans pied deviendrait quasiment impossible à cause de l'envahissement de l'image par les premiers plan. Donc un objectif de 90mm est le bon choix... mais surtout n'achetez pas la chambre avec le Congo ! (la chambre est livrable sans).

Un détail à corriger, peut-être, sur le porte-dépoli

Compte-tenu que je vais changer d'objectif et que je devrai régler moi-même la position du nouvel objectif sur l'appareil, j'aurais bien placé un dépoli en verre de bonne qualité sur mon nouveau bébé (l'ensemble livré ne permettant pas la mise au point mais un soupçon de contrôle sur l'image à faire). Hélas le porte-dépoli n'accepte que les dépolis à angles abattus et le dépoli que j'ai de réserve n'est pas de cette espèce. Des angles droits sur le porte-dépoli auraient été plus universels, acceptant aussi les dépolis à pans coupés. Je sens que je vais régler le problème moi-même avec mes outils à bois.

Les bons côtés

Le poids, vraiment incroyable

Evidemment le poids est incroyable et on n'en revient pas. On n'en finira jamais d'insister là-dessus et on aura raison de le faire. Se déplacer avec une 4x5 sans la sentir à l’épaule est une sensation que je n’avais jamais connue. On peut avec cette chambre faire plus que se déplacer… on peut se promener et se promener des heures le nez au vent. Cela est fondamental et cela à soi seul justifie qu'on s'offre cette Piccolino.

La construction en bois permet les bricolages personnels supplémentaires

L’intérêt de la construction en bois nous a frappé : outre la légèreté, la Piccolino peut être très facilement améliorée par son utilisateur. Le travail du bois est plus facile que le travail du métal et chacun pourra personnaliser son exemplaire de la façon dont il le désire.

Je réaliserai peut-être pour ma part une visée redressée avec un miroir et quelques légères pièces de bois, dès que j'aurai un autre objectif et le dépoli en place. Cette visée restera en permanence attachée à la chambre et laissera libre l'ouverture à droite (masquable par la main le temps de la visée) permettant de glisser le porte-film. Le poids de l’ensemble n’en sera guère affecté et j’aurai sur ma Piccolino un accessoire que mes autres chambres, ses grandes sœurs, ne présentent même pas, et que la perspective d’un poids encore plus important me décourage bien de leur offrir.

Le portrait d'intérieur avec environnement :
un exemple de photographie où la Piccolino peut exceller

La première photographie présentée ici est typique de ce que la Piccolino équipée avec un 90mm peut permettre, en restant impeccablement dans l'intelligence de son concept : ultra-portabilité, sortie au débotté chez des amis ou des connaissances, prise de photographie sereine sur un coin de fauteuil chez soi.

Voilà ainsi mon fils Georges en train de lire un bon bouquin de physique qui l'intéresse bien plus que ma Piccolino. Je lui ai demandé toutefois d'essayer de ne pas bouger les 2 secondes qu'a duré l'exposition à f22. Même assis et même calé, de très près sur le cliché je peux voir qu'il a un peu tremblé. Pas le livre lui-même, dont, malgré la médiocrité effrayante du Congo, on arrive à lire le titre.

Sur la photographie de Georges on distingue, en bas et à gauche, l'accoudoir du fauteuil sur lequel on a posé l'appareil. Les jambes de notre lecteur sont déjà exagérément agrandies par l'effet grand-angle, dont je me méfiais pourtant en essayant de ne pas prendre la vue de trop près. La totalité de la pièce est devenue gigantesque, avec le rejet loin derrière du fond de pièce. On voit sur les carrelages à gauche la puissance de la déformation due à l'usage du 90mm. Indubitablement, avec la Piccolino et un 90mm nous agrandissons l'espace !

Deuxième essai. Bernard Peredes, qui dirige l'atelier de réparation des Transports en Communs Nîmois (TCN), va bientôt partir à la retraite ; je me suis engagé à lui faire  un portrait souvenir. Je ne connaissais pas les lieux, mais je voulais, quelque soit le recul, pouvoir prendre Bernard et tout son environnement dont je suppose qu'il va bientôt lui manquer. Un atelier c'est bien pour une Piccolino, il y a toujours un meuble, une poubelle, un châssis pour la déposer. Temps de pose 2 secondes également. Forcément à cette vitesse-là il peut y avoir un léger flou sur le personnage et il vaut mieux lui donner un appui.

Sur la photo au résultat, il n'y a pas trop d'observations à faire. Le rendu du Congo est toujours aussi mou, Robert a peu bougé et est à peu près net. Ma principale inquiétude concernait finalement la composition, que j'ai l'habitude de contrôler soigneusement dans mon viseur Linhof puis de parachever en bord de cadre directement sur le dépoli. Sur ce point c'est vraiment bon, comme pour la photographie dans l'appartement j'ai ce que j'ai désiré au moment de la prise de vue, une installation de personnage dans un  lieu lui-même solidement construit. Quand on n'a pas ses marques on n'est pas en sécurité, mais je sens que cela vient vite. La Piccolino est une brave petite chambre bien sympathique.

Et surtout là encore, il y a tout cet aspect de liberté qui fait qu'on peut vraiment se promener avec la chambre pour chercher le bon endroit. L'appareil a une allure de gros jouet et suscite intérêt et sympathie. Faire des photographies avec est indubitablement festif !

 

Conclusion : une chambre d’amis

La chambre est extraordinairement légère et agréable en déplacement. Si on n’a pas en tête de sujet particulier et qu'on part dehors, on sera toutefois obligé d’emmener avec soi un pied, et cela à cause de l’effet de grand-angle qui laisse un premier plan trop proche envahir la moitié basse de l’image. Le port quasi obligatoire d’un pied en photographie d'extérieur vient donc un peu gâter l’idée d’absolue légèreté que véhicule le concept.

A la recherche du sujet parfaitement accordé à la chambre j’ai trouvé toutefois à l’objet son domaine d’excellence pour lequel je l’utiliserai exclusivement : la photographie posée de personnages en intérieur. En effet le grand-angle excelle en intérieur, où le recul est souvent insuffisant. La photographie de personnages s’enrichit de la description du contexte. Il faut simplement veiller à ce que les personnages ne soient pas trop proches de l’appareil pour éviter les déformations dues au grand-angle. Dans ces conditions la Piccolino, qui trouvera toujours un bord de meuble pour s’y jucher, est parfaitement à sa place. Légère, portable, efficace, elle convient parfaitement à la réalisation de portraits en ambiance. On l’emmènera au dernier moment, sans pied et en toute légèreté. Une belle série de portraits d’amis en perspective ! Et tout cela en très haute résolution... dès qu'on se sera offert un meilleur objectif !

 

 

Plus d'information sur www.obscura-camera.com

Voir aussi : Voyage en Islande avec la Piccolino, par Marc Steiner

 

 

dernière mise à jour : 2007

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)