[abonnement gratuit]

l'auteur

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr

 

 

 

 

 

 

Prises de vue
à la chambre

 

(adaptation d’après une brochure de Horseman)

Les corps avant et arrière des chambres peuvent être montés et descendus, glissés de gauche à droite et de droite à gauche (décentrements) ou inclinés (bascules).

Grâce à ces mouvements, le photographe peut à la prise de vue obtenir les effets suivants :

objectif

mouvement

 

1/ Redressement d’une perspective verticale

cas typique de la photographie de bâtiment en architecture, lorsque le photographe est au sol

Avant

On commence par basculer le dos pour le rendre parallèle au sujet et corriger la perspective. Puis on bascule l’avant parallèlement au dos pour retrouver la netteté. On corrige enfin éventuellement la mise au point par tirage (allongement du soufflet)

Après

2/ Redressement d’une perspective horizontale

si l’appareil est placé obliquement par rapport au sujet
architecture, nature morte et photos d’objet

Avant

On commence par basculer le dos parallèlement au sujet pour corriger la perspective. On bascule ensuite l’avant parallèlement au dos pour retrouver la netteté. On corrige enfin éventuellement la netteté par tirage

Après

3/ Recadrage vertical

Pour améliorer la composition, éviter certains effets Utiliser les décentrement avant ou arrière, vers le haut ou le bas, vers la gauche ou vers la droite

Exemple d’application : recadrage d’une nature morte


Avant


Après


Exemple d’application : création d’une prise de vue panoramique par juxtaposition de deux prises de vues avec décentrement. Le " collage " sera parfait.

Avant


Après

4/ Profondeur de champ

Utilisation de la règle de Scheimpflug pour obtenir une profondeur de champ " infinie " de l’avant à l’arrière du sujet

Avant

On bascule le corps avant vers le bas pour obtenir la netteté totale du plan choisi. L’utilisation du diaphragme ne permet de rattraper que l’épaisseur du sujet. Le travail de rattrapage s’effectue par la bascule avant de l’appareil, mais l’arrière peut s’y combiner.

Après


règle de Scheimpflug : Lorsque le plan d’étalement du sujet, le plan de l’objectif et le plan du film se coupent sur une même ligne, alors le sujet sera net sur tout son plan d’étalement (et quel que soit le diaphragme utilisé)

 

5/ Les limites aux mouvements : le cercle d’image

Le cercle d’image d’un objectif est la capacité d’un objectif à projeter sur la pellicule une image d’illumination homogène et de bonne netteté. La pellicule doit être absolument exposée à l’intérieur du cercle d’image. Il va de soi que lors des mouvements la pellicule ne va plus se trouver au centre du cercle de l’image. Si le cercle d’image n’est pas assez large la pellicule va être incorrectement exposée. Il existe à cet égard une notable différence entre une bascule arrière, qui change l’orientation du plan film mais ne sort pas la pellicule du cercle d’image et une bascule du porte-objectif qui déplace l’axe optique et risque de placer ainsi la pellicule en dehors du cercle d’image.

En tout état de cause, l’achat d’un objectif pour un appareil à mouvement doit tenir compte de son cercle d’image.


6/ La macro

Pas besoin de tubes – allonge ou de soufflets avec les chambres. Il suffit d’augmenter le tirage du soufflet. Le rapport 1 :1 est atteint avec un objectif de 210mm et le rapport 4x avec un 90mm. Pour un agrandissement supplémentaire, on peut en général monter des soufflets plus long ou adopter des focales plus courtes.

Attention toutefois, à mesure que le tirage optique augmente, la lumière diminue sur la pellicule. La formule suivante s’applique :

carré de la longueur du soufflet/ carré de la longueur focale = facteur de compensation.

Exemple : pour une distance focale de 150mm et une longueur de soufflet de 300mm, le facteur de compensation est de :

3002/1502 soit 90 000/22 500 = 4x
Le facteur d’exposition est de 4 (soit deux diaphragmes). Ainsi, si l’exposition mesurée par un posemètre à main est de 1/250 à f/8 on peut employer une exposition corrigée de 1/60 à f8.

Une règle plus simple consiste à dire que pour chaque allongement du soufflet de 50% par rapport à la longueur focale, on ajoute un diaphragme d’exposition.

7/ La qualité inhérente au format

C'est à notre sens la principale qualité de la chambre photographique. Elle offre à l'amateur de haute qualité une superficie de pellicule d'autant plus importante que le format est généreux. Les qualités optiques des objectifs diminuent avec l'augmentation du format mais bien moins vite que ne s'accroît le "rendement" en qualité due à la définition meilleure de pellicules plus importantes. C'est un effet que connaissent bien tous ceux d'entre vous qui sont passés du 24x36 au 6x6... Le passage du 6x6 au 4x5 offre le même bond prodigieux en terme de qualité.

dernière modification de cet article : 2001

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)