[abonnement gratuit]

l'auteur

André MOUTON est photographe et passionné de grand format. Il a créé TAOS PHOTOGRAPHIC 
(1 impasse Laporte
11400 Castelnaudary)
taos@wanadoo.fr 

 

 

 

 

 

Principes pour des tirages noir et blanc de qualité

 

J'espère que les principes qui me guident pourront être utiles à ceux qui, comme moi, sont en quête de qualité dans la production de leurs images.

1) Etudiez les photographies des Grands Maîtres

Il est essentiel pour celui qui s'intéresse sérieusement à la photographie de se référer aux travaux des Grands Maîtres du tirage noir & blanc. Un photographe dépourvu de telles références pourra très bien utiliser toutes sortes de techniques et continuer malgré tout à produire de mauvais tirages. La ' Fine Print ' selon l'appellation d'Ansel Adams correspond à une image brillante, contenant une gamme complète de valeurs de gris comprises entre le ' presque noir ' et le ' presque blanc '. Le photographe inexpérimenté se trouve face à la question de juger la qualité de ses tirages. En observant un excellent tirage il découvrira ce qu'il est possible et nécessaire d'obtenir.

2) Contrôlez précisément le contraste

Le contrôle du contraste fournit le moyen d'obtenir les valeurs désirées à la fois dans les hautes et les basses lumières. Une exposition correcte pour les hautes lumières peut se traduire par des noirs vides de détails, et inversement une exposition correcte pour les ombres peut entraîner une perte d'information dans les blancs du tirage. Il est donc important de considérer séparément les notions d'exposition et de contrôle du contraste.

Le réglage de l'exposition sera plutôt déterminé sur les hautes lumières car elles sont plus sensibles à une modification d'exposition que ne le sont les basses lumières. Une bande de test incluant hautes et basses lumières permettra de déterminer à la fois le réglage d'exposition et la correction de contraste à apporter éventuellement. 

Le contrôle du contraste s'effectuera par le choix du grade du papier (pour les papiers à grades) ou la valeur du filtrage ( pour les papiers à contraste variable ). Le choix du révélateur, ou d'une combinaison de deux révélateurs successifs, permettront un ajustement supplémentaire du contraste.

3) Ne poussez pas les noirs plus noir que nécessaire

Les discussions relatives à la densité maximale des papiers photographiques (D Max), ainsi que celles relatives à la capacité de certains révélateurs à produire des noirs plus noirs peuvent donner l'impression qu'il est important d'obtenir des noirs de densité maximale dans un tirage. Il n'en est rien. En effet, si les parties les plus transparentes d'un négatif étaient représentées par D Max sur le tirage, les ombres détaillées de ce négatif seraient probablement trop sombres et trop peu contrastées pour être visibles. En règle générale, l'échelle d'exposition d'un papier ne doit pas dépasser 90% du D Max, et à cette valeur correspond déjà un très beau noir. L'avantage de ne pas restituer les noirs plus noir que nécessaire se retrouve dans les zones d'ombres détaillées qui deviennent plus lumineuses et faciles à distinguer.

4) N'effectuez le maquillage qu'après avoir déterminé un contraste correct

Le maquillage ('dodging'ou 'burning' ) est utilisé pour modifier localement la valeur de certaines zones de l'image. Il y a peu de chances d'obtenir un contraste général correct si la relation entre les différentes valeurs de l'image sont modifiées à priori par un maquillage. De plus, le maquillage doit être reproductible pour une série de tirages identiques. Il est donc nécessaire de simplifier l'opération de maquillage en choisissant dès le départ le bon contraste initial.

5) Tirez sur un papier de première qualité

Une bonne séparation des valeurs dans les parties sombres de l'image est un critère pour le choix d'un papier. Un papier possédant une pente élevée dans la partie de la courbe correspondant aux ombres ( 70 à 90% de D Max ) permettra de restituer un meilleur contraste local dans les parties sombres de l'image et les détails y seront plus visibles. Les papiers de qualité ont des valeurs de D Max supérieures à 2,2 après un renforcement au sélénium. Notez que la teneur en argent d'un papier n'est pas nécessairement un critère de qualité. Les recherches scientifiques de R. Henry ( "Controls in Black & White Photography" ) ont montré que d'excellents papiers contenaient moins d'argent que certains papiers de qualité moyenne. Il faut admettre que des paramètres autres que la teneur en argent influent sur le D Max d'un papier.

6) Renforcez chacune de vos épreuves

Pour obtenir le maximum d'un papier, il est indispensable de terminer le traitement par une opération de virage. Les virages au sélénium renforcent les valeurs d'une image et protègent l'épreuve contre les polluants atmosphériques. L'intensification des valeurs de l'image étant proportionnelle à la quantité d'argent métallique, le virage a peu d'effet sur les hautes lumières mais un effet sensible sur les parties sombres. Le D Max est augmenté significativement et l'image est plus brillante.

dernière modification de cet article : 2000

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)