[abonnement gratuit]

l'auteur

Claude Eichel
né en 1953
juriste de formation
informaticien depuis 1982
Passionné de grand format
  claude.eichel(@ntispam)laposte.net

 

 

 

 

 

Inversion des films noir et blanc

 

Pris dans le tourbillon du grand format j’ai eu envie de faire autre chose de mes négatifs ; je ne suis pas un bon tireur et l’idée de projeter des diapositives noir et blanc était séduisante.

Le procédé n'est pas nouveau mais apparemment peu utilisé, il y a peu
de films inversibles noir et blanc accessibles facilement à l'amateur ;
citons l'Agfa Scala encore fabriquée en 135 et 120 et qui est développée dans quelques laboratoires spécialisés. À ce jour, avril2005, Agfa Photo ne fabrique plus aucun plan-film, mais il existe néanmoins un stock plan film Agfa Scala à Paris chez Arka-Labo, le seul labo français qui propose le développement professionel Agfa Scala. Signalons également le Fomapan R100 en 135 uniquement mais dont le kit de développement peut être utilisé avec d'autres films négatifs courants. Il devait être possible de réaliser des diapositives N&B avec d’autres types de pellicules. Soutenu et aiguillonné par des membres du forum je me suis pris au jeu et ai testé un certain nombre d’émulsions sur le marché.

Je tiens à remercier Daniel Bouzard et Emmanuel Bigler l’un dont les réponses sur certains produits chimiques m’ont bien aidé, l’autre pour ses encouragements et son regard critique sur les essais. Sans oublier Michel Meilhac qui m’a fait parvenir des adresses de sites traitant du sujet.

Je n’ai donc rien inventé, j’ai lu un certain nombre d’articles trouvés sur Internet mais bien souvent les indications données étaient incomplètes ou les temps ne correspondaient pas.

Je vais tenter de vous donner un mode d’emploi précis et reproductible

Nous ne traiterons dans un premier temps que des films 120, il y a des différences dans les temps de développement avec les plans films qui feront l’objet d’un complément dans un article ultérieur.

La sécurité

Nous utilisons des produits chimiques plus ou moins toxiques et agressifs

notamment ceux destinés au bain de blanchiment. Il faut prendre certaines précautions :

- lire et comprendre les fiches de toxicité des produits.
- mettre ces produits hors de portée des enfants, des personnes de la famille ne connaissant pas le sujet et des animaux domestiques.
- porter des lunettes de sécurité et des gants lors de la préparation des bains ; les lunettes de sécurité sont conseillées pendant le traitement (risque de projections lors des rinçages des récipients ; cela m’est arrivé !)
- travailler dans un local ventilé.
- On peut facilement se procurer du matériel de sécurité type lave œil à base  de Diphotérine, ce produit neutralise tous les acides et bases (sauf  l’acide fluorhydrique).

Les produits et le matériel nécessaires

  • Révélateur papier PQ universal.

  • Permanganate de postassium (j’utilise du produit pur qualité analyse pur à 98%) ou bichromate de potassium.

  • Acide sulfurique pur

  • Sulfocyanure de sodium ou de potassium (merci Daniel !)

  • Sulfite de sodium

  • Métabisulfite de sodium

  • Formol pour les films Efke

  • Fixateur Ilford Hypam fixer ou tout autre fixateur rapide ou fixateur Tetenal + additif tannant

  • Balance précise, des agitateurs (ou un mélangeur magnétique) des récipients pour faire les mélanges, une pipette 10ml et une propipette (poire à trois vannes permettant un dosage précis) ainsi qu’une ampoule de forte puissance. J’utilise une ampoule Philips 500W dans un réflecteur. 

Remarque : la plupart des sources évoquent une lampe de 100W (à réflecteur) j’ai utilisé cette ampoule puissante pour ne pas risquer une sous exposition du film dans la spire)

Il est tout à fait possible de pratiquer l’inversion avec une cuve manuelle mais pour des raisons de répétitivité (et de paresse…) je préfère travailler avec ma Jobo CPP2.

Procédé

Le procédé comporte 6 phases plus les rinçages intermédiaires et le rinçage final.

  • Premier développement

  • Blanchiment

  • Clarification

  • Exposition à la lumière

  • Deuxième développement

  • Fixage.

Dans le cas des films Efke il est nécessaire d’utiliser un bain tannant entre le premier révélateur et la suite du traitement car leur gélatine est très fragile.

Ce tannage doit être évité avec les films Kodak  

 

Les produits peuvent être préparés à l’avance avec la restriction suivante : la solution de sulfocyanure de sodium doit être ajoutée au premier révélateur juste avant l’utilisation, car le révélateur ainsi obtenu ne se conserve pas.

Je prépare toujours les révélateurs avec de l’eau déminéralisée, les autres bains utilisent de l’eau de robinet.

Un prémouillage de cinq minutes à l’eau déminéralisée peut-être fait mais n’est pas indispensable. Les deux méthodes ont été testées sans changement notable.

Les bains sont utilisés en usage unique sauf le fixateur pour lequel je respecte les données du fabricant.

Quantités utilisées : dans les cuves Jobo 15xx 300ml/film. 
Une quantité moindre de mélange révélateur/sulfocyanure de sodium ne permet pas un traitement suffisant du film certaines parties gardent une sorte de voile.

Prises de vues 

Toutes les émulsions ont été utilisées à leur valeur ISO nominale. La mesure de lumière a été faite au spotmètre sur les hautes lumières (où je désirais avoir des détails) puis j’ai surexposé de deux crans (en général je conserve le diaphragme choisi et je baisse la vitesse de deux valeurs).

Premier développement

(temps voir tableau ci-dessous)

PQ Universal dilué à 1+4 + 9,5gr/l de sulfocyanure de sodium ajouté au dernier moment.

L’agitation en Jobo est réglée sur une vitesse rapide.

Emulsions

Roll film 120

PQ Universal  *

 

 

Voile de base

Temps 1er dév.

9,5gr/l de sulfocyanure

Adox CHM 125

0,016

6mn 

Agfa Agfapan 100

0,016

5mn

Agfa Scala 200

0,04

8mn

Efke R100

 NM*

8mn

Efke R25

 NM*

4mn

Efke R50

 NM*

4mn 

Ilford Delta 100

0,05

6mn 

Ilford HP5+

0,15

5mn

Ilford Pan F+

0,16

7mn

Ilford FP4+

0,08

6mn

Kodaf Tri-X 400

0,2

6mn

Kodak Tmax 100

0,05

8m30

Kodak Tmax 400

0,14

8mn

Lucky SHD 100

0,025

4mn

Nm* : non mesurable même en huit épaisseurs (les valeurs très basses ont du être mesurées en empilant les épaisseurs de film)

* Des essais (pas systématiques) ont été faits avec du Neutol NE en dilution 1+4 les temps obtenus sont les mêmes qu’avec le PQ.

Ces temps sont donnés à titre indicatifs, vous devrez les ajuster en fonction de vos habitudes de prise de vue et de mesure. Il est aussi possible de diminuer légèrement la quantité de sulfocuanure mais il faudra alors faire des tests pour retrouver les bons temps de développement.

Films Efke : Bain tannant

2 minutes

Formol à 37% 15ml
Carbonate de sodium anhydre 5g (10gr si non anhydre)
Eau pour faire 1l

Rinçage 

2 minutes (en jobo je verse l’eau puis la vide toutes les 30 secondes)

Blanchiment (1)

5 minutes

Il faut préparer deux bains et ne les mélanger qu’au moment de l’emploi

Bain A  Permanganate de potassium 2gr/eau pour faire 500mll

Bain B eau pour faire 500ml + 10ml d’acide sulfurique concentré (les ingrédients sont cités dans cet ordre car  rappelez-vous on verse l’acide dans l’eau pas l’inverse, « on ne donne pas à boire à un acide » disait un de mes professeurs de chimie). 

Rinçage 

2 minutes

Clarification

3 minutes

Métabisulfite de sodium 25gr/eau pour faire 1l

Rinçage énergique

5 minutes

environ 10 changements d’eau en Jobo. A la main vous pouvez ouvrir la cuve sous  un éclairage normal peu puissant et rincer en eau courante. Dans une région à eau calcaire le dernier rinçage doit se faire à l’eau distillée (ou déminéralisée) pour éviter les tâches de calcaire car l’exposition à la lumière va faire sécher le film.

Exposition à une lumière forte

4 à 5 minutes

Les différents articles lus parlent de 1mn30s par face de spire, il n’y a pas de maximum. Je réexpose le film environ 4 à 5mn. Ne faites pas cette manipulation au soleil ce serait trop puissant. Je retire l’axe de la spire puis la présente à (environ) 1m d’une ampoule de forte puissance (500W) en faisant tourner la spire pour éviter les traces d’eau, la spire est retournée toutes les 30 secondes pour présenter son autre face de façon a voir un temps égal des deux côtés.

Par transparence au moment de l’exposition on peut, avec un peu d’habitude, juger déjà du résultat final.

Une fois ceci fait on obtient un film gris/jaune (cela dépend de l’émulsion, ici un Pan F+ l’un des moins translucides au développement)

Deuxième développement

Dektol 1+2 : 5 minutes

Le dektol semble éviter un dépôt noirâtre sur les spires . Dépôt qui se crée avec le procédé au permanganate

Ou

PQ universal 4 minutes à 1+4 ou 8 minutes à 1+9

Attention : sans ajout de sulfocyanure !

Rinçage

5 changements d’eau rapides

Fixage

4 minutes

Fixateur Tetenal + additif tannant 30ml/l de solution de fixage

Rinçage habituel

Je procède de la façon suivante, 1min à l’eau déminéralisée, puis 1 minutes dans un auxiliaire de lavage (20gr de sulfite de sodium, 3gr de métabisulfite de sodium/1L d’eau), 5 changements d’eau dans la jobo puis 10 minutes de rinçage en eau courante.

Dernier rinçage

1 minute

eau déminéralisée additionnée de 5ml/L d’eau d’agent mouillant (1/200ème dit la notice)

Séchage

(c’est toujours trop long !)

Le film est suspendu à un fil par les classiques pinces lestées.

Petits trucs

Respectez les temps de blanchiment/clarification ne les allongez pas sinon vous récupérerez juste de magnifiques supports vierges !

Si l’image finale est trop sombre augmentez votre temps de premier développement, à l’inverse si elle est trop claire diminuez-le. Il est bien sûr possible de jouer sur les paramètres de prise de vue mais il me semble préférable d’ajuster le développement pour conserver la méthode de mesure de la lumière.

Conclusion

 il est finalement facile de traiter soi même ses Scala et les essais ont montré que nous disposons de solutions de remplacement à bon marché. Le choix doit se porter vers les émulsions qui ont le voile de base le plus faible ; mes goûts personnels vont vers l’APX 100 d’Agfa, le FP4+ et le HP5 d’Ilford et les émulsions Efke dont j’aime le rendu.

Une remarque concernant les films Ekke : le papier de protection ne semble pas assez épais pour bien protéger le film, chargez et déchargez le film dans la pénombre. J’ai eu un certain nombre de films Efke voilés.

Le film chinois Lucky a été essayé pour la forme mais il est difficile à manipuler, garde un joli voile rose et surtout les temps ne semblent pas stables. Enfin je n’ai pas pu obtenir de résultats fiables avec les films Fuji N&B

(1)  A propos du choix Permanganate :

Une deuxième méthode de blanchiment existe à partir de bichromate de potassium mais outre le fait que le bichromate est relativement plus toxique que le permanganate on passe par une phase de sels de chrome qui sont eux mêmes passablement toxiques.

 

Et après ?

Il y a le plaisir de la table lumineuse et de la loupe voire pour les grands formats le passage sous un rétroprojecteur.

Annexes

Produits et leurs numéro CAS (ce numéro permet de consulter les fiches de sécurité des différents produits)

Bichromate de potasse  7778-50-9
Permanganate de potassium 7722-64-7
Sulfocyanure de potasse 333-20-0
Acide sulfurique 7664-93-9
Sulfite de soude 7757-83-7
Métabisulfite de soude 7681-57-4
Formol (formaldéhyde) 50-00-0

On peut consulter les fixes toxicologiques sur différents sites :

www.inrs.fr
http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/etud_impact/712_ei.htm
http://toxnet.nlm.nih.gov/cgi-bin/sis/htmlgen?HSDB  (en anglais très complet)
ou plus simplement dans un moteur de recherche taper cas xx-xx-xx

Diphotérine

http://emballage.com-leader.com/raja-
manutention-stockage-equipemement-
atelier-accessoires-equipement-maintenance-compresses
-gaze-steriles-30-30-boite-100-1179400.html

Sites traitant du sujet :

http://romain.buet.free.fr/index_chi.htm
http://www.bonavolta.ch/hobby/fr/photo/slidesbw.htm
http://www.binbooks.com/books/photo/i/l/509E6AE264
http://lavender.fortunecity.com/lavender/
569/negtoposdeveloper.html

http://www.tech-diy.com/reversal_formulas.htm
http://www.profotos.com/education/promag/articles/
monotrans/index.shtml

http://www.kodak.com/global/en/professional/
support/techPubs/j87/j87.jhtml

http://www.geocities.com/cinetank/processing/proces-tech.htm

Bibliographie

P. Glafkidès : Chimie et physique photographiques
Gevaert Photo : Formules photographiques 1943

Où se procurer les produits chimiques de base ?

Prophot (www.prophot.fr) pour les produits de base : 
Sulfite de soude, Métabisulfite de soude, sulfocyanure de sodium

Permanganate de potassium chez LPCR (qui peut aussi fournir les autres produits)
ZA de la Vogelau 12 r Sarcelles 67300 Schiltigheim
Tél 03 88 62 50 00

Rappel des formules chimiques

Bain de blanchiment

Solution A permanganate de potasse : 2 à 3 gr(max)/l : j’utilise 2gr/l
2gr permanganate + eau pour faire 500ml
Solution B Acide sulfurique concentré 10ml/l
Eau 490ml acide concentré 10ml
Mélangez les deux solutions juste avant l’emploi

Clarification 

Métabisulfite de soude 25gr/eau pour faire 1l

Bain tannant

Formol à 37% 15ml
carbonate de sodium anhydre 5g (10gr si vous disposez de carbonate de sodium non anhydre)
Eau pour faire 1l

Bain de lavage après fixation 

Sulfite de sodium 20gr
Métabisulfite de soude 3gr
Eau pour faire un litre

Exemples

Scala 

 

La même chose avec de la FP4+

 

 

dernière modification de cet article : 2005

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)