[abonnement gratuit]

l'auteur

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr
organise des stages photo

 

 

 

Télécharger cet article en pdf

 

 

 

SPRI
Une méthode d’efficacité rédactionnelle
appliquée à la présentation du diplôme 

par Henri Peyre

 

A qui est destiné cet article ?

Cet article veut donner quelques bases méthodologiques aux étudiants des écoles d'art et de photographie dont j'ai pu observer qu'ils étaient souvent en difficulté dans la présentation de leurs travaux en situation d'examen. En réalité, l'approche proposée va plus loin et peut permettre à chacun d'avancer avec simplicité et efficacité dans son travail de recherche.

Nous utilisons ici une excellente méthode de reformulation venue (Ô horreur !) du monde de la productivité des entreprises, la méthode SPRI. Sur galerie-photo on aime bien l'iconoclaste mélange des genres ! Suivront ceux qui aiment vivre sans œillères !

La méthode SPRI elle-même a été formulée dans : La méthode SPRI, Louis Timbal-Duclaux, Editions Retz, 1983.
Poussée autrefois par F. Richaudeau, l'ardent défenseur de la Lecture Rapide, elle est aujourd'hui passée de mode et le livre devenu introuvable. La méthode compte encore quelques ardents supporters... dont nous sommes ! Codifiée autour de la volonté d'un "mieux écrire" en particulier en entreprise, elle présente pour principale tare de proposer tout à fait autre chose que le plan "thèse-antithèse-synthèse" de l'Education Nationale, qui a produit des générations de gens fins, subtils, doutant de tout... mais peu efficaces dans l'action et assez incapables de penser qu'on peut peut-être réfléchir d'une façon plus positive.
SPRI (Situation-Problème-Résolution-Information) est une méthode basée sur l'idée qu'on s'exprime pour cerner à l'intérieur d'une Situation insatisfaisante le Problème le plus important, en le reformulant précisément ; on le règle ensuite de façon d'abord théorique (Résolutions) puis en détail, dans ses aspects pratiques (Informations)

 

On lira également l'article comment analyser une photographie ? sur ce même site. Nous y proposons l'application de la méthode à l'analyse d'images.

Rappel aux étudiants : les enjeux

Au diplôme, on exige de vous la présentation des éléments suivants

- origine du projet (notes, esquisses, genèse)

- références culturelles

- qualité des travaux

 

La méthode SPRI est un moyen simple et pratique de vous aider à ordonner votre présentation.

Définition :
SPRI une méthode rédactionnelle en 4 temps

Principe de la méthode SPRI : on part du principe qu’on peut exprimer tout propos sous forme d’un Problème qui est posé par une Situation insatisfaisante. On y répond par une ou plusieurs Résolutions (les solutions possibles en quelques mots) et leurs applications concrètes (les Informations).

Cela permet que toute forme d’expression soit vivante et bien ordonnée.

 

Situation

On note en Situation tout ce qui décrit en quoi l’état des choses est insatisfaisant, en quoi il pose problème... tout ce qui montre combien il est intéressant et urgent de s’en occuper. Cela permet de valoriser le problème, de le mettre en valeur, de le « dramatiser » pour susciter l’intérêt du public.

Ne retenir de la situation que les aspects majeurs, c’est à dire les faits :

- Les plus objectifs

- Les plus faciles à comprendre

- Ceux qui constituent une base de départ acceptable par tous

- Ceux dont l’utilité véritable n’apparaît pas forcément tout de suite mais qui, « cadrant la situation » et son caractère préoccupant, révèlent l’importance de l’enjeu du problème.

Problème

Il vous faut trouver le cahier des charges du problème

- Par rapport à quelle volonté, à quel objectif est-ce un problème ?

- A quelle condition sera-t-il considéré comme suffisamment résolu ? (suivant quels critères d’intérêt pourra-t-on juger que les problèmes sont résolus ?).

- Pour trouver le problème : se poser la question, pour chaque idée qui peut constituer le problème « En quoi est-ce un problème ? » Si nous pouvons encore expliquer en quoi c’est un problème, c’est qu’on ne tient pas encore la formulation ultime ! Le mieux est d’essayer d’arriver à REDIGER votre problème en une question et une seule

Résolution de principe

La résolution présente les remèdes au problème :

- Elle décrit et justifie les grands principes de la solution.

- Les grandes lignes de la  résolution de principe doivent correspondre aux grandes lignes du problème.

- En rester à la boîte noire, ne pas entrer dans les explications de procédure (réservées à la partie suivante)

Informations détaillées ou pratiques

Cette fois on examine le contenu de la boîte noire

- Décrire les procédures mises en oeuvre, de la plus essentielle à la plus accessoire, pour faire passer la résolution dans les faits

Quelques remarques :

- En quelques phrases, on pourra résumer les idées du SPRI en fin de présentation. La conclusion n’est pas obligatoire

- Il n’y a pas besoin absolu d’introduction. L’exposé de la situation peut en tenir lieu. En tout état de cause, si on tient à en faire une, il faut ne la composer qu’en dernier, lorsque toutes les autres parties ont été achevées.

- C’est l’énoncé de la résolution qui annonce le plan

-  Faire un SPRI c’est baser toute la communication sur la volonté d’action

-   Arriver à communiquer l’Information, c’est proposer des solutions. La méthode présuppose qu’une communication sans solution est peu intéressante. C’est donc une méthode socialement positive

-   Appliquer la grille SPRI permet de déterminer les bons arguments et le bon ordre de présentation (c’est l’ordre qui captive)

-  Déterminer le but de la communication. il n’y a pas de communication sans récepteur. Cela incite à ne pas se fiche de lui. Trouver la « bande passante » du récepteur (Quoi de neuf pour lui, à quoi est-il sensible ?)

 

Application : SPRI pour le dossier au diplôme

Situation

Vous présentez l’orientation générale de votre travail :

Genèse globale de votre travail, comment l’idée vous est venue de travailler à cette question, ce qui vous y intéresse, l’exploration que vous avez faite dans l’histoire de l’art autour du sujet, particulièrement :

- Ce que les artistes qui vous ont précédé ont tenté de faire en ce domaine

- En quoi leurs recherches ont été limitées et ne vous donnent pas satisfaction (présentez des documents de ces artistes)

Tout ceci doit vous permettre d’annoncer que vous trouvez la situation actuelle insatisfaisante et que votre travail se propose de l’améliorer.

Déterminer le problème auquel répond votre travail.

La méthode suppose que vous vous posez une question fondamentale et une seule. Si vous avez l’impression que vous vous en posez plusieurs, essayez de les grouper en une seule interrogation. S’il vous semble que vous n’y arrivez pas, hiérarchisez-les et ne présentez que la principale.

pour vous aider à la trouver : c’est la question qui résiste à « en quoi est-ce un problème pour vous ? »

A la fin le problème auquel répond votre travail doit être énonçable en une question d’une phrase, la plus précise possible.

Déterminer les réponses que vous pensez apporter par votre travail

ce sont les Résolutions de la méthode SPRI. Présentez ici uniquement les grandes lignes de recherche. « Voila les 3 axes dans lesquels j’ai travaillé... on peut globalement répondre à ce problème en explorant cette voie, celle-ci et celle-ci... »

Présentez vos travaux

Vos travaux sont les Informations de la méthode. Vous pouvez maintenant montrer comment vous avez répondu à la question que vous vous êtes posée.

Il vous faut avoir groupé vos travaux suivant les axes des Résolutions que vous présentez.

Dans l’exposé vous vous rapprochez alors physiquement de vos travaux et les présentez comme illustration des voies de recherche que vous avez définies.

Pour chaque groupe de travaux vous devez rappeler :

- L’origine du projet (notes, esquisses, genèse)

- Les références culturelles (filiation montrant que vous n’avez pas cherché seul dans votre coin et que vous avez bien été voir où les contemporains en étaient)

- En quoi tient la qualité des travaux (intérêt novateur, qualité plastique particulière. Il vous faut surtout montrer en quoi il y a solution au problème que vous vous êtes posé)

 

Au delà de la méthode

Ce passage à la moulinette SPRI de votre travail présente un grand intérêt :

1/ il vous oblige à un regard extérieur sur votre travail.

2/ il vous oblige à vous poser la question de votre voie de recherche. Si vous avez des difficultés à mettre en mot le problème que vous vous posez, il est possible que ce soit parce qu’il n’est pas encore très bien défini en vous. Cela vous permet d’y réfléchir, de l’affiner et de le documenter.

3/ Si vous suivez bien l’ordre de présentation et que vous avez une vision claire et ferme des solutions que vous apportez, votre présentation sera captivante pour l’auditeur.

 

 

dernière modification de cet article : 2008

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)