[abonnement gratuit]

 

votre avis

Vous utilisez un de ces appareils
en êtes satisfait ou pas,
merci de nous envoyer vos
commentaires.

 

 

 

 

 

 

 

Minolta DiMâge Scan Multi Pro :
scanner professionnel du 24x36 au 120

Scanner de film professionnel permettant l'acquisition du 24x36 au 120. 
Ce scanner de haut de gamme peut recevoir également, grâce à des accessoires optionnels, des films 16mm, minox, 24x65 ou microfilms. Mise au point autofocus débrayable en manuel. 

Caractéristiques Techniques

Scanner de film professionnel. Barreau tri-CCD de 7260 pixels fournissant une résolution réelle de 4800x4800ppp en 135 et 3200x4800ppp en 120 (cela permet de tirer des scans 24x36 en A3 à 400 ppp ou des scans 6x9 en A2 et 600ppp)
Densité : 4,8. Un mode multi-sample en 2, 4, 8 ou 16 passes permet de réduire le bruit dans l'image en faisant une moyenne sur plusieurs scans. Matériel connectable au choix en SCSI ou Firewire.
Prix : 3796 € (prix octobre 2001). Appareil en concurrence avec le Nikon CoolScan 8000 
www.minolta.fr  

Bibliographie : 
article de Guy Michel Cogné dans Chasseur d'Images n°238 de Novembre 2001, page 176

L'auteur compare ce scanner au Nikon coolscan 8000 en laissant le lecteur tirer les conclusions de quelques observations qu'il fait :
- le scanner utilise les logiciels : ICE, ROC, GEM, comme le Nikon.
- on peut mémoriser l'exposition d'une photographie à l'autre.
- les passe-vues sont bien construits. 3 passe-vues sont livrés : un pour les films de 135 en bande de 6 vues, un pour quatre diapos 24x36 et un pour le moyen format, avec caches
- les passe-vues sont du type à plaque de verre, ce qui multiplie les problèmes de poussière
- en moyen format la résolution est de 3200ppp contre 4000ppp au Nikon, mais l'auteur ne voit guère la différence au résultat
- la dynamique annoncée est de 4.2, la dynamique réelle est plus proche de 3,9, en retrait par rapport à celle du Nikon.
- le prix est inférieur de 5000F à celui du Nikon.

Article de Xavier de la Tullaye dans Le Photographe n°1594

L’auteur signe un article élogieux, mettant en avant les qualités du scanner :
- présence des technologies ASF : ICE s’attaquant au poussière, repérées par un système infra-rouge – attention cela ne marche pas avec les films noir et blanc, l’argent métallique étant aussi opaques aux infra rouges que les poussières ! – ROC, reconstruction des couleurs pour les vieilles photos délavées qu’on archiveet GEM qui vise à éliminer le grain).
- possibilité de doter le scanner de passe-vues sans verre
- richesse du logiciel de correction de couleurs qui propose 3 méthodes d’action ; courbes et histogrammes, avec 3 pipettes (pont blanc, point noir et gris) et un réglage automatique.
- la qualité du D-Max, annoncé à 4,2 et réellement mesuré à 4 (« la performance est très bonne, puisque le meilleur film du marché ne fait que frôler 4,00 en D-Max, et encore, pas dans les trois couleurs)
Au chapitre des faiblesses l’auteur met en avant l’impossibilité du traitement par lot.

Notre opinion

... a priori, n'ayant pas nous même testé ce scanner ! 
Le Nikon est plus cher, mais nous le préférons. La mesure de la dynamique est vraiment trop à son avantage. Le chiffre de la dynamique (qui doit être le plus fort possible) garantit d'obtenir des nuances dans les ombres qui pourraient à défaut se boucher au noir. C'est fondamental pour la qualité d'une numérisation !
Si on achète ce scanner on l'utilisera en tout état de cause sans le verre sur les passe-vues (qui amène poussière et anneaux de Newton).

dernière modification de cet article : 2001

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)