[abonnement gratuit]

 Interview

 

 

Retrouvez les palladium
de Laurence Tondu
sur la galerie de galerie-photo

 
 

les Palladium de Laurence Tondu

 

Laurence, pouvez-vous présenter la technique du palladium ?

C'est un procédé où le papier, au lieu d'être sensibilisé aux sels d’argent, l'est avec des sels de palladium. Le tirage se fait par contact avec le négatif uniquement, au soleil ou aux ultraviolets. C'est un des procédés les plus stables dans le temps, procédé ancien qui date de 1870…. On fait son émulsion soi-même….

Comment en êtes-vous venue à cette technique ?

Par hasard, lors d’une rencontre, organisée par Galerie-Photo et Jimmy Péguet. Philippe Ayral a proposé une superbe démonstration de son savoir-faire d’une technique similaire : le platine . Comme pour le travail en laboratoire argentique noir et blanc, j’ai eu le coup de foudre pour le procédé. Il a fallu que je persévère quelques années, le temps de faire un apprentissage en autodidacte à la chambre photo ainsi qu’au platine/palladium.

Un beau papier pur coton, une conservation de l'image, le ton très chaud du palladium, une fabrication artisanale avec des produits chimiques, une mise en œuvre plaisante, voilà les points forts de cette technique. J’apprécie de plus de travailler avec une lampe normale et non plus à la lumière inactinique.

Ensuite, et là c'est encore plus important : c'est une technique qui me permet de "sortir du cadre" : je déborde la frontière rectiligne de la photographie traditionnelle en couchant l'émulsion à la brosse sur un papier de grande qualité, bien épais (COTON 320 BERGER). Ce papier, très agréable à travailler, reste d’une belle planéité.

Les praticiens des techniques anciennes sont souvent obsédés par les noirs. Vous vous attachez au contraire à tirer des images assez claires, comme si elles devaient rester légères et fragiles. Travaillez-vous dans le registre de l'impression ou du souvenir ?

Pour les puristes des techniques anciennes comme le platine et le palladium, je vais un peu à l’encontre de ce qu’il se fait. Je travaillais déjà en argentique mes thèmes photos favoris que sont la nature, les herbes, les arbres, l’eau, la brume. Pourquoi changer de technique si c’est pour faire la même chose : des images trop parfaites ? Mes photos argentiques sont tirées en ton chaud, le palladium complète ma vision photographique. Je recherche dans mes images une douceur, une structure, une matière, un état d’esprit. Cette technique me permet de mettre de la matière et de prolonger la photo selon ma sensibilité.

Je travaille dans le registre de l’impression du moment et non du souvenir. Pour certains, cette image presque sépia est assimilée à une « ancienne » photo. Pour moi, le palladium est un mode d’expression contemporain.

Pourquoi le choix du 4x5" ?

J'ai commencé à travailler à la chambre photo afin d’agrandir mes tirages argentiques en très grands formats. Je recherchais la meilleure netteté, la meilleure définition. En parcourant le site Galerie-Photo, j’ai trouvé la chambre la plus adaptée à mon sujet photographique privilégié, le paysage. J’'ai acquis une chambre Linhof folding.

Rapidement j’ai détourné l’utilisation initiale de cette chambre pour réaliser des tirages contact au palladium.

Le fait de travailler à la chambre m'apporte les avantages suivants : - une lenteur dans la prise de vue qui me conduit à une réflexion dans le choix du cadrage., - une anticipation du résultat donné par le contact/palladium en 4x5 inch, par sa couleur, sa visibilité dans ce format contact.

J'ai appris petit à petit à aller à l'essentiel : épurer l'image.

La chambre m’a amenée à travailler dans un format plus petit, par contact, et à évoluer vers un autre médium qu’est le palladium.

Faire le Mont-Saint-Michel dans un format qui pourrait être celui de la carte postale et dans les tonalités des cartes anciennes... les loups risquent de hurler ! Vous êtes consciente du risque ;-) ?

J’avais envie de photographier le Mont St Michel à la chambre en vue de faire un palladium. Encore une fois, pour moi la technique du palladium n’est pas un médium du souvenir mais est bien réel et contemporain.

Parlez-nous de votre matériel (chambre, pellicule, développement...)

Une Linhof (folding) pour « courir » dans la campagne, un 150 mm, 270 mm, des pellicules Delta pour commencer, puis avec la difficulté d’approvisionnement, j’ai utilisé l’Adox 100 iso développée énergiquement avec du PQ-Universal 1+1 pendant 3 mn en cuve CPE2 Jobo en vue de tirer le platine/palladium. Pour compléter j’ai acheté un agrandisseur 138 avec une tête couleur pour le tirage traditionnel argentique noir et blanc.

Qu'est-ce, pour vous qu'une bonne photographie ?

Une belle prise de vue, un beau tirage, un beau papier baryté ou papier coton. Pas besoin de discours du photographe, elle doit parler directement, permettre d’adhérer au sujet. Mais surtout la photographie doit toucher, faire vibrer, transmettre une émotion à celui qui va la regarder.

 

 

Retrouvez les palladium de Laurence Tondu
sur la galerie de galerie-photo

 

 

 

dernière modification de cet article : 2006

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)