[abonnement gratuit]

interview par

Christian Nze
Photographe Fine Art
www.c-nze.com

 

 

 

 

 

George PROVOST

 

George Provost est un auteur photographe américain que j'ai découvert sur ebay. Je cherchais des tirages Azo et j'ai vu la liste de ces photos apparaître. J'ai acheté quelques unes de ces images appartenant à la famille de celles de Weston et je corresponds depuis régulièrement avec lui. Cet interview est destinée à vous faire mieux connaître son travail.
C. Nze

 



George Provost ©

 

Christian Nze : George, que voulez vous transmettre à travers vos photographies ? 

George Provost : "Je suis un témoin. A travers mes photographies je partage ce que je vois avec les autres. C'est une question de vision et d'évolution de la vision. Il y a en fait 2 aspects : la vision et la représentation de cette vision. 

La représentation c'est l'exposition du film, le tirage, etc. C'est la partie technique... bien que la créativité soit nécessaire pour résoudre certains problèmes. 

La vision est plus difficile à expliquer. J'ai remarqué que j'avais différents niveau de vision, si j'essaie de décrire il y a : 
1) observer l'objet (par exemple une pierre) 
2) observer la lumière sur la pierre, 
3) voir la pierre de manière abstraite (ses lignes, sa texture, ses teintes) 
4) voir l'essence même de la pierre. Ce 4éme point est assez complexe. En fait tout objet est une manifestation de la nature, d'un ordre qui peut être bénin mais aussi profondément beau.

Je me sens comme un détective de ces apparitions et je considère mes photographies comme un remerciement pour toute cette beauté.

 

Christian Nze : Dans quel état d'esprit faites vous vos photographies ? 

George Provost : Pour me concentrer sur la vision je préfère travailler seul et dans des espaces isolés. Je préfère aussi avoir la tête vide et être préoccupé uniquement par ce que je vois. C'est une approche contemplative ; dès que je vois quelque chose qui m'intéresse je l'observe sous différents angles. Souvent je place la chambre et regarde sur mon dépoli ce que cela donne, en la déplaçant pour trouver le meilleur angle. Comme un musicien qui joue à l'oreille je compose à l'œil, je n'ai pas de vision définie avant d'avoir observé mon dépoli.


George Provost ©

 

Christian Nze : C'est intéressant. J'imaginais une composition plus réfléchie, car dans vos travaux l'influence des Weston (Brett et Edward) est assez grande. 

George Provost : J'ai appris la photographie en autodidacte et ma première influence était Ansel Adams. Mais je me suis rendu compte que j'étais plus sensible au photographie de Edward Weston... depuis ma manière de travailler et très proche de la sienne. J'utilise une chambre 20x25 et je tire par contact sur papier Azo développé dans un révélateur à l'amidol ; mon révélateur film est le pyrocat-HD. Ce que j'admire le plus dans la manière de travailler d'Edward Weston, c'est l'importance de la simplicité. C'est vraiment ce qui m'a attiré. L'agrandissement est beaucoup plus compliqué que le contact. Weston était aussi beaucoup plus intéressé par la vision et la présentation que par l'interprétation. Brett Weston était un maître de l'abstraction et son travail a beaucoup d'influence sur moi. D'ailleurs je retire beaucoup plus de satisfaction de mes images abstraites que de mes paysages.

 

Christian Nze : Dans votre travail quelle importance a l'utilisation du grand format ? 

George Provost : La haute définition, l'importance de l'information contenue dans le négatif sont importantes pour moi. Le contact permet de conserver cette masse d'information qui permet à l'observateur de l'image de se rapprocher et de toujours trouver des détails supplémentaires. Le papier Azo permet de conserver ce détail et de rendre toutes les nuances du négatif.

 

Christian Nze : Quel parcours vous a amené au grand format ? 

George Provost : J'ai commencé la photographie il y a 16 ans. J'ai d'abord suivi un cours pour débutants en Californie. Je me rappelle de mes premiers développements de 35 mm et de planche contact. Souvent j'adorais ce que je voyais sur la planche contact... mais quand j'agrandissais, le résultat ne me plaisait plus autant. Déjà je savais que je devais passer à un format supérieur. C'est en 1987, juste avant de partir en Alaska, que j'ai acheté ma première chambre, une Linhof 4x5. Puis en 1991 je suis passé au 8x10 avec une Phillips. J'ai continué à agrandir mes négatifs pendant un moment, puis il y a quelques années je me suis mis à l'Azo après avoir trouvé des informations sur les pages de Michael A. Smith et Paula Chamlee.

 

voir aussi :
http://www.museums.state.ak.us/
TemporaryExhibits/Provost/provost.htm

http://www.mindsisland.com/members/GPROVOST 

dernière modification de cet article : 2004

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)