[abonnement gratuit]

 

l'interviewé

Florian BESSET
LA QUINCAILLERIE
ATELIER/GALERIE
Avenue Jean Tassy
30430 Barjac
04 66 55 83 82 - 06 11 95 31 33
florian.besset@wanadoo.fr
www.laquincaillerie.info
 


1949 Naissance en Autriche de parents français
1949 - 1969 Vit en Autriche, Allemagne et à Paris
1967 - 1972 Etudes d'arts plastiques Paris et Bâle
1985 - 2002 Graphiste (indépendant depuis 1985), spécialisé dans les musées (scénographie, graphisme) principalement en Suisse
2003 - 2008 Installation progressive en France (Gard)
2011 Création de la Galerie La Quincaillerie à Barjac, premières expositions

 

 

Interview de Florian Besset :
une galerie à Barjac

 


© Roland Roure

 

Florian, vous avez ouvert une galerie qui présente de la peinture, de la sculpture et de la photographie à Barjac, dans le Gard. Vous réalisez là un rêve de jeunesse ?

Non, je ne réalise pas à proprement parler un rêve de jeunesse. J'ai certes baigné dans un milieu propice dès l'enfance - mon père était conservateur et m'a fait découvrir et connaître personnellement des artistes de réputation internationale dès mon adolescence - mais je n'ai pensé à une galerie que le jour où j'ai découvert à Barjac, à proximité du village où je me suis installé il y a 8 ans, des locaux magnifiques et un peu trop grands pour mes propres besoins de graphiste et de photographe. D'où l'idée de présenter le travail de gens que j'apprécie. C'est un peu l'occasion qui a fait le larron.

 


© Roland Roure

 

En tant que galeriste, avez-vous un objectif ?

Oui, j'ai un objectif principal: faire découvrir ou connaître des artistes dont j'apprécie le travail, que ces artistes jouissent d'une réputation nationale ou internationale, ou qu'ils aient acquis une notoriété régionale. Peu m'importe que leur démarche corresponde aux critères de l'art dit contemporain, ou qu'il s'agisse d'art "actuel", c'est-à-dire d'un art produit de nos jours dans un esprit plus classique: pourvu que la démarche me semble convaincante, j'expose en alternance des artistes qui ont un lien direct et personnel avec la région, et d'autres qui n'en ont pas.


© Roland Roure

 

L'éloignement des grands centres impose-t-il une stratégie particulière ?

Sans doute. Mais n'ayant aucune expérience préalable, je suis en train de découvrir et d'élaborer... Comme je viens de le dire, en exposant des gens qui habitent ou résident régulièrement dans la région au sens large, et d'autres qui n'ont aucun lien particulier avec celle-ci, voire ne la connaissent pas, j'espère intéresser aussi bien le public régional friand d'art et de culture - je pense aussi bien aux habitants proprement dits qu'à tous ceux, et ils sont nombreux, qui ont ici des résidences secondaires, - qu'à tous les amateurs plus éloignés qui peuvent être attirés par une exposition d'un artiste qu'ils apprécient, ou aux "touristes" de passage, dont beaucoup choisissent la région pour ses richesses culturelles. Malgré la situation excentrée de Barjac, j'ai un public en grande partie très intéressé. Je constate qu'il faut être très disponible et expliquer, donner des clés d'accès au travail des artistes. Je pense développer peu à peu des idées et des stratégies qui fassent d'une visite à la galerie ou d'un vernissage autre chose que ce que l'on imagine habituellement.

 Quand je le peux - mais ce n'est pas nouveau - j'invite des musiciens au vernissage, qui jouent ou improvisent en fonction des œuvres exposées. J'aimerais saluer et remercier dans ce contexte la municipalité de Barjac, qui soutient ma démarche par un partenariat me permettant de concevoir des expos complémentaires en deux parties, l'une à la galerie et l'autre dans les belles salles du château de la petite ville, ainsi actuellement l'expo Paul Versteeg. Dans ces cas-là, c'est la municipalité qui prend à sa charge les frais de publicité et offre le buffet d'inauguration.

 

Vous avez exposé des artistes comme Roland Roure ou Paul Versteeg ; vous avez semble-t-il une ligne esthétique. Pouvez-vous tenter de la définir ?

Je ne saurais définir une ligne esthétique au sens propre, disons que le travail des artistes que j'expose reflète des domaines très divers mais qui tous me touchent ou m'intéressent personnellement. Un ami qui me connaît bien m'a dit récemment: "C'est étonnant, mais dans chacune des expos que tu organises, je retrouve une facette de toi." Ainsi Roland Roure et son monde de fantaisie à la fois tellement ludique et profond, qui nous permet de renouer avec l'enfant que nous portons en nous, Paul Versteeg et son observation si précise de la lumière, rendue avec une sobriété de moyens digne d'un Albert Marquet, Denise Lach, calligraphe extrêmement douée, sinon géniale, débordante d'énergie et d'imagination, dont je suis le parcours depuis au moins 25 ans, Bodo Klös, graveur, dessinateur et peintre, au sens plus classique du terme, certes, mais dont l'œuvre est à la fois voluptueuse et cynique, truculente et méditative, douce et violente...


© Paul Versteeg

 

Vous exposez ce mois-ci le travail photographique de Laurent Lafolie ; pensez-vous que le public a aujourd'hui la même attitude face à la photographie que face à des arts plus traditionnels ?

Je pense que la photographie est de plus en plus acceptée comme discipline artistique au même titre que la peinture ou toute autre discipline artistique admise comme telle dans la tradition des Beaux-Arts, qu'un tirage photographique est de plus en plus considéré comme une œuvre d'art à part entière, et ce également par ce qu'il est convenu d'appeler le grand public. Je compte d'ailleurs accorder de plus en plus de place à la photographie dans les expositions de la galerie. Le préjugé selon lequel la photographie n'est pas à la hauteur - j'ai partagé personnellement ce point de vue assez longtemps - , s'il est encore répandu, disparaît progressivement. Le concept des multiples dans l'art, issu des années 60-70, qui a modifié le diktat de l'œuvre d'art comme pièce obligatoirement unique, d'une part, la plus grande diffusion et accessibilité des photos de grande qualité à un public de plus en plus large, la photo numérique qui permet à chacun de produire des images à tout va et favorise sans doute, quelque part, la prise de conscience de la difficulté de faire une "bonne" photo, tout cela contribue peu à peu à l'acceptation générale des titres de noblesse de la photo. Sans compter le rôle croissant joué par celle-ci dans le marché de l'art. La Art Basel, par exemple, dont j'ai bien connu l'évolution, ayant vécu à Bâle et visité les toutes premières éditions, a instauré dès la fin des années 70 - je ne me souviens plus de l'année précise - une section exclusivement réservée à la photo. Les "Rencontres d'Arles", appelées à l'époque Les "Rencontres internationales de la photographie d'Arles", ont été créées elles aussi en 1970, année de la première édition de Art Basel.


Affiche de l'exposition Laurent Lafolie

 

Vous-mêmes, pratiquez-vous la photographie ?

Oui, de plus en plus. J'avais reçu une formation en photographie dans le cadre de ma formation de graphiste, aux Beaux-Arts, mais elle n'était pas aussi approfondie qu'une formation de photographe professionnel, et c'était dans les années 70, à une époque ou personne ne parlait encore de numérique. A l'époque, je me considérais beaucoup plus comme dessinateur, j'aimais surtout le dessin. Aussi ai-je toujours eu recours à de "vrais" pros parfaitement équipés lorsque j'ai eu besoin de photos pour mes mandats de graphiste. Et puis je me suis mis au numérique en 2000, par pure curiosité d'abord, et sans aucune ambition. Je me suis pris au jeu et j'envisage effectivement aujourd'hui de m'exprimer surtout en photo. J'approfondis mes connaissances en ce moment auprès d'un professionnel, et cela fait naître de nouvelles idées et projets. Mais j'en suis aux premiers balbutiements...

 


Exposition Laurent Lafolie à la galerie la Quincaillerie

 

dernière modification de cet article : 2013

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)