[abonnement gratuit]

 

Edouard de Blay : portraits

(Edouard de Blay a déjà été interviewé dans Galerie-photo en 2004)

 

 

Vous cherchez à mettre en scène des personnages féminins très sophistiqués, peu souriants et plutôt dominateurs. Dans votre univers, est-ce que ce sont des déesses ou plutôt un mode de représentation masculin qui parle de femmes inaccessibles ?

Ma dernière photo représente pourtant une femme souriante. Il est vrai que je demande "au mieux" un rictus en guise de sourire. Les modèles ne savent pas sourire et n'ont  pas forcement un beau sourire... de plus, il y a plus de déchets sur les rires. Au fait, vous connaissez beaucoup de peinture de la Renaissance où les personnages rient ?

Le rire ne se prête pas a mes tableaux, trop sérieux. Le rire est plus pour le léger, la comédie, moi je suis quelqu'un qui nage d'avantage dans la tristesse , la nostalgie et le passé .Si je devais faire des photos ou le modèle sourit, je ferais quelque chose d'assez différent.

Les femmes prennent la pose que je leur demande, c'est vrai que les poses des tètes sont hautes. Je leur parle comme a des danseuses et justement mon assistante, Céline Conil, a été professeur de danse ; elle sait exactement ce que je veux.

Dans certaines photos aussi les femmes portent un bustier d'où le coté rigide.

Mes femmes ne sont pas des déesses, juste des femmes qui sont fières de l'être et le montrent. Peut être des femmes de pouvoir, mais qui restent des femmes. Je n'aime pas les filles de cette époque qui ne ressemblent a rien dans leur pantalon trop grand et du même coup nettoient le trottoir... plus le slip qui dépasse et le nombril a l'air ! J'aime les femmes qui ont de l'allure et pour cela il faut avoir ce que j'appellerais "un porté", savoir porter un vêtement. J'avais inventé un slogan alors que je faisais une école de communication et j'ai retrouvé ce slogan 6 mois plus tard chez qui vous savez, il y a 23 ans de cela : c'était "Pour les femmes qui aiment les hommes qui aiment les femmes", voila ce que je pense.

 

 

 

Comment concevez-vous la mise en scène de vos photographies ?

Dernièrement avec ma femme, nous sommes allés au Louvre, voir les iconographies De Van Dyck et au musée du Quai d'Orsay pour Lovis Corinthe. Je me base de plus en plus sur des peintures (comme beaucoup de photographes). Ma femme et moi avons d'ailleurs un projet la dessus.

Pour la mise en scène, j'avoue que j'ai toujours une petite idée derrière la tête, par ex la Joconde, ou un fond que j'aimerais utiliser, la suite vient toute seul.

Je fais beaucoup de studio et j'aimerais faire de l'extérieur, je vais commencer a faire des repérages des rues de Paris. Je vais aussi regarder le site d'un photographe de Galerie-photo qui a fait des photos noirs et blancs des quartiers de la capitale pour me donner des idées. Dès que j'ai le lieu ,j'imagine, je rêve je place mes éléments dans ma tête .

 

 

 

Avec quel matériel travaillez-vous aujourd'hui ?

Je travaille de moins en moins avec le pola 20x25, cela devient difficile d'en trouver. Le pola 59 (en 4x5) se trouve encore un peu ; j'utilise donc de moins en moins ce procédé, malheureusement. Pour mes photos de coiffure, je suis passé en numérique, non pas pour une question de coût (quoique) mais lorsque l'on fait des concours le polaroid passe moins bien. Le détail de la chevelure est perdu, il y a moins de précision et il faut s'imaginer être à 10 mètres et regarder l'image. Mes premieres images de coiffure étaient à la 20x25 et ca ne collait pas. Pour l'instant je suis au 1DMKII, je n'ai que 8M de pixel.

Pour la lumière je suis autant en lumière continue (photo ci dessus) qu'en flash (broncolor). Mes accessoires sont très classiques une BAL, un parapluie voir une boule chinoise (voir ci dessus). Une constante : très peu de lumière, en général une pour le visage (2 si lumière en douche)

 

 

 

Vous arrive-t-il encore de faire des prises de vue directes, sans préparation ou le goût vous en a-t-il complètement passé ?

Lorsque je fais mes concours, les photos se font 8 mois plus tôt. Avec le coiffeur, nous regardons les magazines spécialisés et non en discutons. Je travaille mes photos le samedi pour le lundi, mais quand arrive le jour de la prise de vue, en regardant le modèle je change tout. Mon assistante a l'habitude. Bien que je travaille avec le même coiffeur, je change systématiquement de style a chaque thème (thème de l'homme, de la femme, région parisienne etc...). Pour le concours Scwharzkopf, nous avons été en final 5 fois, il y avait 5 styles d'images bien différents. Je connais bien mon matériel aussi changer au dernier moment ne me gène pas.

Actuellement je fais une recherche de photo pour une marque de lunettes, j'ai déjà proposé 5 styles d'images, du plus simple au plus compliqué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Dernière modification de cet article : 2008

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)