[abonnement gratuit]

 

le photographe

Patrick Bailly-Maître-Grand

Après 2 années de recherches
en autodidacte
il réalise ses premiers daguerréotypes en 1981
En 1985 sa production lui vaut
une exposition personnelle
au Centre Pompidou
puis au musée Nicéphore Niepce
de Chalon/Saône
et aux Etats-Unis
Depuis, il a présenté ses daguerréotypes
à travers le monde et
réalisé des commandes
pour le Musée Carnavalet
le Fond National d'Art Contemporain
et le Musée National d'Art Moderne

Il a réalisé environ
 300 daguerréotypes
 de tous formats
Ses recherches l'ont mené
à des compositions en mosaïques
et à des chromatismes élevés

 Il est actuellement
professeur de cette technique
à l'Institut National du Patrimoine

Vers 1990 il cesse de faire
 des daguerréotypes
pour se consacrer pleinement
à son activité de
photographe plasticien
avec de très nombreuses
créations et expositions

Il est représenté par
la Galerie Baudoin Lebon (Paris)
et Lucien Schweitzer (Luxembourg)

L'ensemble de son œuvre
est visible sur son site Web
ou bien dans une récente monographie
Petites Cosmogonies
(300 pages, éditions MARDAGA)

 

 
 

Daguerréotypes de
Patrick BAILLY-MAITRE-GRAND

 

Comment êtes-vous venu à la daguerréotypie ?

Tout à fait par hasard, vers les années 1980, quand une personne aimée m'a offert un étrange petit coffret en cuir contenant le portrait d'un personnage ayant l'aspect d'un fantôme insaisissable, qui semblait flotter sur un miroir.

On me disait que ce procédé était très ancien et que ça s'appelait un Naguèrotype ou quelque chose comme ça… Depuis, je n'ai eu de cesse que de poursuivre ce fantôme et de connaître les chimies et les circonstances de son apparition. Pas facile quand on est seul et naïf, mais accessible quand on est débrouillard !

 

 

Quelle part de votre temps de photographe vous prend la daguerréotypie ?

J' ai réalisé énormément de daguerréotypes (environ 300 plaques) entre 1984 et 1990, mais le look quincaillier savant me pesait trop et j'ai pris plaisir à prouver que je pouvais aussi faire de la photographie "normale" de qualité.

Les galeries Michèle Chaumette puis maintenant Baudoin Lebon ont été convaincues de cette prétention en présentant régulièrement mes divers travaux sur leurs murs. (On peut y jeter un coup d'œil sur mon site)

 

Avec quel matériel sont pris ces daguerréotypes ?

Rien que de plus classique : des vieilles chambres en bois au format des plaques à réaliser.

 

 

Avez-vous établi des ponts entre votre pratique de la daguerréotypie et la photographie numérique ?

Strictement aucun, cela n'aurait aucun sens !

Le daguerréotype est une alchimie de matériaux physiques et terrestres (iode, mercure, argent, or), qui n'a rien à voir avec la froide mathématique des pixels.

Et puis je hais le numérique où tout s'élabore et s'embellit, le cul sur une chaise…

 

Quels sont les avantages et les inconvénients du daguerréotype au sein de la famille des procédés photographiques ?

Son avantage majeur est qu'il est plein d'inconvénients. Ce qui fait que votre voisin a très peu de chances de vous casser les pieds avec ses propres fantasmes daguerriens.

 

 

Pensez-vous que certains sujets s’accordent particulièrement avec la pratique du daguerréotype ?

Ceci est réellement une bonne question et même essentielle pour moi.

Comme il n'y a plus aujourd'hui cette urgence historique à " tirer le portrait " avec le daguerréotype, il convient de percevoir que cette technique a un rapport évident avec la poussière et le souvenir.

Un bon daguerréotype montre de l'embaumement, de la momification, des vieux murs, de la lumière lunaire, des situations glauques. Pas des photomatons ni des festivités de mariages !

 

 

Comment voyez-vous l’avenir du daguerréotype ?

Exactement comme Daguerre à la fin de sa vie : sans avenir.

 

Avez-vous des conseils à donner aux jeunes photographes qui voudraient faire du daguerréotype ?

Je leur dirais ceci : Courage les mecs ; le château de la princesse endormie est entouré de ronces et de dragons vénéneux …

 

voir également sur la daguerréotypie :
daguerreotypes de sean culver
eric-mertens : daguerréotypes
jerry spagnoli : daguerréotypes
marc kereun : daguerréotypes
marc kereun : l'exposition de daguerréotypes contemporains de Bry sur Marne
marc kereun : technique du daguerréotype
marinus j. ortelee : daguerréotypes
patrick bailly-maitre-grand : daguerréotypes
reproduire pour exposer
rob mcelroy : daguerréotypes

 

   

dernière modification de cet article : 2009

 

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)