[abonnement gratuit]

l'auteur

  

Fabrice Pejout

 

fabrice.pejout@club-internet.fr

 

 

Construction
d'une chambre collodion 60x60 cm

par Fabrice PEJOUT

 

J’ai depuis deux ans une chambre de studio d’époque collodion 50x50cm.

Belle, mais volumineuse et relativement lourde (25kg) elle est dotée de mouvements assez réduits (bascule verticale et latérale sur le corps arrière)

L’idée de lui construire une remplaçante qui soit légère, compacte, dotée de tous les mouvements m’est apparue comme un challenge, d’autant que je ne suis pas équipé en machine à bois, ni doté de compétences particulières en menuiserie. J’ai tout de même acquis une défonceuse qui s’est avérée bien utile.

Outre le châssis dont je savais que ce serait la partie la plus fine à réaliser, mais inévitable, le « lit » (flatbed) soit la partie horizontale de la chambre avec tout un système de coulisses, de réglage de la mise au point, de montants verticaux articulés permettant les mouvements et le repliage m’est apparu d’emblée complexe à réaliser, d’une nécessaire rigidité alourdissant considérablement le poids total de la chambre.

L’idée de base de cette chambre est donc de supprimer cette partie pour monter les corps avant et arrière sur deux pieds indépendants. Ainsi, tous les mouvements deviennent possibles en bougeant le pied arrière par rapport au pied avant (mise au point, décentrement horizontal) et en jouant avec les crémaillères (décentrement vertical) et les rotules (bascules avant et arrière) Tous ces mouvements n’étant limités que par le soufflet.

Pour valider cette idée, j’ai d’abord construit une chambre en contre-plaqué, sans châssis, autour d’un lourd soufflet de repro de format 80x90cm, dotée d’un dépoli en plexiglas que j’ai réutilisé pour la version définitive. J’ai ainsi pu vérifier que l’on pouvait effectivement cadrer, faire la mise au point de façon assez fine, jouer avec les mouvements sans que l’ensemble ne bascule ou que le poids n’arrache les inserts pour les écrous de pieds.

Le soufflet constituait la première étape sans la réussite de laquelle il aurait été inutile d’aller plus loin. J’ai choisi le design le plus simple possible, à savoir un soufflet carré de dimensions intérieures de 61x61 cm avec des plis de 5cm pour en limiter le nombre et donc l’épaisseur finale. L’extension maximale sera de 200cm pour permettre des portraits un peu serrés.

Ne disposant pas d’un carton fin de 3 mètres sur 3 j’ai découpé et mis bout à bout des cartes de Canson Vivaldi 240g pour constituer 4 lés de 76 cm x 270cm, pliés tous les 5 cm.

Les plis entre deux lés contigus ne doivent pas être dans le même sens. Deux lés ont donc été pliés en commençant par un pli « sortant », deux autres par un pli « rentrant ». Les lés seront placés côte à côte en alternance. De même, il est important que les plis soient bien tous de la même largeur et perpendiculaires au bord sous peine de poser des problèmes au moment du montage et du pliage. L’assemblage des 4 lés s’est fait en laissant entre eux un espace identique à la largeur d’un pli , soit 5 cm.

Le collage des lés entre eux est assuré par une bande de gaffer noir de 15cm de large, collé côté intérieur du soufflet. L’extérieur sera recouvert d’un tissu occultant en nylon caoutchouté sur une face (BK5 de chez Thorlabs) très fin et léger, collé avec de l’adhésif en spray. A l’intérieur, le soufflet n’est pas doublé et laisse apparaitre le Canson, mis à part les angles constitués d’une simple couche de nylon collée au gaffer.

Voilà pour le principe. Les dimensions importantes, la difficulté de manipulation, le positionnement précis des lés entre eux, le gaffer qui reste collant entre les lés et qui a tendance à se coller sur lui-même, la doublure en nylon qui n’est pas repositionnable alors que le carton pré plié ondule ont constitué autant d'épreuves dont je suis content de m’être tiré sans tout jeter à la poubelle, et ce malgré un aspect final qui dans l’absolu aurait pu être plus propre.

Le pliage a lui aussi été assez difficile car l’ensemble reste assez informe, s’écrase, tourne, tant que les plis eux même ne le rigidifient pas.

Au final, mon soufflet fait 71x71cm de dimensions extérieures et seulement 6 cm d’épaisseur en compression pour une extension possible de 200cm.

La construction des corps avant et arrière a été plus simple. J’ai choisi des planchettes de noyer de 10cm de large et 1cm d’épaisseur, pour leur bon rapport rigidité/poids. Je les ai coupées dans le sens de la longueur en deux parties de 4 et 6 cm qui constitueront les cadres des corps avant et arrière. La chambre pliée fera donc 10cm de profondeur.

Ces cadres sont assemblés par simple collage et vissage entre eux et avec le cadre intérieur en contre-plaqué qui servira d’appui pour le fixage du soufflet ainsi que pour le châssis.

La construction du châssis est basée sur l’assemblage de 4 tasseaux en sapin de 2cm d’épaisseur sur 5 cm de large. La défonceuse m’a ici été utile pour un assemblage à « mi-bois » c'est-à-dire en rabotant chaque extrémité sur la moitié de son épaisseur, ce qui permet de les superposer en conservant une épaisseur finale identique. La même fraise de 25mm m’a permis de faire des feuillures : 3mm à l’avant pour faire coulisser le volet, 2x 5 mm en escalier à l’arrière pour placer l’insert soutenant la plaque émulsionnée et pour le couvercle.

La feuillure avant est recouverte par une baguette en pin de 5 mm d’épaisseur, formant ainsi une fente pour le volet, et s’arrêtant à 1 cm du bord extérieur, permettant un emboitement dans le corps arrière de la chambre.

L’étanchéité de la trappe du volet est assurée par un tube en alu de 5mm logé dans une rainure de 6mm pratiquée à la défonceuse, et dans lequel passe une corde à piano repliée aux extrémités, servant de ressort.

J’ai copié le système d’enclippage du châssis, mais aussi du corps avant et du porte-dépoli, sur les chambres Deardorff où des clous sans tête plantés dans le châssis ou le corps avant viennent se clipper dans une languette ressort métallique aux angles du corps arrière. Je n’ai pas trouvé de cornière en acier d’une rigidité adaptée pour usiner ces pièces et j’ai résolu de les découper dans de la cornière alu. Je pense pouvoir les remplacer à terme.

D’un point de vue fonctionnel, le corps arrière de la chambre est fixé sur un trépied manfrotto 058 TRIAUT dont le système automatique d’extension des jambes ainsi que la crémaillère permettent de modifier la hauteur facilement. La rotule est une MAJESTIC avec une platine large. Le corps avant est fixé sur un Manfrotto 075, muni également d’une crémaillère et d’une tête GITZO n°5.

Lors d’un tirage moyen ou important, un tasseau monté librement sur un pied d’éclairage léger permet de soutenir le soufflet. Le fait que celui-ci soit carré plutôt que pyramidal autorise une certaine flèche sans qu’il empiète sur le cône de lumière.

Le dépoli de 67x67 cm a été réalisé sur du verre synthétique de 2 mm car plus léger et moins fragile que le verre, avec de la poudre de carborundum 600. L’image est claire et fine comme sur les dépolis de mes autres chambres. Il a cependant l’inconvénient de se marquer facilement, mais les rayures qui peuvent apparaître, bien qu’inesthétiques, ne gênent pas la mise au point. J’ai dû le couper aux angles et évider une partie du cadre support car lors des changements de tirage, le soufflet doit aspirer ou expirer un volume d’air important.

Enfin, l’objectif monté sur une planchette 30x30cm est un saphir boyer f :4.8 600mm qui a l’avantage, outre sa luminosité, de couvrir le format 60x60 avec assez de marge pour les mouvements et de ne pas être trop lourd ce qui aurait risqué de déséquilibrer ou de solliciter trop fortement l’attache du corps avant sur le pied en cas de bascule importante.

Je me suis amusé à comparer les caractéristiques de la chambre avec celle de l’Ebony 20x24 :

12.3kg,74x74x12cm (avec le dépoli) contre 22kg,73x73x20cm pour Ebony

Le châssis porte-plaque fait 6.2 kg

 

 

dernière mise à jour : mars 2013

 

 

     

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)