[abonnement gratuit]

l'auteur

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
organise des stages photo
www.stage-photo.info


 

 

 

 

 

 

 

Conseils aux jeunes artistes photographes 

par Henri Peyre

C'est le privilège de l'âge. On peut donner à de plus jeunes les excellents conseils qu'on a mis tant de temps à découvrir. Ils les recevront comme nous avons nous-mêmes reçu les conseils des anciens : avec un détachement affiché, une légère ironie et un brin de condescendance.

Quand j'étais jeune et que voletait vers moi, dans le contre-jour, le duvet d'un pigeon, j'arrivais à jouer longtemps avec lui, évitant au dernier moment son contact ; par l'air que je déplaçais il reprenait de la hauteur, accélérait brutalement avant de revenir vers moi et le jeu recommençait. Au bout d'un certain temps je sentais littéralement le poids de mon corps en regardant l'envol du duvet. Seuls ceux qui ont un jour joué avec le duvet d'un pigeon dans le contre-jour comprendront exactement ce que je veux dire et auront le sentiment d'être brutalement concernés.

Ainsi des bons conseils, ils ne touchent jamais que ceux qui savent déjà !

 

Confusion du sujet
et de la photographie

Le public, comme les photographes amateurs, confond le sujet et la photographie.

Il pense en toute bonne foi que l’importance du sujet fait l’importance de la photographie. Quelques exemples :

- La photo que la jeune maman trouve la plus belle est celle où son petit bébé tend vers elle ses quenottes charmantes.

- Votre maman vient de mourir ; déchirer une photographie d’elle retrouvée dans la maison vide serait d’une grande violence : vous ne le ferez pas.

- Tel veut être un grand photographe : il prend des photographies de vedettes.

Conseil numéro 1 : soyez attentifs à ne pas confondre l’importance du sujet et l’importance de votre photographie.

La confusion du sujet et de la photographie a longtemps été entretenue par le photo reportage

Le photo reporter croit souvent qu’il existe un instant décisif, un moment qui, capté, résume une situation sociale ou politique complexe.

Il peut même penser que sa photographie permet de découvrir le réel, par-delà les apparences. Qu’il possède une sorte de sur-regard, capable de dévoiler l’essence du sujet.

Mais cette croyance vient de la prise de conscience que le simple cadrage est une opération éditoriale, qui gêne la neutralité revendiquée. D’où l'invocation d'une croyance magique pour sauvegarder malgré tout l'illusion de la neutralité.

Conseil numéro 2 : ne perdez pas votre temps à revendiquer la neutralité photographique. Elle n’existe pas.

Il n’y a pas d’image sans cadrage

Le photographe prend une image d’un endroit à un moment donné. Il y a évidemment une chose montrée. Mais autour de la chose montrée, le monde est infiniment vaste. Je peux parfaitement photographier une jeune femme confectionnant un bouquet de fleurs, tandis qu’un homme en égorge un autre pas très loin. Le photographe peut le savoir, il peut aussi l’ignorer. Dans une image il y a tout autant ce qu’on décide de montrer que tout ce qu’on ne veut pas montrer ou tout ce qu’on ne sait pas. Le cadrage est un choix. Et un choix qui cache infiniment plus de réel qu’il n’en montre, puisque le monde est vaste, et le cadrage circonstanciel. De la faiblesse faites une force.

Conseil numéro 3 : Le cadrage montre très peu du réel, arrangez-vous pour qu’il montre le plus possible votre choix.

La photographie
est une image fabriquée

Les possibilités de réglage de l’appareil (profondeur de champ, température de couleur, netteté), la hauteur et l’angle du point de vue, les post-traitements possibles, font que non seulement le cadrage a une signification mais que le traitement de ce qui est cadré peut être parfaitement déterminé. Il n’y a pas dès lors à avoir le moindre complexe par rapport à un réel qui est, de toute façon, transcrit. La question que vous devez vous poser est en fait celle-ci : pourquoi représenter la chose d’une façon plutôt que d’une autre ?

Conseil numéro 4 : Déterminez la nécessité de représentation qui vous anime, et traduisez cette nécessité dans un style de représentation.

Ce que vous fabriquez
est aussi du réel

Si vous avez accepté que le réel ne soit pas le résultat de la prise de vue, vous pouvez tirer encore la conclusion qui vient juste après. Rien ne vous empêche désormais de fabriquer à votre tour des sujets photographiques. Ou, disons, les sujets que vous aimeriez prendre en photographie, puisque normalement vous devez commencer à savoir quels sont ces sujets. D’abord cela vous aidera à ne plus arpenter le monde jusqu’aux antipodes pour collecter ces sujets précis, devenus aussi rares que votre goût s’est spécialisé. Ensuite vous pourrez travailler ces sujets à la source, dans le réel, pour diminuer les post-traitements à appliquer sur ces sujets et aller plus loin dans votre style.

Conseil numéro 5 : Fabriquez vos sujets en fonction de la représentation, fixée à l’avance, que vous désirez obtenir.

La photographie
a ses caractéristiques propres

Parmi tous les moyens de représentation, la photographie a ses caractéristiques propres. Elle est d’abord image, comme la peinture l’a été avant elle. La peinture a dû céder au tournant du XXème siècle la représentation à la photographie qui dessinait plus vite que le peintre, et devenir de plus en plus abstraite, en se tournant vers la mise en valeur de son propre matériau. Mais les peintres ont exploré le champ de l’image plusieurs siècles avant que les photographes ne leur arrachent la représentation. Faire de la photographie abstraite ne semble donc pas très malin, par contre s’intéresser à ce que la peinture figurative a pu produire est une voie d’instruction riche.

Conseil numéro 6 : Intéressez-vous aux images portées par la peinture figurative.

Le public de vos photographies

Dès le départ demandez-vous pour qui vous travaillez. Si vous voulez avoir un succès mondial auprès de millions de personnes, photographiez des vedettes. Le grand public confond le sujet et la photographie. Si vous aimez les spaghettis plus que tout, faites un travail inouï autour des spaghettis : avant d’en tirer des satisfactions photographiques, vous en tirerez un réel épanouissement personnel. Une chose est sûre, la route est longue, donc il vaut mieux travailler avec les choses qu’on aime déjà.

Conseil numéro 7 : Travaillez pour vous sur ce que vous aimez, ou photographiez des vedettes si vous désirez vous enrichir en restant stupide, mais ne vous plaignez pas, ni dans un cas ni dans l’autre.

C’est vous qui faite l’œuvre,
pas le public

Comme en politique, nous sortons d’une période où la communication, dans l’art, a eu tendance à balayer le fond. Les études en communication ont montré que le spectateur aimait une œuvre beaucoup parce qu’il s’y projetait. Mais il en a été tiré la conséquence fausse, devenu discours dominant, qu’il fallait laisser le public construire l’œuvre au côté de l’artiste. En réalité c’est vous qui faite l’œuvre, pas le public. Et si vous faites l’œuvre c’est que vous avez quelque chose à dire.

Conseil numéro 8 : Si vous n’avez rien à dire, ne faites pas de photographie.

Pas de faux mystères

Pour la même raison, ce n’est vraiment pas la peine d’essayer d’apporter exprès de grands mystères dans votre photographie. Comme vous ne serez pas compris si vous avez quelque chose à dire et comme de toutes façons le public, qui n’a forcément pas la même culture que vous, projettera des choses que vous n’imaginez pas sur ce que vous avez proposé, les mystères se créeront d’eux-mêmes et en bien trop grand nombre.

Conseil numéro 9 : Si vous avez quelque chose à dire, soyez le plus clair possible. Il y aura toujours trop de mystères autour de ce que vous voulez montrer.

Expliquez ce que vous désirez faire

Les gens sont tout à fait capables de vous comprendre, à condition toutefois que vous expliquiez précisément ce que vous avez voulu faire. Et quand ils ont compris, ils sont tout à fait capables d’apprécier par eux-mêmes si vous avez atteint les objectifs que vous vous étiez fixés et d’apprécier la performance. Mieux, le public est dans l’ensemble bienveillant et accepte très volontiers d’être épaté.

Conseil numéro 10 : Ne méprisez jamais le public ; expliquez toujours vos objectifs et votre démarche. Acceptez d’être jugés sur les résultats atteints.

Ne vous laissez pas manger par l’action

Il est toujours très rassurant d’entrer dans un processus technique connu et répété, qui donne l’impression qu’on est actif et qu’on fait quelque chose. Mais les sirènes du « Work in progress » cachent souvent bien mal l’absence de pensée avant l’action. Si vous ne réfléchissez pas avant de commencer l’action, si vous ne prenez pas souvent le temps de réfléchir en interrompant l’action, vous vous rassurerez peut-être en montrant à vous-même que vous travaillez beaucoup, mais rien de ce que vous ferez n’aura peut-être la moindre importance.

Conseil numéro 11 : l’action n’est qu’une exécution de la pensée. Si vous n’avez pas l’impression que la photographie que vous êtes en train de réaliser n'est que l'exécution d'un ordre interne préalable, doutez de vous, et doutez de l’importance de ce que vous faites.

Le temps mange les plus beaux discours, et bientôt il ne restera que l’œuvre

S’il vous faut inévitablement expliquer votre travail pour améliorer sa réception, il faut faire attention à ce que votre photographie soit la plus belle possible. Si la matière et la présentation atteignent un sommet, votre photographie gardera une valeur au travers du temps, bien après que le discours qui l’a supporté au début ait disparu. La photographie pauvre meurt dès que le discours qui la légitime disparaît.

Conseil numéro 12 : Faites les plus belles images possibles. Un jour chacune de vos photographies devra tenir seule, au mur, dans un grand silence et en face de quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de vous. Si vous voulez durer, pensez-y.

 

 

dernière modification de cet article : 2018

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)