[abonnement gratuit]

l'auteur

Christian Jarno est installé dans le Sud-Ouest de la France à Semeac, près de Lourdes. Photographe depuis 20 ans, il fait du reportage, du studio et de la création en 24x36, en moyen format ou en grand format - qui a sa préférence.
Christian JARNO - 11 avenue des sports, 65600 SEMEAC
Tél : 05 62 36 95 88 - 
mail: photo.jarno@wanadoo.fr 

 

 

 

 

 

Christian JARNO

 

Galerie-photo : Christian Jarno, décrivez-nous votre activité de photographe

A vrai dire, je fais un peu de tout et chaque activité a son intérêt :
- la photographie de mariage est enrichissante pour les contacts humain et j’y ai appris à gérer les imprévus et le nombre important de personnes
- la photographie industrielle vaut pour son aspect technique ou l’on doit maîtriser la lumière sur de grands sujets
- le reportage permet de regarder les choses anodines avec un oeil neuf. Il y aussi sa construction avec toutes les étapes indispensables de l'introduction à la conclusion. Je collabore avec quelques magazines tels que Pyrénées Magazine et l'Esprit de Sud Ouest. C’est un plaisir car le regard des professionnels d'un magazine de presse n'est pas exactement le même que le mien. Certaines photographies qu'ils retiennent ne sont pas celles que j'aurais sélectionnées
- dans la photographie de studio, je conçois ma photographie comme je la souhaite, du cadrage à la perspective en passant par la lumière, l'originalité du sujet, la liberté d’ajouter des éléments, la création complète de la mise en scène
- pour les concours auxquels je m'amuse à participer, je pars d'une idée sur laquelle je réfléchis pendant quelques semaines. Il faut une photo humoristique si possible ou bien originale. C'est un exercice qui me permet de faire un travail personnel donc de faire passer mes idées.
La création est la partie qui me plait le plus car je choisis tout : le sujet, la manière, la technique, la lumière, tous les paramètres pour parvenir au but, qui est de surprendre l'œil.

GP : Comment avez-vous appris le métier ?

Comment j'ai appris ?
Beaucoup par la lecture technique. J'essaie de m'imprégner de ce qui va m'être utile pour la réalisation de mes idées. Aussi je pars d'une image que j'aimerais réaliser et j’essaie de trouver les moyens pour y parvenir. Dans cette démarche les publications de la marque Sinar sont très utiles et je m'y replonge régulièrement pour me rafraîchir la mémoire même si j'ai l'impression de savoir. Un autre moyen est de regarder et d'analyser les images faites par d'autres photographes dans les éditions de poster et de cartes postales. C’est une très bonne façon de progresser. Je me permets de conseiller les calendriers Sinar pour l'originalité et la technique. Ils valent tous les livres !

GP : Avez-vous une méthode de travail ?

Je suis d'un naturel impulsif, je me lancerais rapidement sur la réalisation d'une idée. Mais le résultat serait trop aléatoire. Je m'oblige donc à noter l'idée à y réfléchir, à la faire progresser par des détails supplémentaires. Puis je fais un croquis afin de visualiser mon projet. Ce dessin sans prétention m'aide à anticiper sur la réalisation et à la rendre possible par la recherche technique de trucages ou d'effets de lumière. La prise de vue est ensuite un plaisir puisque toute la partie technique est en principe résolue.

GP : Et la prise de vue à la chambre ?

C’est la partie plaisir par excellence. Le grand format me permet de retrouver ce que j'aime dans la photographie : la netteté, la précision, la matière, le détail qui font que je me délecte à scruter une image réalisée au grand format.
J'utilise une sinar F2. Elle a toutes les fonctions qui me sont utiles, à savoir les molettes qui permettent de calculer la profondeur de champ, les bascules avec le calculateur qui fait que je ne double même pas mes prises de vue. Je suis sûr du résultat. Je pratique le format 4x5 inches parce que c'est le format le moins onéreux, mais j'avoue que du 13x18 ou 18x24 est quelque chose d’extraordinaire pour la qualité.
Une prise de vue commence donc par le croquis qui me permet de placer le sujet ainsi que les éléments décoratifs suivant l'ordre établi. Puis je place la chambre pour obtenir le point de vue souhaité, ensuite j'utilise la technique du manuel Sinar pour déterminer la zone de netteté voulue avec le calculateur qui est sur la chambre.
La chambre couvre tous les domaines possibles, du portrait à la prise de vue rapprochée voire avec grossissement ; à chacun de l'utiliser à sa manière et de créer son style.
Le travail sur la lumière me prend plus de temps que le réglage de la chambre. Je travaille avec une seule source principale et un petit réflecteur fait maison. Une fois l'ambiance lumineuse réglée j'expose le plan film, toujours le même pour ne pas faire d'erreur de sensibilité (ektachrome 100 plus).
J’attends toujours le résultat avec la même impatience. Quand j’ai le cliché, je le regarde d’abord à bout de bras pour voir si l'ambiance est bien ce que je veux. Puis je plonge le compte-fil dans le détail et je me régale.
J'affectionne particulièrement la technique de la surimpression qui est facilement réalisable à la chambre. Cette technique permet de mélanger les éléments avec douceur et transparence (photo ci-dessous).

Je dessine sur le dépoli le contour des formes à mélanger. La mesure de la lumière est très importante dans ce type de prise de vue.

Une bonne photographie ne se faisant pas sans lumière, je peux faire appel à des sources très différentes allant de la boîte à lumière classique jusqu’au plexi à travers lequel j'éclaire avec un flash. Le plexi est très utile pour les éclairages placés au dessous ou derrière le sujet (photo ci-dessous).

Je n'ai pas de modèle ou de maître. J'aime un grand nombre de styles en photographie.

GP : Et le numérique ?

J'aime beaucoup les effets spéciaux, et il est vrai que la surimpression en est un que l'on peut réaliser avec un logiciel informatique. Mais je suis moins informaticien que photographe et il m'est plus facile et moins long de réaliser les trucages avec la chambre qu’avec mon ordinateur. Je suis convaincu que le numérique est aussi magique que l'a été la première photographie et qu'il a un avenir aussi spectaculaire, mais il n'en demeure pas moins que l'idée créative, celle de l'homme qui est derrière la chambre ou devant le clavier, est la seule chose importante.

 

dernière modification de cet article : 2000

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)