[abonnement gratuit]

 

l'auteur

Philippe Berger

Né en 1954 et habite en Belgique
Analyste en biologie clinique
Il se passionne depuis 30 ans pour la photographie
au charbon transfert monochrome et en couleur
mineurdecharbon@skynet.be
http://www.philippeberger.net

 

 

 

plus d’informations techniques
sur le procédé au charbon direct
 et à la gomme arabique bichromatée
et les recherches de Philippe Berger
 sont publiées sur un CD-Rom.
Vous trouverez toutes informations complémentaires à l’adresse : http://users.skynet.be/
philippe.berger/coursGomme.html 

 

 

 

 

 

 

Le Charbon Direct

Introduction

La question est de savoir pourquoi réaliser des photographies en noir et blanc par le procédé au charbon direct. Le procédé de charbon direct utilisé dans la réalisation d’image en noir et blanc intègre parfaitement le concept non pas de la photographie en noir et blanc mais de la photographie des noirs avec un effet pictural très intéressant. Ceci est une différence fondamentale car on n’essaie pas de mimer le noir mais de l’interpréter en laissant au hasard et à l’aléatoire du procédé une part dans l’expression esthétique de l’image. L’artiste essaie de guider le procédé pour produire une image dont il est l’interprète et non le maître. C’est dans ce concept que s’inscrit la photographie des noirs et des blancs en utilisant le procédé au charbon direct.

Historique

Le procédé au charbon direct repose sur le principe élaboré en 1899 par Théodore-Henri Fresson. Le cachet spécial des photocopies ainsi obtenues, ne rappelant en rien l’aspect du tirage photographique, attira l’attention des connaisseurs, embarrassa même les critiques, et dès lors, le procédé au charbon direct eut de nombreux adeptes parmi les artistes amateurs.

Principe général

Une couche de gélatine sensibilisée au bichromate de potassium ou d’ammonium devient insoluble lorsque elle est soumise à l’action de la lumière solaire, riche en ultra violet, et cette insolubilité est proportionnelle à la quantité de lumière reçue. Cette propriété subsiste si, à ce mélange de gélatine et de bichromate alcalin, nous ajoutons des couleurs indélébiles. Si donc, nous soumettons une couche ainsi composée à l’action de la lumière sous un négatif, les parties correspondantes aux transparences du cliché seront insolubles, tandis que les parties cachées par les opacités du cliché resteront solubles. Quand aux parties de la couche impressionnées sous les demi-teintes, elles seront solubles en proportion de la densité plus ou moins grandes de ces demi-teintes. Il en résultera une image positive comprenant la gamme allant du noir au blanc en passant par les demi-teintes intermédiaires.

Le principe est donc simple. L’application en est cependant soumise à une série de conditions. Il faut notamment
- que les proportions de gélatine, de bichromate alcalin et de couleurs soient bien observées,
- que la couche soit homogène, et étendue régulièrement à l’épaisseur voulue souvent la plus fine possible pour laisser pénétrer la lumière,
- que le temps d’exposition sous châssis soit correct et en rapport avec la composition plus ou moins inactinique de la couleur employée.

Il est aussi indispensable de considérer le procédé au charbon direct comme un procédé de recherche c'est-à-dire qu’il faut non seulement posséder des bases techniques mais aussi sentir le procédé en regardant apparaître l’image. Il faut adapter sa méthodologie de travail en regardant l’image naître dans le dépouillement : il faut adapter sa technique en fonction de l’image et non l’image en fonction de la technique.

Le procédé au charbon direct est un procédé où le photographe peut exprimer sa sensibilité et son interprétation personnelle de l’art de la lumière et de l’image. Si on utilise des pigments de bonne qualité et stables à la lumière, le procédé au charbon direct est un des procédés photographiques les plus stable à la lumière dans le temps.

 

Procédure du charbon direct

Il existe de nombreuses formules du charbon direct. Voici le principe du procédé au charbon direct que j’ai mis au point au cours de mon expérimentation.

Sur un papier aquarelle éventuellement gélatiné, on étend une couche d’une solution de gélatine sensibilisée par du bichromate d’ammonium.

Après séchage à l’obscurité, on étend une solution de gomme arabique pigmentée sur la gélatine sensible du papier aquarelle.

Après séchage à l’obscurité, on expose aux ultraviolets sous le négatif pour obtenir les hautes lumières de l’image. Il n’y a aucun transfert, l’image est directement impressionnée sur le papier charbon contenant la couche de gélatine pigmentée sensible.

L’image est dépouillée dans un bain d’eau froide à 15°C puis dans de l’eau chaude à 40°C. L’image dépouillée est séchée complètement.

On élimine les traces jaunâtres de bichromate d’ammonium par un bain de métabisulfite de potassium.

Après lavage dans un bain d’eau à 15°c, on durcit la couche de gélatine par un bain de formaldéhyde.

Après rinçage dans un bain d’eau à 15°c, l’image est mise à sécher définitivement. Le charbon direct est traité en monocouche.

Bibliographie

Voici la liste des différentes livres anciens originaux traitant du procédé au charbon direct que je possède :

G. Schweitzer "Le Charbon Moderne et le Dépouillement à l’Eau de Javel"
C. H. Niewenglowski "Traité complémentaire de Photographie Pratique"
L. P. Clerc "La Technique Photographique"
F. Dillaye "Le Tirage des épreuves en photographie"
Désiré Van Monckhoven "Traité général de photographie" (1880)

 

 

Autres techniques alternatives :
boîte à lumière UV à la manière d'une photocopieuse
carlos barrentes tireur
collodion humide
collodion, Ô mon beau collodion
construire une insoleuse photo  20x25
construire une insoleuse photo  pour le 4x5"
contre-histoire de la photographie, par camille bonnefoi
cyanotypie
danger de la chimie photographique
Hacer tirajes en el siglo XXI
heliochromie au charbon
Interview de Lionel Turban, fondateur de Disactis
j'ai reçu mon kit platine !
justine montmarché et sébastien bergeron : photo de rue
kallitypie
l'orotone pour tous
la trichromie pose la bonne question
le plus grand van dyke
le procédé Rawlins à l'huile, interview de Philippe Berger
michel graniou : palladium
montage simple de tubes uv pour une insoleuse
oléotypie
palladium : un livre en téléchargement gratuit
palladium : un livre en téléchargement gratuit (version 2007)
procédé Van Dyke
sel de der : fabriquer son oxalate ferrique
street box camera
technique du charbon
technique du papier albuminé
technique du papier salé
tirage au bichromate par teinture directe
tirage au charbon direct
tirage platine - palladium
tirage à l'oeuf entier
tirage à la gomme bi-chromatée
trichromie à la gomme bichromatee
ziatype : une recette du palladium par jean-claude mougin
élargir le trou d'une planchette porte-objectif

dernière modification de cet article : 2006

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)