[abonnement gratuit]

l'auteur

 

Rénald OZEEL
Chef Projet Qualité
dans l'automobile
37, rue JB Marquant
59147 Gondecourt
Tél.:03.20.62.51.99


 
 

pratique la photo
depuis l'âge de 10 ans
Adepte à 100%
de l'argentique
noir et blanc
développe et tire lui-même
ses tirages baryté
sur un DURST CLS 2000

Hasselblad 500CM pour
le portrait en studio
Technica IV 13X18 et Toyo 8X10 pour
la photographie de paysage, Kodak Rochester 24X30 pour les procédés anciens


attiré par le passé industriel
du Valenciennois
où il réside, les anciennes mines
du bassin minier
ou les vieilles forges à l'arrêt
de la région
de Charleroi ou de Bruxelles

 

 

Réalisation d’une chambre légère 4X5

par Renald Ozeel

 

Suite à la réalisation de mon sténopé 4x5,
http://www.galerie-photo.com/stenope-renald-ozeel.html, un ami membre du club photo dont je fais parti, me demande de lui créer une chambre légère 4x5 orné d'un 90mm en utilisation cadrage vertical avec une limite de poids en ordre de marche de 1.5kg. Elle fera au final, en ordre de marche avec objectif et châssis 4x5, 1.3 kg.

L'idée est de partir d'un châssis identique à celui du sténopé, sur lequel nous adapterions un ancien système de support de châssis comportant un dépoli, récupéré sur une vieille chambre.

Restait à trouver comment fixer l'objectif tout en respectant la distance focale de 90mm. L'idée d'une "boîte" rapportée pour y fixer la rampe hélicoïdale et l'objectif, certes fonctionnelle, ne me plaisait guère car je la trouvais inesthétique. Tant qu'à faire, autant réaliser quelque chose d'élégant tout en restant fonctionnel. L'idée de la pyramide tronquée est donc retenue : plus dure à réaliser, mais pas impossible.

Pendant nos calculs mon regard se pose sur un ancien Polaroid miniportrait model 40 qui prend la poussière sur une de nos étagères.

 

Comme vous pouvez le constater, celui-ci comporte un superbe cône en alliage de fonte d'aluminium. La chambre va donc partir de cet élément de récupération.

Le châssis en profilé 30x30 est donc abandonné, car le cumul des épaisseurs aurait été incompatible avec la focale de 90mm.

Le cône mesure déjà 90mm et si nous ajoutons la distance du support de châssis jusqu'au plan film, il nous faut ajouter 10mm, plus l'épaisseur de la bague hélicoïdale. Moins simple qu'il n'y paraît, sans grosse modification du cône. Fort heureusement, nous pouvons déduire de la base du cône 5mm, puis 20mm sur son extrémité. S'il avait fallu plus, l'idée d'une planchette rentrante est évoquée.

 

La bague hélicoïdale reçue (achetée sur ebay), on peut déterminer la cote exacte que le cône doit présenter. La partie avant du cône est tronçonnée à la bonne cote, laissant place à un trou béant qu’il faut reboucher à l’aide d’une plaque d’aluminium découpée au profil de ce cône tronqué. J’ai utilisé un TIG1 pour faire les cordons de soudure.

Cette même plaque est percée ou plutôt usinée avec une fraise de 74mm, diamètre de la fixation de la rampe hélicoïdale .

L’excédent des cordons de soudure sont meulés, les diverses aspérités rebouchées avec du mastic à base de poudre d’aluminium, qui une fois sec, s’usine comme le métal. Le tout est ensuite apprêté.

Un contrôle particulier est porté sur le parallélisme entre la face supportant la rampe hélicoïdale et le dépoli.

 

L’assemblage du châssis et du corps en alu est assuré par 4 vis M3 à tête BTR2 apparente.

Reste à créer la préhension de la chambre.

Des poignées en bois taillées dans du contreplaqué marine de 25mm d’épaisseur semblent constituer la solution la plus simple et la plus économique ; de plus la vue des différentes couches de bois et assez  graphique et rend l’ensemble moderne.

   

Une fois tous les éléments fonctionnels en place, reste la phase finition.

Concernant les poignées, je les teinte avec une teinte ébène, puis les vernis avec un vernis automobile.

Les parties en aluminium sont poncées à l’eau avec un grain de 800, puis polies à la polisseuse.

Le cône en fonte d’aluminium, après avoir été apprêté, reçoit une peinture noire granitée.

La dernière phase, une fois le tout assemblé, est de caler plus finement  l’objectif  sur  l’infini à l’aide de cales d’épaisseur en forme de rondelles de clinquants, fine feuilles d’acier disponibles dans les épaisseurs que l’on désire.

 

 

 

Ma prochaine réalisation sera du même type en format 8x10 !

 

Rénald OZEEL

 

Notes
_______________________

1 TIG :

Le soudage TIG est un procédé de soudage à l'arc avec une électrode non fusible. TIG est un acronyme de Tungsten Inert GasTungsten (Tungstène) désigne l'électrode et Inert Gas (Gaz inerte) désignent le type de gaz plasmagène utilisé. L'arc se crée entre l'électrode réfractaire (- du générateur) et la pièce (+ du générateur) sous un flux gazeux. De façon générale, il s'agit d'un gaz ou d'un mélange de gaz rares.
L'amorçage se fait grâce au gaz circulant dans la buse qui entoure une grande partie de l'électrode. Le soudage s'effectue en polarité directe (pole - du générateur relié à l'électrode) pour la majorité des métaux et alliages (aciers, inox, cuivreux, titane, nickel...) sauf dans le cas des alliages légers d'aluminium ou du magnésium où l'on soude en polarité alternée (pendant un laps de temps, l'électrode est reliée au pôle + du générateur). Souder de façon continue en polarité inverse (pôle + relié à l'électrode) détruit cette électrode en la faisant fondre.

2 BTR :  type de vis caractérisant l'aspect de la  tête de vis, de même que l'on peut trouver des têtes fraisées, hexagonales, etc....

vis BTR

 

 

 

   

 

 

dernière modification de cet article : 2009

 

 

     

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)