[abonnement gratuit]

l'auteur

Emmanuel Bigler est professeur d'optique
et des microtechniques
à l'école d'ingénieurs de mécanique et des
microtechniques (ENSMM) de Besançon.
Il a fait sa thèse à l'Institut d'optique à Orsay
E. Bigler utilise par ailleurs
une chambre Arca-Swiss

26 chemin de l'Épitaphe
25030 Besançon cedex
Mail

 

 

 

 

 

Passer du 24x36 au 6x9 tout de suite : pourquoi pas ?

Avant-propos

Si vous lisez ce document, c'est que vous êtes intéressés à la prise de vue de haute qualité et que l'utilisation d'appareils photo de moyen format ou d'une chambre de grand format vous tente. Vous avez certainement déjà un appareil 24x36 et vous vous posez des questions avant de « faire le saut ». En particulier l'idée de manipuler des plan-films un par un, la difficulté à s'en procurer sans parler des problèmes techniques ou du prix du développement (si on ne le fait pas soi-même) vous effraient un peu. Vous lirez donc avec intérêt les nombreuses contributions présentées sous forme d'articles sur http://www.galerie-photo.com, ou bien vous lirez les échanges sur le groupe de discussion http://www.galerie-photo.info/forum . Et si vous lisez l'anglais, je vous recommande le livre de Roger HICKS et Frances SCHULTZ, un couple de photographes Anglo-Américains de forte personnalité "Medium and Large Format Photography, Moving Beyond 35mm for Better Pictures'' [1], qui vous convaincront d'ailleurs chemin faisant que le rollfilm c'est vraiment très bien, mais que finalement un 5''x7''-13x18cm par contact, il n'y a rien de mieux.

Mais il y a une solution intermédiaire entre le 24x36 et le plan film de grand format : c'est l'utilisation du rollfilm moyen format permettant d'obtenir des images de 4,5x6, 6x6, 6x7, 6x8, 6x9 et même 6x12 ou 6x17 (sous forme de châssis pour chambre 4''x5'' ou de chambres panoramiques professionnelles).

Vous avez peut être vu des publicités pour le 4,5x6, qui annoncent « la facilité d'utilisation d'un 24x36... pour un format presque 3 fois supérieur ». Alors puisqu'on est parti pour faire quelque chose de vraiment meilleur que le 24x36, pourquoi s'arrêter à ce format ? Certes vous ferez 16 vues 4,5x6 sur film 120, mais est-ce bien le problème ? Non, tant qu'à faire allons jusqu'au 6x9 sur le même rollfilm, un format qui pour un utilisateur de 24x26 présente le même rapport 1:1,5 des côtés de l'image ; le 6x9 est le plus grand format avant les panoramiques sur rollfilm. Vous n'aurez donc pas à repenser tous vos cadrages, le changement le plus radical étant sur ce point le format carré 6x6 : passer directement au 6x9 vous évitera d'avoir encore à lire tous les témoignages passionnés pour ou contre le format carré, un débat qui dure au moins depuis 1929, date de naissance du Rolleiflex !

Et puis on peut dire que le 6x9 c'est le plus grand format qui « passe » encore dans le circuit des labos photos pour les amateurs, ou qui « passe » à peu de frais dans votre labo photo personnel noir et blanc d'amateur : un "Krokus'' d'occasion, une cuve à spire classique 120/220, une optique de 100mm, vous y êtes. N'oubliez pas qu'en ce moment le numérique fait brader les vieux agrandisseurs grand format 6x9 ou 9x12 qu'utilisaient les professionnels des arts graphiques : alors, en chasse !

Les formats panoramiques, déjà source de certains soucis en tirages d'amateur 24x36, vous obligeraient en 6x12 ou 6x17 à passer en labo professionnel avec les conséquences qui en découlent en termes de prix des travaux, donc peu de différence par rapport au plan film grand format. Mais les résultats qu'on obtient avec une chambre rollfilm panoramique ne cèdent bien entendu en rien à ce qu'on obtiendrait en recadrant un plan film : un très bel exemple d'utilisation d'une chambre rollfilm panoramique 6x17 nous est donné par le photographe islandais Páll Stefánsson dans son livre "Panorama Iceland'' [4]. Les fabricants de chambres panoramiques comme Linhof ne manquent pas bien sûr dans leurs brochures de présenter à leurs futurs clients toutes les belles images qu'on peut faire avec ce matériel spécial du « rollfilm extrême » [5].

À l'usage de l'amateur qui développe lui-même, on peut tempérer un peu en disant que le 6x12 passe encore sur un agrandisseur 9x12-4''x5'', le problème étant plus le prix du châssis rollfilm 6x12, un objet cher, à usage a priori professionnel. À ce sujet on se référera utilement à l'article d'André MOUTON "Les Châssis Roll-Film Pour Chambres 4X5 Inches''.

Personnellement j'utilise aussi un Rolleiflex 6x6 depuis plus de vingt ans, et je recommande de lire sur le site de M. Le Mandat "Choix d'un appareil moyen format pour ceux qui ne veulent pas se ruiner'' tout le bien qu'on peut penser des bi-objectifs 6x6 d'occasion. Mais utilisant à nouveau (j'ai eu un "Fex'' 6x9 comme premier appareil, film 620) le format 6x9 à la chambre depuis peu il me semble, au risque d'apparaître à la fois un brin provocateur et en contradiction avec ma démarche passée, qu'on peut parfaitement « sauter » directement le pas du 24x36 au 6x9. Je vais essayer ici de présenter des arguments dans ce sens.

Le rollfilm et son usage

Il fut un temps ou le film en rouleaux avec son papier noir de protection et ses chiffres imprimés à regarder à travers une fenêtre rouge, en un mot le "rollfilm'', fut une innovation fulgurante (merci, Kodak !) à côté des plaques de verre des Frères Bisson. Le terme « Rollfilm » me semble être d'origine allemande, on dit "Kleinbildkamera'' pour les appareils 24x36 et "Rollfilmkamera'' pour les moyens formats utilisant ce type de film.

 

Figure 1 : Le célèbre papier jaune large d'un peu plus de 60 mm (2''1/2) existe depuis un siècle ; et le très sérieux fabricant met toujours le consommateur en garde contre les fausses manipulations qui pourraient voiler son rollfilm.

 

Ensuite tous les amateurs ont utilisé le rollfilm en 6x6 et 6x9 jusqu'aux années 1960. Le développement du 24x36 et son utilisation comme format standard par les journalistes après le 9x12 puis le 6x9 et le 6x6 semblait devoir reléguer le rollfilm comme curiosité historique pour la foire de Bièvres. Bien sûr tout le monde a vu un professionnel avec un moyen format un jour de mariage, mais il n'est pas certain que l'association du dernier cri de la technologie (après le Contax 645, on parle d'un Rollei 6x6 série 600X autofocus pour très bientôt) avec le rouleau de papier noir et la bande gommée (parfumée à la menthe chez Agfa : zut, il va falloir que j'en parle à mon homéopathe !) aille de soi dans le grand public.

Et pourtant le rollfilm se porte bien, merci. De la famille nombreuse des rollfilms d'antan (qui a utilisé récemment du rollfilm code 620, du 127 ou du 115 ? [2]) il ne reste que le 120 et le 220, ce dernier étant une variante du précédent permettant d'enrouler deux fois plus de film sur une même bobine en ne mettant que le strict minimum de papier noir en amorce à chaque bout. Plus de fenêtre rouge autorisée pour le 220 car le film en cours d'utilisation devient « nu ». En revanche, pour les perfectionnistes, on peut en théorie nettement améliorer la planéité du film avec du 220, en particulier grâce à un dos spécial à placage sous vide. Une étude récente de chez Carl Zeiss en fait foi "Is rollfilm 220 better than 120 in terms of film flatness?'' [3]. Mais rassurez-vous avec le rollfilm 120, le plus courant, on fait déjà pas mal de belles choses.

Il n'a y a pas de perforations sur ce film de 61 mm de large, protégé par un papier noir à peine plus large de quelques millimètres ; c'est simplement un nombre de tours de manivelle ou de bouton d'armement qui permet de n'avancer que de la longueur nécessaire au format de l'appareil. Différents systèmes de palpeur mécanique permettent de maintenir un écartement constant entre les vues. Ceux qui ont déjà ouvert un Rolleiflex bi-objectif connaissent bien la petite roulette dentée qui appuie sur la bobine réceptrice et qui transmet « l'information » à la manivelle d'avancement. Avec un rollfilm 120 on fait 8 vues 6x9 et 16 en 220. Signalons que dans le monde anglo-saxon on appelle le format rollfilm 6x9 en pouces sous l'appellation « 2''x3'' », c'est à dire plus précisément 2''1/4x3''1/4.

 

Figure 2 : Les chiffres repérant les formats 4,5x6, 6x6 et 6x9 sont toujours imprimés sur les papiers des rollfilms modernes même si la « fenêtre rouge » a disparu des appareil récents.

Et le plan-film 6-1/2x9 ?

Ce format existe toujours en plan film bien que l'assortiment soit, en 2001, vraiment très réduit : il ne reste à ma connaissance principalement que du noir et blanc. Clairement pour une utilisation à la chambre le rollfilm a pris définitivement le pas sur le plan-film 6-1/2x9. Si vous achetez un appareil avec des châssis 6-1/2x9, vous pourrez si vous y tenez recouper du plan film 9x12 ou 4''x5'' mais là cela devient un peu acrobatique. Néanmoins, une cuve comme la Combi-Plan vous permettra, outre le 9x12 et le 4''x5'', de traiter le plan-film 6-1/2x9 sans problème, de la même façon que certaines spires « universelles » 135/120/220 ont encore un encliquetage intermédiaire pour le rollfilm 127 (4x4).

Mais pourquoi le 6x9 et pas le 6x6, 
le 6x7 ou le 6x8 ?

Délicate question. Si vous regardez ce que le marché offre en appareils le choix en 6x9 semble être réduit à peu de choses en neuf à l'exception notable des châssis 6x9 utilisables sur toutes les chambres. Il semblerait que ce format soit tombé en désuétude au profit des 6x7 et 6x8. J'ai lu que le 6x7 (56x72) était le « format idéal » avec son rapport 1:1,28. Pourquoi pas, mais alors pourquoi n'a-t-on jamais fabriqué d'appareils utilisant le film perforé de 35mm pour un format d'image de 24x30mm ??? On y gagnerait en nombre d'images, si cet argument a un sens. Les utilisateurs de 24x36 ne se plaignent pas que leur rectangle est « trop long » ; d'ailleurs l'harmonieux « rectangle d'or » cher aux Grecs et plus récemment prisé par Le Corbusier a un rapport de 1:1,6 encore plus long. Peut-être le 6x8 avec un rapport proche de 1:1,4 convient-il mieux pour l'impression sur les formats européens standard type A : A5, A4, A3, ...

Et le 6x6 ? il y a une raison qui rend ce format intéressant, c'est le fait que les prismes redresseurs ont théoriquement un poids 8 fois plus élevé si vous doublez la diagonale de l'image et donc les dimensions du bloc de verre. Outch !!! Avec un 6x6 réflex (mono "SLR'' [6] ou bi-objectif "TLR''), vous pouvez très bien vous passer du prisme si vous acceptez l'inversion droite-gauche de l'image. Pas de problème en effet, vous ne vous poserez jamais la question de cadrer horizontal ou vertical, vous laisserez l'image finale carrée ou vous la recadrerez a posteriori. Les choses se corsent si vous voulez tourner de 90 degrés un 4,5x6 ou un 6x7 réflex sans prisme utilisé avec le seul viseur capuchon : là c'est une inversion haut-bas qui apparaît mais avec une quasi-impossibilité de trouver le cadrage précis à main levée à moins d'un long entraînement. Sur les gros 6x7 ou 6x8 de studio on tourne le châssis rollfilm comme sur une chambre et le tour est joué : on n'a pas à basculer tout le poids de ces énormes appareils.

Mais finalement, tenté par une grande image, voulez-vous vraiment quelque chose qui soit comme un gros 24x36 ? Il en existe et de très bons en 6x7 avec un énorme prisme en option, mais ne préféreriez-vous pas quelque chose de plus rustique, avec moins de plastique que les 24x36 « modernes », sans cristaux liquides, et peut-être même sans électricité à bord, en un mot l'appareil le plus simple (sans jeu de mot), surtout sans compromis sur l'optique, et avec le plus grand négatif possible sans aller jusqu'au plan film ? Je veux dire : un 6x9 à viseur (avec télémètre ou non), ou une petite chambre. Mais il y a aussi des 6x7 à viseur et des châssis 6x7 pour les chambres.

J'entends les objections des professionnels qui travaillent en moyen format. « 6x9 : type d'appareil dépassé », « aucun intérêt pour mon travail à part à la chambre comme châssis rollfilm et encore », « regardez ce que les pros utilisent vraiment au lieu de rêver...»... Difficile d'argumenter là-contre.

Mais en amateur, vous n'avez peut-être pas besoin d'une « machine à photographier » professionnelle. De même que de bonnes machines-outils de production mécanique qui ne sont plus « dans la course » dans l'entreprise peuvent faire le bonheur du bricoleur lorsqu'elles sont de conception saine (et qu'on peut les réparer sur de très longues périodes), de même il y a en 6x9 de sympathiques « machines » manuelles de ce genre (par exemple à télémètre), et il y a aussi les petites chambres : nous en reparlerons plus bas.

Quelles optiques de prise de vue pour le 6x9 ?

Focales classiquement utilisées en 6x9

Que vous soyez intéressés par le 6x7, le 6x8 ou le 6x9, ce qui suit reste pertinent. En 6x9, la focale standard, égale à la diagonale du format, c'est 100mm. En 6x7 - 56x72, ce sera plutôt 90mm.

Comme les deux formats 24x36 et 6x9 ont presque (56 x 1,5 = 84) exactement le même rapport 1:1,5, les comparaisons de focales sont simples et sans discussion ; il suffit de multiplier ou de diviser par 2,3 (100:43, 43mm étant la diagonale du 24x36).

Choix d'un objectif de chambre pour 6x9 en neuf ou occasion

Les objectifs que j'utilise personnellement sur ma chambre 6x9 Arca-Swiss ne sont pas spécifiquement conçus pour le format 6x9 mais pour les chambres 9x12-4''x5''. En dehors des appareils moyens formats 6x9 dont certains ont (avaient ?) des optiques interchangeables, les seuls objectifs de chambre en production, spécialement conçus pour 6x9, sont les objectifs « standard » de 100mm de focale, au catalogue de tous les constructeurs, et certains grands angulaires de 65mm et de focale encore plus courte qui ne couvrent pas le 9x12-4''x5''. À ma connaissance il n'y a pas de longue focale qui ne couvrirait "que'' le 6x7 ou le 6x9 chez les fabricants d'optiques de chambre.

Il y avait, disponibles en 100mm, le Planar 2,8 de 100mm de chez Zeiss et son frère-ennemi le Xénotar Schneider tous deux prévus pour les appareils-photo de « presse » d'autrefois ou pour les chambres techniques comme la Linhof Technika. Pour la prise de vue à main levée, l'ouverture de 2,8 devait être bien commode ; on trouve aussi en occasion le couple Tessar-Xénar des mêmes fabricants avec une ouverture plus modérée. Ce genre d'objectifs 6x9 à ouverture assez grande par rapport aux objectifs de chambre actuels ne sont plus fabriqués, sans doute parce que personne dans la presse n'a jamais plus utilisé d'appareil 6x9 à main levée depuis la fin des années 50.

Toutefois des objectifs « digitaux » ont été introduits ces dernières années, avec une ouverture maximale supérieure à leurs homologues « pour film » et une gamme de focales plus courte, en contrepartie d'un plus petit diamètre de cercle d'image nette. Ils visent le marché de la prise de vue avec bascule et décentrement avec dos numériques de petite taille en moyen format et même en grand format. Fort chers, ils sont néanmoins parfaitement appropriés à la prise de vue sur rollfilm 6x9.

Comparaison de prix avec les optiques de moyen format

D'autres idées pour nourrir le débat : considérez la petite taille, le poids et le prix réduits d'un objectif de chambre de 100mm comme l'Apo-Symmar 100mm/5.6 Schneider ou son concurrent direct chez Rodenstock, Nikon ou Fuji. Considérez maintenant le prix d'un Planar 100mm Hasselblad (d'accord, un exemple extrême !) ou de façon générale le prix d'un objectif interchangeable pour un réflex moyen format chez n'importe quel fabricant. Pour le prix d'un simple objectif interchangeable en moyen format réflex, vous aurez de 2 à 5 objectifs de chambre de 100mm, obturateur et planchette comprise !!

À signaler la possibilité (entre autres chez Rodenstock) d'avoir certains objectifs de chambre (ceux dont le diamètre n'est n'est pas trop grand) en monture hélicoïdale graduée en distances comme une optique pour 24x36 ou pour moyen format réflex ou à viseur. En utilisant un châssis rollfilm du commerce, cela permet même d'envisager sérieusement de fabriquer soi-même une petite chambre 6x7 ou 6x9 en simplifiant le délicat problème de la rampe de mise au point. Si la distance objectif-film est bien réglée sur l'infini, rien n'empêche, surtout avec un grand angle où la profondeur de champ est raisonnablement grande, de régler la distance « au jugé » comme sur un Minox 35 ou comme des générations de photographes l'ont fait, en estimant la distance ou en la mesurant avec un télémètre indépendant.

D'ailleurs un tel type de chambre, orientée vers la prise de vue en grand format, au grand angle à main levée, est ou a été au catalogue de plusieurs fabricants dont Sinar [7].

Mon choix d'optiques de chambre en 6x9

Personnellement j'ai finalement opté en 6x9 pour des objectifs de chambre classiques, trouvant en amateur les modèles « digitaux » trop chers par rapport aux objectifs traditionnels conçus pour le 6x9-9x12-4''x5'' sur film. Ainsi j'ai acheté, en neuf, les objectifs suivants :

  • Un grand-angle Rodenstock Grandagon 75mm f/6.8 - focale équivalente en 24x36 : 33mm si vous faites du 6x9, mais équivalent à un 21mm en 24x36 si vous couvrez plein cadre 4''x5''. Un commentaire : le 6,8/75mm Grandagon (6 éléments) est l'un des 75 les moins chers en neuf pour le 9x12-4''x5 ''. Et de plus l'un des plus petits et des plus légers.

  • Un « standard » Schneider Apo-Symmar 135mm f/5.6 - focale pour le 6x9 équivalente à un 58mm en 24x36, mais équivalente à un 37 mm si on l'utilise plein cadre 4''x5''.

Je n'ai pas choisi de 100mm, c'est peut-être une erreur, mais j'ai voulu un intervalle significatif en termes de focales entre le 75 et « mon objectif standard ». Dans l'assortiment des optiques pour les anciennes Linhof Technika 6x9, le standard était un 100mm, le grand-angulaire un 65 mm équivalent à un 28mm en 24x36. Personnellement je préfère le 35 au 28 en photographie 24x36. Ainsi j'ai plutôt choisi le 75 plutôt que le 90 (pas assez d'angle de champ) et plutôt que le 65 (trop d'angle de champ à mon goût, nettement plus cher en neuf ; à l'extrême les 65 conçus pour couvrir tout le 4''x5'' correspondent à un 18mm en 24x36, vraiment trop spécial, hors de prix). Un 100mm en 6x9 est donc équivalent à un 43mm en 24x36, un 120mm à un 51mm. J'aurais donc pu choisir aussi bien un 120mm. Rappelons pour les nostalgiques que l'assortiment classique de l'époque « d'avant zooms » en réflex 24x36 était 35, 50 et télé de 135 ce qui donne en 6x9 : 80, 116, 310.

Pour terminer en ce qui concerne les choix de focales en grand format, on peut aussi citer l'avis de C. KOCH [8] dans son ouvrage de référence sur le grand format. Il conseille en effet comme assortiment de base trois focales,

  • un grand angle de focale égale au petit côté du format,

  • un « normal » de focale égale à la diagonale du format,

  • et une longue focale égale au double du grand côté.

En 9x12 cela donne les focales classiques présentes chez presque chez tous les fabricants : 90, 150, 240. En 6x9 cela donnerait 55-60, 100-105, et 165-180. Suivant l'avis de l'expert, le 75 en 6x9 est donc un peu « trop étroit » en angle pour un professionnel qui fait souvent de la prise de vue d'intérieur ou d'architecture.

Mais a-t-on vraiment une meilleure image en 6x9 par rapport au 6x6 ?

Pour les deux objectifs (75, 135) utilisés avec un châssis rollfilm 6x9, vous avez une capacité énorme de bascule et de décentrement, beaucoup plus que ce que vous n'utiliserez jamais en pratique. En ce qui concerne le piqué de ces deux objectifs, je n'ai pas à me plaindre ;-), mais mon expérience est encore très limitée. Mon sentiment est qu'il ne faut pas trop compter sur un recadrage 6x6 pris dans un négatif 6x9 pour battre en piqué un objectif standard conventionnel fait pour le 6x6. Mais il faut tenir compte de ce que vous avez un plus grand négatif et des capacités de bascule et de décentrement, avec dans le cas d'une chambre le cadrage facile et la vérification de netteté précise sur un grand verre dépoli. À ce sujet les fervents de la chambre grand format, une fois habitués à cadrer sur un verre de 4''x5'' minimum, trouvent le dépoli 6x9 trop étriqué.

Mon sentiment est, en pur piqué (ou FTM) que seuls les nouveaux objectifs de chambre "digitaux'' peuvent éventuellement concurrencer une optique moyen format comme le légendaire Zeiss-Hasselblad Planar 3.5/100mm, pour ne citer qu'une seule figure emblématique de l'optique d'outre-Rhin, sachant que la concurrence japonaise ne s'est pas croisé les bras loin de là depuis que la NASA a demandé de bonnes optiques Zeiss pour ses missions lunaires !!. Je n'ai de fait aucune expérience des objectifs 90mm-100mm standard sur des appareils-photo à télémètre comme celui de chez Fuji. Bien que leur réputation soit enviable, je sais qu'il est assez difficile de battre le Planar 100mm. En fait cet objectif peut certainement couvrir une image 6x9 si vous considérez que vous êtes « autorisés » par Hasselblad à décentrer de +-15mm quand vous utilisez un planar 100 avec le Flexbody !

N'oubliez pas aussi que les objectifs de chambre sont conçus dans l'idée d'être utilisés sur un pied, et qu'ils offrent des possibilités en bascule et décentrement bien au delà de ce que les objectifs d'appareil « fixes » peuvent vous offrir. Ainsi avec une optique de chambre, on doit fermer à f/16 sinon f/22. À de telles petites ouvertures on est au meilleur compromis entre la diffraction et les aberrations géométriques résiduelles pour un format donné, ici de fait le 4''x5'' pour les objectifs 6x9 que j'ai choisis. Dans ces conditions particulières de prise de vue, et compte tenu de l'état de concurrence entre des fabricants fournissant essentiellement une clientèle professionnelle exigeante, les différences entre marques sont, me semble-t-il, marginales et très difficiles à démontrer en pratique sur le terrain.

Finalement, quelles recommandations pour le choix d'un l'appareil 6x9 ?

Ma préférence personnelle : une petite chambre 6x9

Je recommanderais certainement à quelqu'un intéressé par les bascules et les décentrements, ou par la photo en format 6x9 (ou à tous les deux à la fois) une petit chambre avec un châssis rollfilm. Mais ce choix sera en fait motivé par le genre de photos que vous aimez prendre. J'aime bien « l'approche lente » en paysage ou en architecture ; du coup, une petite monorail est ce qui me convient.

Si vous venez du monde du 24x36, vous n'êtes peut-être pas intéressés par les bascules et les décentrements, dans ce cas un appareil à télémètre comme le Fuji 6x9 est certainement un bon choix. Mais vous n'aurez qu'un seul objectif non-interchangeable. Pour autant que je sache il n'y a aucun système d'appareils-photo en fabrication actuellement en 6x9 avec des objectifs interchangeables, excepté le Mamiya-Press qui n'est plus fabriqué mais qui se trouve facilement en occasion (voir ci-dessous) et naturellement les chambres.

J'ai choisi la 6x9 Arca parce que je voulais à la fois utiliser les bascules et les décentrements, et parce que que je peux avoir l'assistance technique du fabricant sur place à Besançon. Mais aussi la 6x9 Arca est un modèle assez léger pour être porté dans un sac à dos (sur ce point une chambre en bois semble être un très bon choix si j'en juge par le passionnant témoignage de Michele Vacchiano sur ce site).

Mais n'oubliez pas qu'au sommet de la qualité en 6x9, la Linhof Technika 6x9 avec son télémètre couplé est la référence. Le Japon propose bien entendu de beaux produits concurrents. Et il y a aussi le nouvel Alpa 12 et les Silvestris si vous n'avez pas peur du prix. Et enfin la Technika 4''x5'' sur laquelle vous pouvez bien sûr mettre un châssis rollfilm. Là encore l'étude comparative des chambres sur ce site vous donnera une bonne idée de l'état actuel de l'offre et de la dure concurrence qui s'exerce entre les marques, même si ce sont des produits que vous ne trouverez pas au rayon photo de votre supermarché favori.

De mon point de vue un des avantages de l'Arca 6x9 est que sa conception en tant que monorail la rend facilement extensible au 4''x5'' (la Linhof 6x9 est une chambre pliante et n'est pas extensible au 4''x5''). C'est la raison pour laquelle j'ai choisi des objectifs que je pourrai peut-être utiliser un jour en 9x12-4''x5''. Traditionnellement en Europe le 135mm est l'objectif standard pour 9x12.

D'autres choix possibles d'appareils 
pour travailler en 6x9

Tenant compte de l'offre importante en chambres 4''x5'', en particulier Amérique du Nord, une 4''x5'' équipée d'un châssis rollfilm est peut-être plus accessible en termes de prix que tout autre appareil 6x9. Il y a en fait peu de chambres 6x9 sur le marché et elles ne sont pas moins chères -c'est un euphémisme- en moyenne que les chambres 4''x5''. R. Hicks et F. Schultz sont aussi de l'avis que les chambres 6x9 sont rares et chères, et donc très pénalisées pour l'amateur par rapport à une chambre 4''x5'' ; mais ils utilisent beaucoup le 6x7-6x9 avec de petites chambres de toutes sortes, de la plus ancienne à la plus moderne, l'un de leurs appareils préférés étant l'Alpa 12 qui a servi à la réalisation de nombreuses images présentées dans leur argumentaire passionné en faveur du moyen et du grand format [1].

Je n'ai aucune expérience des 6x7, 6x8 ou 6x9 réflex mono-objectifs ou les appareils-photo modernes à télémètre comme les Fujis ou les Mamiyas. Le Fuji 6x9 à télémètre ressemble à un gros 24x36, il est intéressant mais paraît plutôt encombrant sans avoir de bascules ni décentrements. Son optique, au dire des connaisseurs, est au sommet.

Un de mes amis, un passionné de photo, constructeur amateur et pilote d'U.L.M. a trouvé ici pour 450 euro environ une chambre Mamiya-Press 6x9 d'occasion. Il s'en sert, entre autres, pour faire de la prise de vue aérienne en U.L.M. Pas pour concurrencer Arthus-Bertrand qui utilise beaucoup le 24x36 !!! Non, juste pour le plaisir. En fait il s'est fabriqué lui-même par la suite, pour emmener en vol, une autre chambre 6x9 simplifiée et plus légère à partir d'un châssis 6x9 de son Mamiya Press et d'un très bon Schneider d'occasion mis devant... mais ceci est une autre passionnante histoire ...

Le Mamiya Press est un appareil séduisant avec un télémètre couplé et de très bonnes optiques interchangeables. Vous lirez sur ce site l'avis d'un professionnel, Louis-Michel Bergereau, qui vous dira (avec l'autorité que lui confère de nombreuses années de pratique) tout le bien que l'on peut penser de cette gamme d'appareils. L'offre en occasion est assez fournie. Et bien entendu il y a aussi des châssis rollfilms 6x7 (non standard) qu'on peut trouver en occasion. Le modèle de mon ami n'a pas de pas bascule ni de décentrement, mais quelques modèles de Mamiya-Press ont une capacité de bascule du dos, limitée. Je concéderai volontiers qu'étant moi-même un passionné du Rolleiflex 6x6 je n'ai pas vu pour l'instant, en tant qu'amateur, l'intérêt d'un 6x9 ne pouvant pas offrir de réglage de bascule ni de décentrement.

Un résumé pour vous guider 
dans le choix d'un 6x9

En résumé, pour s'équiper si vous êtes intéressés à « sauter » au 6x9 directement depuis le 24x36 :

  • Évitez les appareils-photos 6x9 pliants de grand-papa, excepté si vous êtes nostalgique (après tout, pourquoi aime-t-on utiliser un Rolleiflex bi-objectif ?) ou bien si c'est justement l'appareil de votre père ou de votre grand père, celui qui a « pris » toutes les archives noir et blanc de la famille. Mais si vous développez votre propre noir et blanc à la maison, vous redécouvrirez avec un tel appareil ou en triant vos archives le plaisir des planches-contact directement lisibles.

    Il faut tout de même faire une exception pour certains modèles anciens 6x9 pliants d'occasion, ceux qui étaient « haut de gamme » à l'époque comme le Voigtländer Prominent ou le Bessa II surtout si vous voyez « Apo-Lanthar » gravé dessus ; hélas ces appareils prestigieux sont trop recherchés par les collectionneurs et donc leur cote est dissuasive.

  • Si vous êtes intéressé par un 6x9 mais pas par les bascules et décentrements, et si vous pouvez « vivre » avec un simple objectif standard non-interchangeable, essayez le Fuji à télémètre ou un modèle de même style comme la Plaubel Makina. On trouve aussi un stock d'appareils 6x9 et 6x7 « de presse » qui peuvent être tentants, en particulier en Linhof (voir la curieuse "Linhof 220''), en Graflex ; de mon point de vue c'est la qualité de l'optique et la présence d'un bon télémètre qui devrait vous décider pour un tel appareil, car sans optique interchangeable il vous faudra aussi réapprendre à travailler comme beaucoup de reporters photographes d'autrefois qui n'avaient qu'une seule focale à leur disposition.

    En appareils neufs ou d'occasion récente, dommage pour l'amateur de 6x9 que le Mamiya 7 ne soit "que'' 6x7 ; avant c'était le Mamiya 6, il est devenu Mamiya 7 : encore un peu et pourquoi pas un Mamiya 6x9 à objectifs interchangeables ? Plus sérieusement, quel que soit votre choix, vous noterez sans doute peu de différences dans l'ergonomie avec un appareil 24x36 sur les 6x7 et 6x9 modernes, excepté naturellement le poids et l'encombrement ; sur ce point il est clair que le 6x7 « gratte » le 6x9 en largeur et cela se ressent sur le volume, et donc sur le poids total de l'appareil.

  • Si vous voulez des objectifs interchangeables et des capacités même limitées de bascule, recherchez une Mamiya-Press. Parfois vendue sous la marque "Polaroïd''. Plus lourde et plus encombrante que les précédents, mais encore utilisable à main levée, offrant une bonne gamme d'objectifs interchangeables. En Amérique du Nord vous pouvez également trouver des stocks de vieilles chambres de presse avec bascules et décentrement même limités comme la ''Graflex'' ou les variantes de "Graphic'' ; certaines utilisaient le rollfilm 6x9 et avec celles prévues pour le 4''x5'' je suppose qu'on peut faire aussi du rollfilm avec et pas seulement du plan-film.

  • Maintenant si vous voulez la bascule et le décentrement, l'Arca 6x9, vous l'aurez compris, est ma préférée. Il y a aussi des chambres 6x9 japonaises très intéressantes, et bien sûr de la vieille Europe, la Linhof Technika 6x9, l'Alpa et les Silvestris. Dans son ouvrage de référence sur les chambres, L. STROEBEL [9] dénombre en Amérique du Nord une dizaine de modèles de chambres 6x9 proposées par cinq fabricants ; il faut à cette liste en rajouter quelques autres en particulier les chambres 6x9 spécialisées « sans soufflet » comme l'Alpa 12 ou des chambres très grand angulaires qui sont à la limite de ce que STROEBEL traite dans son livre. De fait, vous serez surpris de voir que l'offre d'appareils et de chambres en 6x9 permet à l'amateur un choix de fabricants aussi vaste qu'en reflex 24x36 !! Néanmoins, ne ne l'oublions pas, c'est ce que disent les nord-américains, une 4''x5'' équipée d'un châssis rollfilm sera probablement moins chère, ne serait-ce que parce que l'occasion est plus fournie en 4''x5'' qu'en 6x9.

    Notez cependant que dans cette liste les seuls chambres utilisables à main levée sont, me semble-t-il outre l'Alpa, les Silvestris et les chambres spéciales grand angle ou panoramiques, les chambres techniques pliantes comme la Linhof Technika ou ses homologues japonaises. Avec une monorail vous aurez besoin d'un pied photo. Du coup l'approche en prise de vue devient complètement différente de la photographie conventionnelle en 24x36 et elle ne convient peut-être pas dans tous les cas. Une bonne raison pour laquelle je garde le matériel 24x36 et bien sûr un 6x6 Rolleiflex bi-objectif...

Maintenant prenez votre temps et regardez l'offre en occasion. L'idéal étant de prendre en mains un 6x9 ou une petite chambre, ne serait-ce qu'à cause du poids !!

Et en conclusion, le rollfilm ne se porte donc pas si mal, quarante ans après cette phrase définitive de W.D. Emanuel, dans son étude comparative des appareils de « l'Âge d'Or photographique 1950-1960 » : "Le 6x9, après avoir été le format le plus utilisé, est en voie d'extinction.'' [10]. Si l'expert, auteur de cette phrase a sans doute raison en ce qui concerne la production d'appareils 6x9 grand public (qui a effectivement cessé dans les années 60), le format 6x9, lui, ne me semble pas prêt à disparaître. Une bonne occasion, si vous avez parcouru les articles sur ce site et si vous avez eu la patience de lire ces lignes, d'essayer le 6x9. D'ailleurs, cher amateur de belles photos non insensible à la modernité, vous-êtes vous posé cette question : avec votre "scanner'' d'amateur, justement, un négatif ou une diapo 6x9 çà va donner quoi au final, par rapport au 24x36 ??

 

Bibliographie

1

"Medium and Large Format Photography, Moving Beyond 35mm for Better Pictures'', Hicks, Roger & Schultz, Frances, éditions David et Charles, ISBN 0715311174 (Mars 2001).

2

Informations sur les anciens formats de rollfilms : voir le site de Robert MONAGHAN, page "films'' http://medfmt.8k.com

3

"Is rollfilm 220 better than 120 in terms of film flatness?'' (ZEISS Camera Lens News, numéro 10, été 2000)

4

Páll Stefánsson, "Panorama Iceland'', texte en anglais, allemand et islandais, ISBN 9979-51-105-2, (éditions EDDA, Reykjavík)

5

"Outdoor Photography'' livre promotionnel publié par Linhof http://www.linhof.de. Pour avoir plus de renseignements sur ce livre : mailto:books@linhof.de

6

SLR = "single lens reflex'' désignation anglo-saxonne du réflex mono-objectif, par opposition au réflex bi-objectif comme le Rolleiflex appelés "TLR'' comme "twin-lens reflex'' signifiant « objectif jumelés ».

7

C. KOCH, "Grand format, cours de photographie'', ISBN 2-7075-0057.7 (Paul Montel, 1976) page 67

 

 

8

C. KOCH, ibid., page 84

9

Leslie D. Stroebel, "View Camera Technique'', 7-th Ed., ISBN 0240803450, (Focal Press, 1999) page 303

10 

"Cameras, the facts, a collector's guide (1957-1964)'', Emanuel, W.D and Matheson, D., historic edition edited by L. Gaunt, ISBN 0-240-51062-3, (Focal Press, 1981)

     

Emmanuel BIGLER 2002-02-18

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)