[abonnement gratuit]

 

 

 

 

l'auteur

  

Aurélien DAVID

 

Après une formation en anthropologie
Aurélien David a fait
l’école de photographie ICART à Paris
Il a exposé, entre autres,
à la Galerie Super à Paris
à la Biennale des jeunes créateurs
à Ancône (Italie) et à La Compagnie à Marseille.

www.aureliendavidphoto.com
aureliendavidphoto@gmail.com

 

Aurélien David :
In the open ocean

 


19th may 2010, 12h30 AM (GMT). Longitude : 23°15.77N - Latitude : 60°43.21W.

 

Aurélien d'où viennent ces images de mer ?

J'ai réalisé cette série photographique lors d'une traversée de l'Atlantique en voilier en 2010. Lorsque j'étais adolescent, mon père avait un vieux voilier en Corse, mais à cette époque, c'était plutôt les filles et la plage qui m'intéressaient.

À l'aube de mes vingt ans, je découvre un jour un livre relégué sur une étagère de la cave de mes parents : « La Longue Route », écrit par Bernard Moitessier, sorte de gourou des mers, navigateur célèbre qui y raconte son voyage autour du globe, en solitaire, sans toucher terre. Ce livre est pour moi un choc. J'y découvre que le voilier est un moyen de faire voyager son univers, autour du Monde. Bateau-maison. Depuis ce jour, je rêve d'acheter un voilier et cela ne me quitte plus un instant, ça devient une fin en soi. J'ai habité à Amiens, à Lyon, à Paris, à Marseille, en appartement, en maison. Avec toujours cette obsession.

Il y a donc eu le temps des croisières côtières en famille et en école de voile avec les Glénans. Jusqu'au jour où j'ai envie de goûter au large. J'embarque alors comme équipier sur un vieux gréement. Le voyage ? Gibraltar-Les Canaries, 8 jours et 7 nuits, à deux. Un petit parfum de grand large qui me donne envie de naviguer sans voir terre plus longtemps encore, ce que je fais en traversant l'Atlantique, des Antilles jusqu'aux Açores (21 jours et 20 nuits) puis des Açores jusque Gibraltar (12 jours et 11 nuits).

 


20th may 2010, 4h00 PM (GMT). Longitude : 25°02.02N - Latitude : 59°24.09W.

 

Sur quel bateau avez-vous voyagé ?

J'ai voyagé sur un Fruit de mer en acier, un voilier de voyage, c'est à dire costaud et bien équipé. L'acier est un matériau qui résiste en général aux chocs qui peuvent se produire lorsqu'on percute un tronc d'arbre à la dérive, ou un container par exemple - qui sont malheureusement de plus en plus fréquents. Il mesurait 11 mètres et possédait une dérive (sorte de quille relevable) qui permet d'ancrer le bateau dans des zones où la mer est peu profonde.

 


19th may 2010, 12h30 AM (GMT). Longitude : 23°15.77N - Latitude : 60°43.21W.

 

Vous savez naviguer vous-même ?

C'est une question à laquelle les marins répondent en général avec beaucoup de prudence ou avec un brin de superstition car c'est lorsqu'on est trop en confiance qu'arrive souvent l'accident ou tout du moins l'incident. Cela dit, je pense avoir suffisamment navigué pour amener tout seul un voilier à bon port. Et j'ai un permis hauturier, qui signifie que je suis habilité à naviguer en haute mer, c'est-à-dire à faire une traversée par exemple. J'ai d'ailleurs acquis un voilier en septembre 2015, voilier que je suis en train de préparer au Havre, qui s'appelle « Heoliañ », ce qui signifie « exposer à la lumière » en breton. Je suis en train de préparer un voyage photographique en Méditerranée que je mènerai avec des équipiers ; j'y ferai intervenir des techniques anciennes comme le « caféotype », dérivées de « l'anthotype » de John Herschel.

 


22nd may 2010, 3h25 PM (GMT). Longitude : 28°26.68N - Latitude : 57°13.01W.

 

Diriez-vous que vous êtes avant tout un contemplatif ?

C'est effectivement bien me décrire ! Je suis comme un chat, ou un vieux Corse assis devant le perron de sa maison… (j'adore la Corse)

Ce que je veux faire, c'est simplement photographier la mer, ses infinies variations de bleu et ses infimes changements permanents, avec une expérience de la durée, car la mer n'est jamais pareille. Elle change tout le temps, pour qui sait avoir le regard aiguisé. La mer, c'est comme un feu de cheminée ou un feu de camp dans la forêt, on est captivé, comme avec un écran, sauf que c'est naturel et que ça ne fait ni mal à la tête, ni mal aux yeux. C'est même le contraire, ça repose, et du coup, l'esprit aussi se repose.

Alors oui, je suis contemplatif et je pratique par ailleurs la méditation le matin, cela me permet d'améliorer ma concentration, mon sens de l'équilibre et donc mon efficacité. D'ailleurs, après une longue navigation sans voir terre, les sens sont rajeunis. La mer lave les sens. Lorsqu'on arrive de la mer, l'odeur de la terre se sent de loin et les sons de la terre comme ceux des oiseaux deviennent étrangers ! C'est très spécial. On a l'impression d'être comme un nouveau-né et de tout découvrir. C'est finalement le but d'un voyage, il me semble.

 


24th may 2010, 5h35 PM (GMT). Longitude : 31°58.04N - Latitude : 54°35.82W.

 

Avec quel matériel et pellicule ont été faites ces photographies ?

J'ai travaillé avec une chambre Piccolino 4x5 inches équipée d'un Schneider 90mm super angulon fermant à f8 que j'ai chargée avec du film Kodak Portra 400nc. Cette chambre est légère puisque finalement il ne s'agit que d'une boîte super costaude avec des grosses poignées (comme le fisher price argentique de ma sœur lorsqu'elle avait 6 ans), idéale dans des conditions de prise de vue sportive. J'ai demandé à son concepteur de caler l'objectif sur l'hyperfocale, puisque je comptais me servir de cette chambre pour l'usage exclusif de ce projet photographique, c'est-à-dire la photographie de paysages, en l'occurrence de déserts marins. J'ai été enchanté par cet appareil.

 


25th may 2010, 3h10 PM (GMT). Longitude : 32°48.81N - Latitude : 53°09.65W.

 

Pourquoi des photographies à la chambre si c'est pour les présenter en petit format dans votre exposition ?

Parce que la chambre est l'héritière d'une tradition de recherche d'objectivité, dans la veine de l'esthétique de la photographie documentaire (voir Olivier Lugon). Or, qu'est-ce qui fait la vérité ici ? Les sels d'argent, de la lumière et de la chimie, doublés d'une recherche de point de vue conditionnée par le positionnement du photographe dans l'espace, le choix du matériel, les options retenues par les ingénieurs lors de sa conception, etc. L'objectivité est le fruit d'un consensus.
Si j’opère un agrandissement du plan-film, symboliquement, je perds un peu de sa vérité initiale. Le tirage-contact permet de retenir un maximum de détails contenus sur le plan-film.

Mais aussi, ces photographies sont des images mentales, de la taille de celles que j'ai dans mon cerveau lorsque je pense à la mer. Vous êtes vous déjà demandé de quelle taille ont les images que vous avez en tête lorsque vous fermez les yeux ? Sont-elles grandes ? Sont-elles petites ? Les miennes sont petites. C'est l'idée que j'ai d'elles qui peut être grande. Je ne voulais pas tomber dans le spectaculaire à la mode dans l'art contemporain aujourd'hui. Ni valoriser mon ego, car en mer, on est soi-même son pire ennemi. La mer n'est que le reflet de soi.

 


25th may 2010, 10h35 PM (GMT). Longitude : 32°45.50N - Latitude : 53°26.28W.

 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées en prise de vue à la chambre en mer ? Le flou ?

L'utilisation d'une chambre grand format en voilier ne va pas de soi. Charger les plans films dans les châssis est un sport en soi : il faut se caler dans un coin de la cabine pour ne pas être déséquilibré, les mains dans le manchon, protéger les châssis de l'humidité, du sel, des poussières, que je n'ai pu éviter que partiellement, en témoignent certaines images de la série qui laissent apparaître des imperfections type entrées de lumières, etc. Cela rappelle les conditions dans lesquelles ont été effectuées les prises de vues.

Une fois que les châssis étaient chargés, je me plaçais en général soit dans le cockpit c'est à dire à l'arrière du bateau, soit sur le franc bord, c'est-à-dire le point le plus large du bateau, au milieu de sa longueur. En général je me tenais aux haubans - les câbles qui tiennent le mat du bateau - que j'entourais avec mon avant-bras droit (je suis droitier) tout en tenant le boîtier à deux mains, le déclencheur revenant sur l'une des poignées de façon à pouvoir déclencher à main levée. J'avais une visée de type sportif car le système de visée reflex ne permettait pas de viser confortablement : ça bougeait tout le temps ! Finalement mes cadrages relevaient davantage de l'enregistrement.

La sensibilité de 400 iso des plans films m'a permis de travailler à des vitesses de l'ordre du 125e de seconde de façon à éviter le flou. Je ne connais qu'une seule autre personne ayant photographié la mer dans des conditions sportives avec un matériel de type chambre : Philip Plisson avec son panoramique 6x17, en hélicoptère, chez qui j'ai d'ailleurs fait un stage il y a quelques années lorsque j'étais en école de photo. Ça vibre beaucoup un hélicoptère. Mais à sa différence, je ne ne me place pas au-dessus des éléments, mais dans les éléments, avec la volonté d'embarquer le spectateur.

 


31st may 2010, 7h45 PM (GMT). Longitude : 35°38.33N - Latitude : 41°01.65W.

 

L'exposition à la péniche(1) est conçue comme installation. En quoi consiste-t-elle et pourquoi avoir choisi ce format là ?

Le format de l'installation permet en fait de donner de la place à la carte marine qui retrace le sillage du voilier, sillage constitué des coordonnées gps qui figurent dans les légendes des images. Il s'agit de la carte « route du rhum », qui est « océano-centrée » sur l'Atlantique avec la terre sur les bords de la carte, d'un côté les Antilles, de l'autre l'Afrique et l'Europe. Elle est au 1 : 7 620 000e.

Le projet comporte également la présentation du livre de Bernard Moitessier, « La Longue route », à qui je rends hommage avec ce travail et dont je lirai des passages lors du vernissage. Le livre dont je possède deux versions issues du premier tirage, à la typographie très « seventies », avec une odeur particulière, sera exposé comme une sculpture car il s'agit là d'un monument de la littérature maritime. Ce livre sera à sa place puisque la péniche-librairie qui accueille l'exposition est une librairie dédiée au voyage et à la mer. Ce faisant, mon idée est de suggérer au spectateur l'imaginaire et le contexte psychologique dans lequel j'ai vécu cette expérience de voyage.

 


4th june 2010, 12h20 AM (GMT). Longitude : 38°33.37N - Latitude : 33°21.10W.

 

Comment êtes-vous venu à la photographie ?

J'avais un boîtier argentique à 7 ans avec lequel je faisais des photos carrées et sur lequel on mettait un flashcube ; j'ai oublié son nom. Je me souviens avoir photographié lors d'une sortie scolaire à l'école primaire la « France en miniature », le parc touristique et cela avant de découvrir Martin Parr ! J'ai aussi photographié mon chat. Plus tard, j'ai redécouvert la photographie lorsque ma petite sœur m'a prêté son reflex argentique tandis que j'étais à l'université, j'étudiais alors l'ethnologie.

Progressivement, j'ai intégré dans mes enquêtes l'utilisation de l'image. Je suivais d’ailleurs une option « ethnologie visuelle ». J'en suis venu par exemple à faire une analyse du livre de Patrick Zachmann "Maliens ici et là-bas".

Je me suis inscrit dans un club photo amateur à Amiens pour y faire du tirage noir et blanc mais cela ne me suffisait pas. J'ai donc acheté un agrandisseur et y ai consacré des nuits et des nuits encore (c'est l'histoire de beaucoup d'entre nous), mais cela ne suffisait toujours pas.

En même temps, je me suis senti à l'étroit avec l'aspect théorique et intellectuel des sciences humaines et j'ai hésité avec une école de journalisme puis de photographie, pour apprendre à en faire mon métier. L'aspect manuel et technique me séduisait, l'impression de « mettre la main à la pâte ». L'aspect communicationnel et universel de la photographie me motivait fortement, c'est-à-dire, l'image comme un support de connaissance pouvant se passer des mots et s'adresser à tous, au-delà de toutes sortes de clivages.

 


5th june 2010, 10h35 AM (GMT). Longitude : 39°18.72N - Latitude : 31°21.33W.

 

Photographie et mer ce sont deux passions ?

Je vis mes rêves. C'est une chamane rencontrée dans un écovillage des Cévennes qui m'a donné envie de vivre mes rêves. Elle m 'a expliqué que son rôle à elle, dans la vie est « de donner du rêve aux gens ». Alors je l'ai cru et j'ai eu envie de faire comme elle. Pendant plusieurs années, j'ai gardé cette phrase en moi, rêvant à la meilleure façon de joindre ces deux passions que sont pour moi la photographie et la mer : « Heoliañ en Méditerranée », le voyage photographique avec mon voilier que je suis en train de préparer au Havre et dont le projet est visible sur mon facebook public. Il ne s'agira pas de paysages marins cette fois-ci, mais de portraits des habitants rencontrés aux escales et développés à l'aide de matières ou substances photosensibles inhabituelles et symboliques de l'identité de mes sujets. Par exemple, je souhaite photographier les Espagnols et révéler leurs visages avec de la sangria. Ou encore les Bretons avec des algues et les Marocains avec du thé, etc. Ces images seront associées à des vues Googlemap ou des paysages Google street view de façon à offrir, comme au théâtre, une toile de fond aux personnages. Ces associations permettront aussi de retracer symboliquement le chemin parcouru par la photographie dans son histoire : d'un côté, des images faites avec des produits naturels issues des recherches effectuées par John Herschel au XIXe siècle, et de l'autre, des images numériques qui ne sont plus directement le fait de la main de l'homme : les satellites de Google et les Street view cars sont en quelque sorte les appareils photo de l'homme moderne.

 


13rd june 2010, 6h30 PM (GMT). Longitude : 37°41.94N - Latitude : 26°23.37W.

 

Notes

(1) Exposition à la Péniche-librairie « L'eau et les rêves », quai de l'Oise 75019 Paris du 15 juin au 30 juin 2016. Vernissage jeudi 16 juin 2016 de 18 à 21h.
Tél : 01 42 05 99 70, mail : contact@penichelibrairie.com,
site web : http://www.penichelibrairie.com/

 

 
 

Dernière modification de cet article : 2016

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)