[abonnement gratuit]

l'auteur

Alain Briot découvre la photographie après des études à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. Il vit aujourd'hui aux Etats-Unis et s'est épris des paysages grandioses de ce pays. 
Alain Briot
 alain@beautiful-landscape.com
 http://www.beautiful-landscape.com



Mastering Landscape Photography
de Alain Briot
EUR 26,35
Le dernier livre (en anglais) d'Alain Briot

 

 

 

 

 

Alain BRIOT


little Colorado ©

 

Galerie-photo : Alain Briot, quelle est votre chambre ?

C'est une chambre grand format Linhof Master Technika 4"x5" (10x12.7 cm). Elle constitue mon équipement de base. Il existe de nombreux appareils de photos plus légers à transporter et plus facile à utiliser. Mais j'ai essayé de nombreux formats et je n'en ai trouvé aucun qui me donne d'aussi beaux résultats que le 4x5 .
Une des raisons essentielles de la qualité obtenue est le temps qu'on passe à la création de chaque image avec toute l'approche méticuleuse requise par cet appareil. L'image est véritablement composée sur le verre dépoli de 10 cm x 12.7 cm, un "viseur" qui procure bien plus de détails que ceux des formats plus petits. La mise au point à la loupe me permet de voir encore plus de détails, au point de me donner l'impression de faire partie de l'image, comme si j'entrais dans la scène qui se déroule devant moi sous le voile noir. Il se crée une sorte d’intimité, de symbiose entre moi et l'image, entre moi et mon sujet, telle que je n'en n'ai jamais connue avec les appareils de format inférieur.
Le temps d'exposition doit être calculé au moyen d'une cellule séparée, l'objectif doit être fermé et le réglage de l'obturateur et du diaphragme sélectionné manuellement. Cela compose un rituel dont chaque mouvement me rapproche de l'instant décisif de la prise de vue, le déclenchement de l'obturateur a l'aide du câble, un processus rustique compare aux appareils 35mm modernes dont l’électronique permet a l'utilisateur d'oublier tout cet archaïsme.


Havasu ©

Ce processus peut sembler désuet et certainement très long. Il peut pourtant m'arriver, lorsque c'est nécessaire, de réaliser toutes ces opérations en 5 minutes. Bien que cela soit très rapide pour un appareil de grand format ce délai représente une éternité avec un format plus petit.

David Muench, que je tiens pour un des maîtres contemporains du format 4x5, a dit que les images qu'il crée avec la chambre représentent des "expressions définitives". Je suis d'accord avec lui. Avec les formats plus petits, lorsque je crée une photographie, je me dis souvent que ç'aurait été mieux de le faire avec la chambre 4x5 et qu'il me faudra peut être retourner à cet endroit pour créer de nouveau cette image avec le grand format.
Lorsque je travaille avec la chambre 4x5 je considère les images que j'obtiens comme des images définitives que je n'aurais pas besoin de recréer avec un autre appareil. Utiliser la chambre 4x5 me procure la satisfaction de savoir que j'ai obtenu tout a la fois la qualité optique ainsi que la qualité de composition maximale. Je n'aurai pas pu faire mieux avec quelque autre format que ce soit.

 

G. P. : Chargez-vous vos films vous-même ?

J'utilise souvent des films en format "quickload" (films 4x5 pré-chargés dans un porte-film en papier) car ils sont plus légers et prêts à l’emploi. Mais de temps en temps il m'est nécessaire de charger mes films moi même car certain types de films ne sont pas disponibles en format quickload.
J'ai découvert que la façon la plus facile de charger et décharger les porte-films hors studio, dans des conditions parfois difficiles et précaires, est d’utiliser une tente pour chargement de films. Dans mon cas j'utilise une tente fabriquée par Shadow Box (voir photo) qui se plie comme une tente de camping en miniature et se transporte dans un sac qui mesure approximativement 15x35cm.

L'ensemble est suffisamment petit et léger pour être transporté faiblement dans un sac a dos et c'est mieux que d’être forcé de changer ses films la nuit au fond du sac de couchage ! Récemment j'ai emmené ma Shadow Box dans une expédition au fond d'un canyon et chargé mes films dans un espace sableux d'à peu près 2 mètres de large sans aucun problème. En fait la photographie que cette opération m'a permit de faire alors que j'étais à court de planches est devenue une de mes images favorites : je photographiais dans ce canyon très étroit depuis déjà plusieurs heures lorsque j'ai remarqué une qualité de lumière extraordinaire sur l'une des arches du fond. Après avoir mis ma chambre sur le trépied je me suis rendu compte que j'avais déjà exposé tous mes films. J'ai donc monté la Shadow Box et me suis mis au travail sans plus tarder. La lumière commençait à décliner. 5 minutes plus tard j’étais prêt à exposer 3 films. La photo créée à ce moment s’appelle "Gateway to Beauty" (Ouverture vers la Beauté") et est visible sur mon site web.

G. P. : Utilisez-vous d'autres appareils ?

Le 6x17 est mon format secondaire. J'utilise un appareil panoramique Fuji GS 6x17. Pour la qualité d'image il est comparable au format 4x5. Mais ses capacités d'utilisation sont à mes yeux plus restreintes car il exige des paysages d'un certain type. Lorsque les conditions requises sont présentes il n'y a rien de plus excitant qu'une photographie panoramique de haut niveau. Le format a un dynamisme extraordinaire et l'incroyable étendue horizontale du champ de vue, de gauche a droite, présente une opportunité unique pour créer une construction dynamique.


G. P. : On va jusqu'au bout : le trépied ?

C'est un trépied Gitzo Mountaineer en fibre de carbone
Je l'utilise pour toutes mes photographies en format 4x5 et pour la plupart de celles en format 6x17. Je préfère un modèle en fibre de carbone a cause du poids réduit. Ce modèle est aussi plus plaisant a utiliser en hiver car la fibre de carbone n'est pas froide au toucher contrairement à l'aluminium. J'utilise une attache rapide et ai une plaque adaptatrice compatible montée à demeure sur chacun de mes appareils. Cela rend le passage d'un appareil a l'autre facile est rapide.
Je transporte toujours mon trépied dans un sac afin de le protéger du sable et des rochers. Ainsi à l'abri des coups et de la poussière il a une durée de vie bien plus longue que si je le transportais hors sac. Et puis le sac à une bandoulière qui me permet de porter le trépied à l'épaule !


G. P. : Et ce sac ?

J'ai commence a l'utiliser lors de ma dernière expédition photographique et je dois dire qu'il me plaît beaucoup. J'y mets les accessoires dont je me sers le plus souvent tels que les tissus pour nettoyer les objectifs, le câble déclencheur, les piles de rechange... Le sac est également très pratique pour transporter les portes films 4x5, le walkie-talkie (Motorola Talk-About), la cellule... Je transporte habituellement un Fuji 645 zi en tant qu'appareil "de secours" et ce sac me permet aussi de le mettre.
Enfin j'essaye de ne jamais rien laisser traîner sur le sol lorsque je photographie. Si c'est le cas l’équipement se couvre de poussière et il est facile de perdre quelque chose. Ce sac me permet d’éviter les problèmes en me permettant de garder tout mon équipement dans un même endroit sûr.

dernière modification de cet article : 2001

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)