[abonnement gratuit]

l'auteur

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr
organise des stages photo

 

 

 

 

 

 

Peut-on acheter un Rolleiflex en 2009 ?

Autant vendre la mèche tout de suite, je viens de m'acheter un Rolleiflex. Cet article introspectif, reflétant le travail de sape du Ministère de l'Equipement (un très gros ministère de mon gouvernement) face aux réserves du Ministère des Finances (tatillon avec la crise) vise à ce que chacun d'entre vous ait quelques arguments pour faire une dépense qui serait à première vue déraisonnable : pourquoi en effet acheter cet appareil ridicule du siècle dernier, cet ancêtre, à un moment où tout le monde ne parle plus que de numérique, où il faut montrer qu'on maîtrise les nouvelles technologies et qu'on est moderne ?

Discutons, si vous le voulez bien, des objections que j'ai dû lever avant de procéder à mon achat.

L'argentique, c'est de l'argent fichu en l'air

Oui et non.

Oui : Evidemment, si on compare l'utilisation d'un Rolleiflex à celle d'un appareil numérique, on évalue tout de suite qu'appuyer sur le déclencheur va manger de la pellicule et consommer du développement. Si vous êtes équipé en numérique vous le savez ; en numérique, on peut prendre ce qu'on veut et n'importe quoi.

Non : Le mot est dit, on a même tendance à prendre "n'importe quoi". C'est humain, puisque cela ne coûte rien. Quand cela coûte, on a tendance à réfléchir un peu plus, donc à progresser.
Par ailleurs, si vous avez l'habitude des appareils numériques neufs, vous connaissez le problème. Quand vous essayez de le revendre deux ans après, votre reflex a perdu plus de la moitié de sa valeur.
Rien de tout cela avec un Rolleiflex. Vous revendrez probablement l'appareil le prix même que vous l'avez acheté. Et vous ne paierez en fait que votre consommation de pellicule. Autrement dit vous ne payez pas l'appareil, vous payez son utilisation, ce qui la valorise et vous invite à méditer sur ce que vous voulez exactement photographier. En fin de compte, dans le cas d'un usage raisonnable de votre appareil, vous risquez moins de vous ruiner qu'avec votre Reflex. Si vous regrettez de l'avoir acheté, revendez-le au même prix.

On obtient plus d'information avec un reflex numérique qu'avec un Rolleiflex

Pour un amoureux du format carré, c'est non.

Dans le cas des appareils reflex de la catégorie des 12Mp la comparaison est vite faite. Peu a évolué depuis certains tests qu'on peut trouver sur le net (et encore, le test en lien avait été réalisé avec un Rolleiflex T et un scanner médiocre).

Du point de vue théorique, les meilleurs reflex numériques actuels, comme le dernier Canon 5D Mark II, ne vous permettent toujours pas de monter à la même résolution que les bons Rolleiflex : les images du dernier reflex de Canon peuvent être tirées à 47,55cm x 31,7cm en 300ppp. Retaillées au carré vous avez donc la possibilité d'exploiter royalement un 31,7x31,7 en 300ppp (jusqu'à 39x39 cm en 240ppp, qui passe pour la résolution d'impression satisfaisante). Pour donner une idée de comparaison, avec mon Hasselblad 202 FA je considérais pouvoir obtenir des images de 47x47 cm de très bonne qualité.

Selon un tableau des performances d'objectifs moyen format (lignes/mm) donné par Christopher Perez: voici les résultats d'un Hasselblad avec son 80mm (Centre/Milieu/Côté/diaph) :

Hasselblad 500CM (late 1980's) 80mm f/2.8 Planar CT* 68 68 38  f/2.8
60 60 34  f/4
96 96 54  f/5.6
96 107 60 f/8
85 76 60  f/11
68 68 60  f/16
54 48 48  f/22
 
Great optics!

Tous les Rolleiflex ne se valent pas et n'atteignent pas ces valeurs...mais certains peuvent les dépasser si on en croit Christopher Perez...

Voici la partie de son tableau concernant les Rolleiflex :

Rolleiflex 2.8E Model 1 US 
(serial #1,62x,xxx)
80mm f/2.8 Schneider Xenotar 54 30 13 f/2.8
107 96 13 f/4
120 68 17 f/5.6
107 96 27 f/8
85 68 48 f/11
76 76 54 f/16
54 54 48 f/22
1280grams - without meter
Rolleiflex 2.8E Model 1 US 
(serial #1,66x,xxx)
80mm f/2.8 Zeiss Planar 68 68 42 f/2.8
76 96 68 f/4
68 76 68 f/5.6
96 96 76 f/8
96 85 68 f/11
68 76 60 f/16
54 60 48 f/22
1200grams - without meter
Rolleiflex 3.5E Model 1 US 
(serial #1,7xx,xxx)
75mm f/3.5 Schneider Xenotar 48 48 24 f/3.5
85 96 42 f/5.6
96 96 68 f/8
76 85 60 f/11
68 68 54 f/16
54 54 42 f/22
1120grams - with meter
Rolleiflex
3.5F Model 3 US 
(serial #2,29x,xxx) 
75mm f/3.5 Zeiss Planar 76 85 48 f/3.5
96 85 60 f/5.6
85 85 60 f/8
76 68 60 f/11
60 68 54 f/16
60 54 48 f/22 
1120grams - with meter
Rolleiflex 3.5F 
(serial #2,2xx,xxx)
75mm f/3.5 Schneider Xenotar 42 38 34 f/3.5
60 60 34 f/4
67 67 34 f/5.6
76 60 60 f/8
67 67 60 f/11
60 54 42 f/16
54 54 38 f/22
1120grams - with meter
Rolleiflex 3.5T
(serial #2,199,xxx)
75mm f/3.5 Zeiss Tessar 54 68 21 f/3.5
68 68 27 f/5.6
68 68 42 f/8
68 60 68 f/11
60 60 48 f/16
48 48 42 f/22
1000

Moralité : un bon Rolleiflex 2.8E Xenotar, bien révisé par Gérard Metrot devrait donc passer largement devant le Canon 5D Mark II. Un brave 3.5 F 75mm Schneider Xenotar devrait lui aussi doubler sur le format carré le fringuant 22mp de Canon, à condition évidemment d'employer un bon scanner : on louera un peu de temps de Flextight Hasselblad pour ce faire. On trouve, fort heureusement pour les amateurs d'appareils anciens, de plus en plus de ces scanners en location. A mon avis, vous pouvez obtenir des résultats déjà fort convenables en noir et blanc avec un scanner à plat de type Epson 4990. En couleur le bruit dans les basses lumières sera trop présent pour obtenir des tirages convenables.

Un exemple d'image obtenue avec mon Rolleiflex 3.5 F Xenotar

Nous livrons cette sévère image hivernale faite au Rolleiflex 3.5F xenotar à F/11 (et donc même pas à F8) et scannée avec un Epson 4990 (et donc même pas avec un Hasselblad Imacon). Autrement dit, on n'a pas cherché à aller au bout de ce qu'il y a sur le film ; on reste dans une exploitation accessible par l'amateur.

Le résultat est vraiment bluffant. On n'aurait pas plus d'information avec le dernier Canon 5D MkII (plutôt un peu moins d'ailleurs, le compte n'y est pas encore avec ces réflex numériques... mais bon, ils sont là pour faire un grand nombre de photographies convenables le plus vite possible et ils le font vraiment bien. Laissons les donc aux ouvriers de la photo, condamnés à gagner leur vie en forçant les cadences).

J'ai évidemment trafiqué l'image pour le nuage. On sait que les images sans un petit nuage m'assomment. Je crois bien avoir pris le nuage d'un reflex numérique.

J'avais même dans le ciel 2 anneaux de Newton, causés par le contact du film avec le verre du scanner. J'ai donc dû faire un petit copier-coller avec un floutage. Si vous voulez voir tout cela en vraie grandeur, vous pouvez télécharger le fichier ici, et regarder du côté du nuage. De près on voit bien le raccord. Imprimé en 47 cm de côté, on n'y verra rien. Pas la peine donc de faire du grand art. De près vous verrez aussi dans les zones sombres les petites lucioles vertes du bruit imputables au scanner 4990. A certains endroits je les ai laissées, à d'autres je les ai enlevées, selon que je préférerait la netteté et le bruit, ou pas de bruit mais la zone plus floue.

Ce fichier est donc bien manipulé, mais c'est simplement pour vous dire : "allez-y, vous avez de la marge avec ces appareils !"

 


Rolleiflex 3.5F - scanné à l'Epson 4990 - Provia 100F - f11

 

 

Je vous montre en taille brute ci-dessous les fragments d'image encadrés en vert sur la photographie : c'est à dire que chaque fragment d'image représenté à taille de 72ppp à votre écran servira à nourrir une impression à 300ppp sur une surface à peu près 4 fois plus petite. Comme cela on voit bien.

 

 

 

Voilà. On n'a pas pris le meilleur Rollei, on n'a pas pris le meilleur diaphragme, on n'a pas pris le meilleur scanner et pourtant on a déjà des images formidables !

Mais nous nous échauffons il me semble. Revenons à nos objections.

Ce n'est pas rentable pour mes clients

Exact ! On ne parle ici que de photographie plaisir (où comptent nos sensations, en particulier le plaisir de l'appareil et le plaisir de la prise de vue), de photographie artistique (où compte également la qualité du résultat et le chemin qu'on choisit). S'il s'agit de faire le plus de photographies possibles pour le plus petit coût possible, il n'y a que le reflex numérique. On ne vous a jamais dit le contraire (d'ailleurs au lieu de lire tout cela, allez vite faire de la photo, je pense que vous avez déjà raté 5 chefs d'œuvre depuis le temps que vous lisez ! Allez ! Vite ! Vite !)

Le rolleiflex est mono objectif - je ne disposerai que d'une seule focale...

Exact, cette constatation est une objection à soi seule. Le Rolleiflex plaira plutôt aux photographes mobiles, qui n'hésitent pas à bouger pour prendre une photographie. Ceux qui préfèrent laisser parler le zoom en évitant tout contact avec le sujet, les voleurs d'image on a envie de dire, ne s'y retrouveront pas. Pour avoir des résultats, vous allez donc être obligé d'aller au contact. Personnellement cela me plaît. Le contact est bien moins agressif pour le sujet, la position de visée respectueuse, tête inclinée comme en soumission, fait que le modèle se sent respecté et est généralement bien plus conciliant. Le Rolleiflex est un appareil vers lequel vous irez naturellement si vous ne vous servez pas du zoom et si vous aimez prendre des photographies en focale fixe.

Vous n'aurez pas l'air moderne

Voilà une objection réelle : vous n'aurez pas l'air moderne, c'est vrai. Mais vous aurez l'air d'un original sympathique. Et la prise de vue vous offrira ainsi la possibilité de modèles décontractés.

En face de ces objections, pas toutes contournables, plaçons ce qui relève de la joie pure :

La visée façon viseur de chambre redressé

Ceux qui ont déjà goûté au viseur de chambre me comprendront. Quand on a goûté à la visée redressée en grand format on ne veut plus rien d'autre. J'avais ce plaisir sur mon Hasselblad, qui avec son verre Accumat présentait une visée très lumineuse. Sur mon Rolleiflex la visée est encore plus grande. Ce n'est pas encore, bien sûr, la visée d'une Arca 6x9 ou celle d'une Sinar 4x5", mais c'est déjà formidable. J'ai l'impression de me promener avec une chambre : j'ai les sensations et les plaisirs de la chambre !

Et une consolation quant au prix de la pellicule...

Quand vous vous avez payé et reçu vos films, vous avez aussi payé la meilleure sauvegarde possible de vos photographies pour les trente prochaines années. Il y a beaucoup plus de chances qu'il reste dans 30 ans quelque chose de ce que vous avez mis là que de tout ce qui est  actuellement stocké sur vos disques durs. Vous ne me croyez pas ? Rendez-vous est pris !

 

 

Voir aussi :

 

 

dernière modification de cet article : 2009

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)